Mertzwiller et les communautés de paroisses du secteur célèbrent les Pères des Missions Africaines

A l’occasion de cette journée de fête et de mémoire, un hommage a été rendu aux Pères des Missions Africaines qui ont œuvré pour le développement de l’Eglise en Afrique et plus particulièrement au Togo, mais aussi à la promotion de l’éducation et de l’autonomie des peuples. Toutes les paroisses rassemblées autour de Mertzwiller ont célébré, en ce 26 octobre 2008, les Pères Hebting, Strebler, Bardol, Gasser, Muckensturm et Eschenbrenner qui ont laissé de vifs souvenirs à ceux qui les ont croisés aussi bien en Afrique qu’en Alsace. Ce livret vous procurera un bref aperçu de leurs vies de missionnaires.

Mgr Joseph Strebler

JPEG - 97.2 ko
Mgr Joseph Strebler.
Photo sma Strasbourg

Joseph Strebler est né le 12 septembre 1892 à Mertzwiller. Ses parents ont une petite ferme et son père est magasinier à l’usine De Dietrich. Il suit ses études secondaires à l’école apostolique SMA de Cadier-en-Keer jusqu’en 1912 et revient à Chanly pour étudier la philosophie et commencer son noviciat.

JPEG - 111.6 ko
La maison SMA de Cadier-en-Keer (Pays-Bas).
Ancienne carte postale
JPEG - 85 ko
Mgr Strebler au Togo.
Photo sma Strasbourg

Il suit les cours de théologie au Grand Séminaire SMA de Lyon, mais en 1914, il est appelé à servir l’armée allemande. Afin d’échapper à ce recrutement, la SMA le reçoit en délégation spéciale et Mgr Fritzen l’ordonne sous-diacre le 30 novembre 1914. L’abbé Joseph Strebler est infirmier militaire à la garnison de Haguenau. C’est à ce moment qu’il fonde et rédige en Alsace, avec l’aide du Père Vogel, un bulletin de liaison interne à la SMA, le Brüderstimmen, qui sera publié de 1915 à 1918. En novembre 1918, il repart au Grand Séminaire des Missions Africaines de Lyon afin de terminer sa théologie. Le 10 juillet 1921, il est ordonné prêtre par Mgr Moury, Vicaire Apostolique de Côte-d’Ivoire.

JPEG - 108.3 ko
Le collège St-Joseph à Lomé.
Photo J.-M. Guillaume

Le 30 octobre suivant, il part pour la Côte-de-l’Or, territoire de mission SMA. A son arrivée, il est nommé responsable de l’imprimerie de la mission. Ses premières tâches sont d’apprendre la langue locale et de faire connaissance avec la ville et les villages. Il fera ensuite un travail considérable au Togo [1].

Fixé à Saint-Pierre à la fin de sa vie, il prend part aux tournées de confirmation en Alsace et effectue de nombreuses recherches historiques sur la SMA et les missions. Il meurt le 12 mars 1984. Ses obsèques, célébrées dans la cathédrale de Strasbourg, sont présidées par le Cardinal Gantin.

Le Père Joseph Bardol

JPEG - 84.7 ko
Le Père Bardol.
Photo sma Strasbourg

Joseph Bardol est né le 26 février 1900 à Mertzwiller dans une grande famille de treize enfants. A 14 ans, il demande à partir pour l’école apostolique que la Société des Missions Africaines possède à Cadier-en-Keer en Hollande. Il fait ensuite son noviciat à Chanly et prononce le serment d’appartenance à la SMA le 31 juillet 1921. Après quatre années de théologie à Lyon, il est ordonné prêtre le 29 juin 1925. Il est professeur dans les écoles SMA de Pont-Rousseau, de Saint-Pierre, puis directeur du noviciat des Frères d’Offémont. Il est nommé pour la mission du Togo, territoire de mission SMA, en 1928 et affecté comme vicaire à Atakpamé. Il rentre en France en 1935 et demeure un an directeur spirituel du noviciat des Frères de Vigneulles. Il est ensuite nommé Supérieur du district de Tsévié au Togo en 1935 et jusqu’en 1958, sauf une interruption pour cause de santé de 1945 à 1947. Le Père Bardol accomplit une œuvre immense dont l’élément le plus marquant est l’école de Tsévié qui va grandir en importance et en qualité.

JPEG - 81.3 ko
L’ancienne église de Tsévié (Togo).
Photo sma Strasbourg
JPEG - 102.3 ko
Tsévié (Togo) dans la première moitié du XXe siècle.
Photo sma Strasbourg
JPEG - 98 ko
La cour et les bâtiments de l’école de Tsévié (Togo).
Photo sma Strasbourg

Il entreprend de construire une église qui finira par devenir une des plus grandes et des plus belles églises du Togo. Mgr Strebler, également originaire de Mertzwiller, en fait la bénédiction solennelle le 29 mars 1948. Le Père Bardol s’occupe également des villages de brousse et y multiplie les écoles. Pendant ses dernières années à Tsévié il initie à la pastorale les deux futurs premiers évêques du Togo : Mgr Dosseh et Mgr Atakpah.

JPEG - 103 ko
Le Père Bardol avec un groupe de jeunes filles de sa mission de Tsévié.
Photo sma Strasbourg

En 1958, il tombe gravement malade et se fait rapatrier sans revoir sa mission ni faire ses adieux à la paroisse. Avec une grande nostalgie il reprend du service à Vigneulles puis au Zinswald. A nouveau hospitalisé en 1969, il se retire à Saint-Pierre où il meurt le 16 août 1973.

JPEG - 115.3 ko
La maison SMA de Vigneulles.
Ancienne carte postale

Le Père Émile Hebting

JPEG - 81.9 ko
Le Père Émile Hebting.
Photo sma Strasbourg

Émile Hebting est né à Mertzwiller le 23 janvier 1888. Il est le fils d’une famille foncièrement chrétienne dont le père était cantonnier et préposé à l’entretien de la route nationale de Haguenau. Emile quitte son village au mois d’octobre 1902 pour entrer à l’école apostolique de Cadier-en-Keer. Il y fait toutes ses classes secondaires jusqu’à sa prise de soutane le 2 août 1908. Il fait ses classes de philosophie et de théologie à Lyon. Il est ordonné prêtre le 13 juillet 1913.

JPEG - 84.7 ko
Le Père Hebting (à gauche) et Mgr Strebler.
Photo sma Strasbourg

Peu de temps après il embarque pour Lagos au Nigeria où il va rester jusqu’en 1919 malgré les difficiles conditions de vie et la guerre qui va éclater. Il retourne au Nigeria mais va être transféré au Togo le 20 janvier 1922. Il prend en charge la mission d’Atakpamé. En mai, il a déjà visité toute la région de l’Akposso et s’est arrêté à Tomégbé où l’on n’avait pas vu de prêtre depuis 8 ans. Il est le premier à visiter le Litimé, région située autour de Tomegbé sur la frontière de la Côte-de-l’Or, territoire de mission SMA. C’est grâce au voyage du Père Hebting que le Litimé est attribué à la France lors du partage du Togo. Après quatre ans à Atakpamé, il est responsable de la mission d’Assahoun jusqu’en 1940, à l’exception d’un bref intermède à Mango. Il fit de nombreuses constructions dont l’église définitive d’Assahoun. Il doit rentrer en France en 1940, usé et presque aveugle. De 1942 à 1966 il est aumônier chez les Filles de la Charité à Largentière en Ardèche. Il décède le 12 septembre 1966.

JPEG - 105.3 ko
Visite de Mgr Cessou (au centre) à la mission du Père Hebting (à gauche).
Photo sma Strasbourg

Il avait fait sa dernière visite à Mertzwiller le 18 août 1963 à l’occasion de ses Noces d’Or sacerdotales.

[1] Un livre, publié par la SMA et disponible sur demande, Saga missionnaire, des fondateurs à nos jours, retrace en détail l’histoire de tous ses protagonistes.

[2] La maison de Chanly était un château mis à la disposition des Missions Africaines par le comte de Wégimont car les congrégations religieuses se faisaient expulser de France. On n’y recevait que les petits Alsaciens qui n’avaient pas encore commencé leurs études de français et, après une année d’initiation, ils étaient transférés en Hollande, à Cadier-en-Keer.

Publié le 6 mars 2009 par Valérie Bisson