A Bangui

Je suis actuellement à la paroisse Saint-Pierre de Gobongo. C’est un quartier populaire de Bangui. Pour le caractériser, je ne peux utiliser qu’un seul mot : bruit ! C’est le propre de tous les quartiers populaires, je sais, mais ici c’est exagéré. Ma chambre est à deux mètres de l’église. Et on commence à 5h ! Le bruit commence à cette heure-là et finit à 3h du matin (on a tout plein de petites buvettes). La notion de tapage nocturne n’existe pas ici. A long terme, c’est fatigant… mais je pense que cela m’aidera à mieux apprécier le calme de la brousse.

Je suis ici avec deux confrères sma : Przemek Majchrowski, un confrère polonais, et Francis Athimon, de la Province de Lyon. C’est le début de la saison sèche, donc la température commence à monter, et avec une humidité assez élevée, c’est un peu difficile. Cette semaine, j’avais dans ma chambre autour de 30°. J’ai du mal à m’habituer, mon acclimatation se passe moyennement.

Fin octobre, j’ai commencé le cours de sango. La langue paraît peu compliquée, mais il faut s’y mettre. Mes activités se limitent pour l’instant à cela, je ne peux pas faire grand chose sans la langue. Ce qui me console, c’est qu’elle est assez facile à lire, et je pourrai célébrer prochainement la messe en sango. J’attends avec impatience de pouvoir communiquer avec les gens. Je me sens un peu comme il y a quelques années en France. Dernièrement, je suis allé rendre visite à Aloïs Kituba. Sa paroisse est une vraie usine, mais je vois qu’il s’y trouve bien.

Publié le 15 mars 2009 par Christophe Pachut