De Katiola, en Côte d’Ivoire
Article mis en ligne le 30 septembre 2019
dernière modification le 26 juillet 2020

par Germain Coulibaly Kalari

En 2011, l’abbé Germain Coulibaly a créé à Katiola le Centre d’Accueil et de Transit Sainte Geneviève. Il y accueille des enfants que l’on considère comme une malédiction parce que leur mère est morte lors de l’accouchement ou qu’ils sont handicapés ; ils sont pour cela condamnés à mort par la coutume. Financé par des dons, le Centre Ste-Geneviève héberge actuellement 17 enfants entre 3 et 14 ans [1].

La cathédrale de Katiola

Depuis le mois de juin dernier, l’évêque m’a détaché pour que je sois exclusivement à la direction de l’orphelinat Sainte Geneviève que j’ai créé. Je ne suis donc plus curé d’une paroisse, mais résident et aumônier adjoint du Centre Hospitalier Régional (CHR) de Katiola. Du coup, je suis moins stressé et en meilleure santé ; je dispose de plus de temps pour asseoir l’orphelinat dans ses textes et dans l’encadrement.

Après cette affectation, j’ai tout de suite commencé à m’investir à plein temps aux côtés des enfants. J’assure la permanence et je m’occupe de la gestion de ce centre, la structure étant trop petite pour embaucher une assistante sociale. Je dispose de trois ans pour réorganiser l’équipe encadreuse et engager la structure sur le chemin de l’auto prise en charge. Cette année, le centre ne compte qu’une dizaine de pensionnaires, contre 21 l’an dernier, et trois encadreurs. On peut dire que tout est réuni pour que le pari soit tenu.

Je donne également des cours au Séminaire Propédeutique de Katiola et je partage la vie communautaire des Pères de Konankaha, la 2e paroisse de la ville de Katiola.