Un départ et une arrivée au Zinswald

Il y a du mouvement à la maison des Missions Africaines du Zinswald. Le Père Fabian Gbortsu rejoint Nairobi, au Kenya et, originaire de lé République Centrafricaine, le Père Justin Kette arrive.

La maison des Missions Africaines du Zinswald accueille et héberge depuis depuis des années les jeunes confrères venus d’Afrique, voire d’autres continents, pour poursuivre leurs études à la faculté de théologie de Strasbourg. Ainsi, après le Père Aloïs Kituba, Fabian Gbortsu, originaire du Ghana, avait rejoint le Zinswald à l’automne 2007. Titulaire à présent d’une maîtrise en théologie morale, il a décidé de retourner en Afrique. Le Père Fabian a, pendant son séjour de trois ans dans notre région, tissé une vaste toile d’amitié, voire de fraternité, dans les paroisses, assurant la pastorale là où les prêtres faisaient appel à son dévouement et à son charisme. Cette dernière année, il avait ajouté à cette charge du week-end celle d’aider le Père Lucien Derr, supérieur du Zinswald, dans la gestion de la maison.

JPEG - 47.5 ko
Les Pères Justin Ketté (à g.) et Fabian Gbortsu.
Photo Antoine Thomas

Le Père Fabian ne va pas assumer sa mission au Ghana, son pays natal. Il prendra en charge la direction du Grand Séminaire de la SMA à Nairobi, la capitale du Kenya, pays qu’il connaît bien puisqu’il y fut missionnaire de 2004 à 2007. Ses nombreux amis lui souhaitent de connaître une vie heureuse dans sa nouvelle charge de formateur.

Bienvenue au Père Ketté
Nouveau visage arrivé au Zinswald, le Père Justin Ketté, originaire de la République Centrafricaine, est né en 1974. Il a été ordonné prêtre en 2004. Il vient au Zinswald comme prêtre coopérateur de paroisses St-Vincent du Plan Incliné. Parallèlement, il prépare une maîtrise de droit canonique à l’université de Strasbourg. La communauté de paroisse a fêté son arrivée le dimanche 3 octobre. Le Père Soussia, qui prend sa retraite, demeurera au Zinswald tout en continuant sa mission auprès de ses amis les gens du voyage.

Publié le 17 février 2011 par Antoine Thomas