A la Mission Catholique de Kombolokoura (Côte d’Ivoire)

Le 8 décembre 2013, j’ai célébré la première messe dans la nouvelle chapelle de Ganon, village du catéchiste Augustin. Cette chapelle est dédiée à l’Immaculée Conception. C’est aussi la fête patronale des Missions Africaines, qui rappellera à la communauté que ce sont les Pères de cette Société qui ont fondé les premières paroisses en Côte d’Ivoire, et particulièrement dans le nord. C’est aussi pour sensibiliser à la mission « à l’extérieur » puisqu’il y déjà 33 membres ivoiriens qui sont à l’œuvre dans différents pays africains.

A la Mission, j’ai fait mettre du carrelage dans l’allée centrale de l’église dont le ciment était abîmé. En même temps, j’ai demandé à l’entrepreneur de retaper l’ancienne maison du cuisinier, construite en briques de terre, pour la réhabiliter correctement afin de pouvoir y loger Emmanuel, le catéchiste, avec sa petite famille. Les travaux sont en cours de finition.

JPEG - 72.7 ko
La Mission de Kombolokoura.
Photo Pierre Kunegel

A mon retour à Kombolokoura, la communauté de Dassoungboh m’a présenté le grand terrain qu’ils ont obtenu des autorités du village et de la sous-préfecture pour y construire la Mission. Ils ont nettoyé le lot et sont en train de construire le puits pour avoir de l’eau à proximité du chantier. Tous les villageois de leur Mission sont mobilisés. Depuis quelque temps, ils ont mis en place un certain nombre de Communautés Ecclésiales de Base dans les quartiers de plusieurs villages. Ces petites communautés se réunissent une fois par semaine pour prier, chanter, réfléchir sur l’Évangile du dimanche précédent et pour décider en commun les actions à entreprendre autour d’eux pour mettre cet Évangile en pratique : visite des malades et prières avec eux, aide aux nécessiteux et aux personnes âgées... Beaucoup de non-chrétiens, et même des musulmans, sont sensibles à l’ambiance de prière et d’amour du prochain. Ils s’approchent ainsi de l’Église et j’ai régulièrement la joie d’accueillir officiellement un certain nombre de ces « nouveaux » dans la communauté, attirés qu’ils sont par la solidarité, l’amitié, l’ambiance de prière...

Lorsque le chef du village de Pygnon, un musulman, a appris que la bénédiction des récoltes aura lieu lors des fêtes du Christ-Roi et que les denrées apportées seront offertes aux malades mentaux de St-Camille, il a dit au catéchiste : « C’est une très bonne action, il faut me prévenir car tout le monde doit pouvoir apporter des denrées pour cette œuvre ».

Ce sont quelques unes des merveilles que Dieu fait au milieu de nous. Mais il ne peut le faire sans la participation de chacun car nous sommes appelés et choisis pour continuer son œuvre avec notre cœur, nos yeux, nos mains et nos pieds...

Publié le 8 avril 2015 par Pierre Kunegel