Les beaux fruits de « papa Kwamé » à Adamavo et Avépozo

A la paroisse Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus d’Adamavo, la mission continue son chemin. Nous faisons ce que nous pouvons avec l’effectif que nous avons. Et le nombre des fidèles ne cesse d’augmenter malgré la présence des sectes et des autres religions. Nous avons enregistré pour l’ensemble de la paroisse 513 baptisés et communiants, avec 12 couples mariés dans la veillée pascale. Pour la rentrée catéchétique prochaine 2010-2011, plus de 300 catéchumènes sont déjà sur la liste dans la communauté d’Adamavo. La nouvelle église de 1800 places encore en construction semble être déjà trop petite bien que les enfants soient encadrés dans une grande salle le dimanche. D’où la nécessité de multiplier les messes. Mais où trouver le personnel ?

Je crois que nos autorités sma nous aideront à trouver la solution à ce problème dès la rentrée pastorale prochaine. Il est vrai que nos églises en Afrique se remplissent mais parmi ces baptisés, combien sont réellement chrétiens ? La question peut sembler banale à certains, elle a pourtant raison d’être posée. Aujourd’hui, l’essentiel n’est pas de remplir les églises mais d’avoir des chrétiens de qualité, transformés par le baptême et capables de mener une vie nouvelle dans le Christ à l’exemple de la première communauté chrétienne dans les Actes des Apôtres. Tous ceux qui étaient devenus croyants, étaient unis et mettaient tout en commun. Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, pour en partager le prix entre tous, selon les besoins de chacun. Nul parmi eux n’était indigent... [1] Pourquoi cela ne peut-il pas être possible aujourd’hui dans nos paroisses et dans nos communautés chrétiennes ?

JPEG - 122.1 ko
Jubilé à St-Pierre le 8 juillet 2010
Photo Nestor Nongo Aziagbia

L’autre événement important de la paroisse a été la consécration de l’Autel et de l’Église Saint Joseph d’Avépozo le 9 mai dernier par l’Archevêque de Lomé, Mgr Denis Amuzu-Dzakpah. Dans son homélie, l’Ordinaire du lieu a rendu hommage au Père Materne Hussherr, premier curé de la paroisse Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus d’Adamavo, qui célébrait en ce même jour son jubilé d’or sacerdotal en France. Voici un extrait de l’homélie :
« En ce 9 mai 2010, souvenons-nous bien et rendons grâce à Dieu par et en profonde communion avec nos vaillants Pères missionnaires, témoins ardents et infatigables de l’amour et de la miséricorde de Dieu notre Seigneur. Le Père Materne Hussherr, de la Société des Missions Africaines, doit être très heureux en ce jour, mais il aurait pu être certainement plus heureux encore s’il était des nôtres pour cette belle fête de la consécration de l’Église Saint Joseph d’Avépozo. Nous savons bien qu’en ce moment même il est présent au milieu de nous par la pensée et la prière. Oui, Dieu ne fait jamais rien au hasard. Il se souvient bien qu’en ce jour béni, papa Kwami, comme on l’appelait, célèbre son jubilé d’or sacerdotal, c’est-à-dire cinquante années de sacerdoce, aujourd’hui même. Nous savons aussi que la totalité de ces cinquante années ont été dépensées au Togo pour témoigner et nous révéler sur tous les tons la largeur, la longueur, la hauteur et la profondeur de l’amour du Christ qui surpasse tout ce que l’on peut connaître et imaginer. Que le Seigneur le bénisse, le protège continuellement et lui donne la joie exquise du bon, généreux et fidèle serviteur et Apôtre ».

Bientôt les vacances… le Père Gérard Bretillot et moi-même partirons en congé. Le Père Georges Klein restera seul à Agodékè pour gérer les six communautés de la paroisse, au moins pour trois mois. Nous ne pouvons que lui souhaiter beaucoup de courage et une santé solide, parce que le travail sera le même. Les paroisses en Afrique ne sont jamais en congé.

[1] Ac 2, 44-46.

Publié le 31 août 2010 par Séverin Kinga