Le Père Joseph Pfister

Le P. Joseph Pfister est une grande personnalité du Schluthfeld, né en 1910, il y a tout juste 100 ans, à Strasbourg Neudorf. Il était le dernier de 5 enfants, fut baptisé en l’église St. Louis dont dépendait le quartier : en pleine expansion à cette époque, il n’avait pas encore son église mais avait déjà son école, la Schluthfeld Schule, où Joseph Pfister fut scolarisé de 1916 à 1922. A 12 ans, il entra à l’Ecole Apostolique de St. Pierre. Il poursuivit dès lors ses études, classiques et théologiques, dans les écoles et séminaires des Missions Africaines : Bischwiller, Haguenau, Chanly en Belgique, Lyon où il fut ordonné prêtre le 6 janvier 1935. Le 7 juillet suivant, il célèbrait sa Première Messe solennelle à St. Léon-Ste Thérèse, sa nouvelle paroisse fondée en 1925 à Neudorf.

Après une année de professorat à l’école apostolique de Haguenau, il est nommé pour la mission de Haute Côte d’Ivoire. La carrière du Père Pfister s’est étendue sur près de 50 ans dans deux missions de Côte d’Ivoire : Katiola de 1936 à 1939 et de 1947 à 1951 ; Bondoukou de 1939 à 1947 et de 1951 à 1985. Lorsqu’il arriva à Bondoukou, rien n’existait. Il y campait et il célébrait la messe sur une table prêtée par un artisan du village. Il construisit sa case et la première chapelle paillote. En 1939, on comptait 38 baptisés ; en 1983 il y en avait 3570 dans 80 villages évangélisés. Bondoukou devint Siège Episcopal en 1988 et l’église paillote fut agrandie et transformée pour devenir église cathédrale dédiée à Ste Odile. Monseigneur Alexandre Kouassi, son premier évêque, était un ancien élève du P. Pfister.

JPEG - 88.4 ko
Photo sma est

Durant toute sa carrière, le P. Pfister n’a jamais évangélisé sans se soucier de l’homme et de son développement. Il se démènera pour que chaque village ait non seulement sa chapelle, mais aussi son école. Bondoukou lui doit sa grande école catholique, qu’on a tenu à baptiser « Groupe Scolaire Catholique Joseph Pfister ». Tout en formant des chrétiens, le Père avait le souci de former des hommes capables de construire leur avenir et d’assumer des responsabilités. En 1972, en reconnaissance de son œuvre, Joseph Pfister a été nommé Commandeur de l’Ordre National de la Côte d’Ivoire. Revenu à Strasbourg en 1985, il se mit au service de la paroisse St. Aloyse de Neudorf, en particulier pour le soin pastoral des malades et des personnes âgées. Il retourna plusieurs fois à Bondoukou pendant ses années de retraite.

Début janvier 1992, il fut tout heureux de repartir en Côte d’Ivoire pour seconder le P. Pierre Jacquot, Supérieur Régional des Missions Africaines à Offiakaha. Il avait prévu de revenir à Strasbourg pour les fêtes pascales. Le 13 mars, il accueillait un de ses neveux et son épouse à l’aéroport d’Abidjan. Le lendemain soir, ils se rendirent ensemble dans un petit restaurant de la ville. Quelques minutes après leur entrée, deux malfaiteurs, surgissant les armes à la main, les dévalisèrent et l’un d’eux tira sur le P Pfister, qui mourut sur le coup.

La Côte d’Ivoire fit au P. Pfister des funérailles grandioses. La messe, célébrée en la cathédrale d’Abidjan, rassembla plus de 1500 amis autour de cinq évêques dont le cardinal Yago, archevêque d’Abidjan, le nonce apostolique, 80 prêtres et l’Ambassadeur de France. Puis le corps fut transféré à Bondoukou pour l’enterrement. Le Ministre de la Défense, représentant le chef de l’Etat, assista à la messe, de même que les membres du Gouvernement, l’Ambassadeur de France, 4 évêques, une soixantaine de prêtres et des milliers d’amis. L’homélie fut prononcée par le P. Jacquot. Le 28 mars, une messe était célébrée en mémoire du P. Pfister à l’église St. Aloyse de Neudorf, en présence de nombreux parents et amis et de l’Ambassadeur de Côte d’Ivoire en France.

JPEG - 70.9 ko
Le P. Jacquot et le P. Pfister en Côte d’Ivoire.
Photo sma est

Pour commémorer le centième anniversaire de la naissance de cet homme exceptionnel, un office aura lieu à St. Léon le dimanche 24 octobre 2010 à 10 h. L’eucharistie sera présidée par le P. Jacquot, lui même missionnaire en Côte d’Ivoire. Condisciple du Père Pister, il est bien placé pour évoquer son œuvre missionnaire. Cette célébration sera aussi la messe d’adieu du Père Jacquot qui, après 12 années de service dans nos paroisses de Neudorf, prendra sa retraite définitive à St.Pierre.

Publié le 7 octobre 2010 par Joseph Friederich