La « résurrection » de Aloïs Kituba

Salutations cordiales à tous les confrères et amis qui m’ont soutenu depuis le jour de l’agression dont j’ai été victime à Bangui le 3 mai 2009. Je vous avais déjà décrit brièvement en juin les circonstances de cet horrible acte, mais je rends grâce à Dieu qui voit tout et qui connaît toutes nos vies. Je suis arrivé en France le 27 juin dans l’intention de faire un contrôle puis de me reposer au Zinswald.

Lorsque j’ai vu le Docteur Michel Gass, médecin traitant de la plupart des Pères du Zinswald, je lui ai présenté une doléance à propos de mon épaule droite qui me faisait très mal ; il a demandé de faire une radio : le résultat était une luxation de l’épaule droite avec un déboîtement de la tête humérale. Il fallait donc une opération dans l’espoir de pouvoir m’aider à récupérer ne fût-ce que trente pour cent de l’usage de mon épaule (ce qui n’était pas du tout sûr, vu les dégâts causés par l’accident et la durée de celui-ci).

J’ai été donc opéré le 16 juillet 2009 à l’hôpital Saint Nicolas de Sarrebourg, je suis resté une nuit seulement à l’hôpital, le lendemain je suis retourné à la maison du Zinswald. J’avais le bras immobilisé pendant près de deux mois, le tendon de l’épaule avait perdu ses forces, je n’avais plus assez de muscles pour soutenir le poids de l’humérus, ce qui a fait que le contrôle fait le 19 août a montré une reluxation récidive et la présence de la tête humérale en position, cela grâce un arthro-scanner fait le même jour. La panique a été grande de mon côté, surtout que le chirurgien m’avait dit qu’il ne voyait plus ce qu’il pouvait faire ! Il m’a recommandé à un médecin spécialiste de l’épaule à la clinique de l’Orangerie à Strasbourg. Dès qu’il a vu les radios et scanners, celui-ci a dit : « Monsieur, ce n’est pas sûr que tu puisses récupérer l’usage de ton épaule, il ne faut surtout pas faire une deuxième opération, il faut plutôt une rééducation ; je t’enverrais au Clemenceau, mais comme tu n’es pas assuré en France ça devient compliqué ». Ah oui, les moutons se promènent ensemble mais ils n’ont pas le même prix ! Dieu merci, grâce aux Sœurs religieuses de la Divine Providence de Ribeauvillé, j’ai pu trouver un kiné-masseur qui a accepté de me soigner dans son cabinet à Schweighouse, près de Haguenau.

Depuis le lundi 14 septembre, je suis accueilli par les Sœurs à la communauté de l’Ecole Sainte Philomène à Haguenau jusqu’à la fin des séances de kiné. Je passe les week-end aux Missions Africaines où je me plais à accompagner le Père Nestor Nongo dans les célébrations dominicales. Je suis très content des soins de kiné que je reçois, je vois le changement et le progrès de la musculation au jour le jour. Lorsque j’aurai accompli les 20 séances prescrites par le Docteur Schenk de Haguenau, je pense que je serai capable de faire usage de mon épaule à 60%, conscient que je dois continuer à faire des efforts, même après les soins en France.

Je compte retourner en Afrique, au Kenya d’abord, puis au Congo-Kinshasa au mois de décembre pour commencer une nouvelle vie en paroisse dans mon pays. Je remercie les Pères des Missions Africaines, District de Strasbourg, pour l’accueil et l’attention matérielle, financière et spirituelle qu’ils m’ont apportée depuis le jour de l’agression, un très grand merci au Conseil provincial de Lyon pour sa participation au paiement des frais d’hospitalisation et autres. Merci à tous ceux qui ont prié pour que je sois bien en vie en ce jour. J’ai toujours besoin de vos prières pour me remettre au travail dans la vigne du Seigneur.

Ralliement novembre-décembre 06-2009

Publié le 10 novembre 2009 par Aloïs Kituba