L’alliance de Dieu avec les hommes.

A partir des textes du 1e dimanche de Carême de l’année B, 1e mars 2009 :
1e lecture : Gn 9, 8-15 ;
2e lecture : 1 P 3, 18-22 ;
Évangile : Mc 1, 12-15.

De prime abord, après l’événement du déluge, Dieu annonce les couleurs : Voici que moi, j’établis mon alliance avec vous, avec tous vos descendants, et avec tous les êtres vivants qui sont autour de vous… Oui, j’établis mon alliance avec vous : aucun être vivant ne sera plus détruit par les eaux du déluge, il n’y aura plus de déluge pour ravager la terre [1]. Dieu fait ainsi connaître son intention quant à la relation qu’il veut désormais établir avec l’homme.

Dieu se repent de la violence qu’il a manifestée à l’égard de l’homme. Du déferlement de la désobéissance et de la multiplication des péchés de l’homme, Dieu préconise une solution radicale qui engloutit l’homme dans les eaux en furie du déluge. A l’infidélité et à la violence de l’homme, Dieu réagit par une violence assez disproportionnée. Il s’en rend aussitôt compte. Pour créer l’harmonie, il lui faut d’autres armes. C’est pourquoi il s’engage de manière unilatérale à entrer en alliance avec les hommes : Voici le signe de l’alliance que j’établis entre moi et vous, et avec tous les êtres vivants qui sont autour de vous, pour toutes les générations à venir : Je mets mon arc au milieu des nuages, pour qu’il soit le signe de l’alliance entre moi et la terre. Lorsque je rassemblerai les nuages au-dessus de la terre, et que l’arc-en-ciel paraîtra au milieu des nuages, je me souviendrai de mon alliance avec vous et avec tous les êtres vivants, et les eaux ne produiront plus le déluge, qui détruit tout être vivant [2].

En quoi consiste l’alliance de Dieu en faveur de l’homme et de la création ? Dans le contexte du récit de la Genèse, on pourrait évoquer la magnanimité de Dieu qui ne s’attarde pas sur la faiblesse humaine. Au-delà des méchancetés qui précipitent l’homme dans le désordre et le chaos, Dieu s’engage à garantir à l’homme survie et protection. Il veille personnellement à son bien-être. Cet engagement de Dieu ne requiert aucune contrepartie. C’est entièrement un don qu’il fait à l’homme. Aussi institue-t-il l’arc-en-ciel comme symbole de cette alliance. Par ce signe, Dieu s’impose des limites à ne pas franchir dans sa colère contre l’homme et la création. C’est le symbole de l’amour inconditionnel de Dieu en faveur de l’homme. Par ce signe, Dieu rappelle qu’il aime l’homme d’un amour gratuit, qu’il ne tient pas compte de ses méchancetés, mais qu’il veut lui donner une seconde chance. L’arc-en-ciel avec ses multiples couleurs apparaît alors comme un clin d’œil que le Seigneur fait à l’homme.

Cette alliance se continue en Jésus Christ. Poussé par l’Esprit au désert et soumis à la tentation par Satan, il triompha du mal par sa fidélité éprouvée à Dieu. Saint Luc le reprend comme un refrain qui scande le récit de la tentation de Jésus. Jésus trouve en la Parole de Dieu la réplique nécessaire pour faire face à la tentation du Satan.

C’est dans la soumission à la volonté du Père que le Christ réalise la nouvelle alliance dont la croix est le symbole. Par ce signe, le Christ assure non seulement la rédemption de l’homme, mais il relie l’homme à Dieu et le réconcilie à son frère. La croix devient ainsi le signe de l’alliance de Dieu avec les hommes en son Fils Jésus Christ.

En quoi l’alliance de Dieu avec les hommes nous engage-t-elle ? La résolution de nous reprendre du désir de nous venger, le désir de nous réconcilier avec nos frères et sœurs, la volonté de contribuer au bien-être des autres, participent de cette alliance dans sa dimension concrète et pratique. Quand nous vivons de cette alliance au quotidien, nous devenons le signe de l’amour de Dieu pour le monde.

Osons devenir, par la simplicité de notre témoignage, le sourire de Dieu aux hommes, ou cet arc-en-ciel qui ajoute des couleurs dans la vie de nos frères et sœurs.

[1] Gn 9, 9-10a.11

[2] Gn 9, 12-15.

Publié le 2 mars 2009 par Nestor Nongo Aziagbia