Un dimanche missionnaire

Dimanche 28 juin fut une journée missionnaire pour deux raisons : la fête des saints Pierre et Paul ; et la célébration du 150e anniversaire de la mort, sur le continent africain, du père Louis-Auguste Reymond, missionnaire originaire de Grand Combe Chateleu. Ces deux événements ont rassemblé en l’église de Morteau les chrétiens du Val.

JPEG - 177.9 ko
Le Père Louis-Auguste Reymond.
Photo sma

En introduction à la célébration, Mgr Lacrampe faisait mémoire du missionnaire, décédé « trois jours après la mort de Mgr Melchior de Marion Brésillac, à qui il avait offert de l’aider dans cette œuvre d’évangélisation des pays les plus abandonnés d’Afrique… »

La famille Reymond priait pour le père messager de l’Évangile, décédé en Sierra Léone à l’âge de 36 ans. Il y fut évangélisateur, soignant des malades, auteur d’ouvrages médicaux et de science naturelle. « Je suis vraiment le docteur à la mode : j’ai une grande clientèle de malades, blessés aux jambes par suite de l’habitude d’aller à pied et jambes nus. Je lave les blessures, les recouvre de camphre, les bande… », écrivait-il. Il mourut, comme cinq de ses confrères, de la fièvre jaune.

JPEG - 234.3 ko
Grand Combe Chateleu.
Photo J.-M. Guillaume

Le père Jean-Marie Guillaume, vice-général des Missions Africaines, fit sa mémoire pour « se souvenir de lui, rendre grâce pour les fruits qu’il a produits et revenir à la source qui l’a inspiré, s’y rafraîchir, s’y renouveler afin de mieux continuer notre chemin et remplir notre mission… » Le Val de Morteau, et Grand Combe en particulier, fut une terre fertile en missionnaires. Leur souvenir est pour nous une gloire, un enseignement, un appui.

En mémoire des 150 ans de la mort en Sierra Leone de Mgr Brésillac et de ses compagnons, la SMA avait aussi organisé un pèlerinage à Freetown.

Terre d’Afrique Messager septembre 2009

Publié le 6 octobre 2009 par Jean-Claude Vieille