« Proclamez la bonne nouvelle à toute la création. »

En octobre, le Père Jacquot quittait Strasbourg-Neudorf, la paroisse natale du Père Pfister, dont on fêtait aussi le centenaire de la naissance. Pour clore notre interrogation sur la Mission, voici un extrait de son homélie d’adieux.

JPEG - 215 ko
Adieux du Père Jacquot à l’église St Léon de Strasbourg-Neudorf.
Photo Joseph Friederich

Ces paroles du Christ ont retenti aux oreilles du Père Pfister. Il quitta son Schluthfeld natal pour entrer aux Missions Africaines. En 1936, il partit pour la mission de Haute Côte d’Ivoire. Quand il arriva pour la première fois à Bondoukou, il n’y avait rien. Lorsqu’il en partit en 1985, il y avait 3600 baptisés, 80 villages étaient évangélisés. Nous devinons aisément le travail accompli, les fatigues, les voyages à pied, à vélo, puis en voiture. Mais il n’a jamais annoncé la Bonne Nouvelle sans se soucier de l’homme et de son développement. Il travaillera pour que chaque village ait non seulement sa chapelle, mais aussi son école. Tout en formant des chrétiens, le Père avait le souci de former des hommes capables de construire leur avenir et d’assumer des responsabilités.

« Allez, proclamez la Bonne Nouvelle. » Comme le Père Pfister, j’ai entendu ces paroles du Christ : j’ai quitté mon Haut-Doubs natal pour entrer aux Missions Africaines et partir au Togo et en Côte d’Ivoire. Vingt-huit ans à semer la Bonne Nouvelle. Je n’ai pas construit de chapelle, d’école, de dispensaire. On m’a demandé d’enseigner dans des séminaires, puis d’être le responsable des Pères pour le nord du pays. J’ai aimé ce travail, j’étais heureux parmi tous ces jeunes qui étudiaient pour être prêtres. Beaucoup le sont devenus, certains même évêques. En 1998, de retour en France, une nouvelle mission m’attend à Neudorf. Pendant 12 ans, j’ai planté ma tente au milieu de vous. Merci de m’avoir aidé à être un prêtre heureux. Une de mes joies, c’est d’avoir construit avec vous la communauté de paroisses de Neudorf-Port du Rhin sous le patronage de Marie et de Jean-Paul II.

JPEG - 220.1 ko
Le Père Pierre Jacquot en paroisse à Strasbourg-Neudorf.
Photo Joseph Friederich

Se souvenir du Père Pfister, c’est nécessaire. On a besoin d’exemples. Mais, chrétiens de Neudorf et du Port du Rhin, allez-vous, vous aussi, entendre cette parole du Christ : « Allez, proclamez la Bonne Nouvelle. » ? Oui, sur la route de la mission, le Seigneur vous donne rendez-vous. Ensemble, nous devons faire vivre nos communautés chrétiennes, en cohérence avec l’évangile. Laissons-nous bousculer par l’Esprit, cet Esprit qui nous est donné, aujourd’hui comme hier, pour porter au monde un message de paix et d’amour, le message de l’évangile. Rassemblés pour célébrer le Christ, et dispersés pour témoigner de Lui, voilà deux situations qui, de tout temps, caractérisent les chrétiens. Frères et sœurs, n’ayons pas peur d’annoncer Jésus-Christ. Il est là, vivant au milieu de nous.

Publié le 17 février 2011 par Pierre Jacquot