Brest a fêté le 150e anniversaire du départ de Mgr Brésillac sur la « Danaé »

Le 150e anniversaire de l’embarquement de notre Fondateur, Mgr Brésillac, et de ses deux confrères à Brest, sur la « Danaé » le 10 mars 1859, a été célébré le dimanche 18 octobre 2009 (dimanche des Missions), à la Paroisse Saint Louis de Brest, sous la présidence de Mgr Jean-Marie Le Vert, évêque de Quimper et Léon, entouré notamment du Père Provincial sma, Pierre Richaud, des quatre confrères de Nantes, sous la conduite de Jean Vincent… escortés et servis par une bonne vingtaines d’enfants de chœur ! Le soleil était au rendez-vous !

La célébration fut belle ! Particulièrement appréciée : la procession de l’évangéliaire, préparée par la chorale et le groupe liturgique de Charles Igoho, un animateur gabonais. Par leur chant et leur danse, ils ont apporté joie et air de fête à toute l’assemblée. La nef principale de l’église Saint Louis était garnie : quelques sept cents à huit cents personnes… beaucoup de jeunes couples avec leurs enfants. Une assemblée recueillie où l’on reconnaissait de nombreuses congrégations religieuses, elles aussi missionnaires.

Dans son mot d’accueil, Mgr Jean Marie Le Vert a rappelé le sens de la présence des Pères des Missions Africaines et développé ensuite dans son homélie le sens missionnaire de toute l’Eglise et de tout chrétien. En voici un extrait :
L’Eglise se porte bien quand elle évangélise. Car elle ne peut vivre qu’en donnant la vie ; et la vie de l’Eglise, c’est le Christ. … On peut annoncer le Christ à tout le monde, aux couples, aux enfants, à ses amis, à des passants, aux SDF... Mais cela demande une conversion de mentalité et de cœur, car le principal obstacle à l’évangélisation, comme pour la sainteté, c’est soi-même. … Evangéliser, c’est avant tout aimer. Evangéliser quelqu’un, c’est lui dire : « tu vois, moi, je crois au Christ, et j’en suis heureux. Et toi aussi, tu es aimé par le Seigneur ». Et pas le lui dire, mais le penser réellement. Et pas seulement le penser, mais se comporter avec cette personne de telle manière qu’elle sente et découvre qu’elle a du prix aux yeux de Dieu.

Ralliement, janvier-février, n°1 - 2010

Publié le 1er mars 2010 par Roger Le Roch