Arthur Becker et la vallée de la Zorn

« Une porte se ferme, une autre s’ouvre. »

Une messe solennelle s’est tenue dimanche le 13 septembre à Lutzelbourg à l’occasion du départ à la retraite du Père Arthur Becker, curé de la communauté de paroisses St-Fridolin de la vallée de la Zorn.

« Avec cette eucharistie, introduit le Père Arthur, se ferme la porte sur 31 années d’activité pastorale au milieu de vous. Nous avons parcouru un bout de chemin ensemble, sur les traces du Christ, notre guide. Nous avons appris à nous connaître, à travailler ensemble et à partager les joies et les peines. »

De nombreux fidèles étaient présents à la messe, ce dimanche en l’église St-Michel. Chacun a voulu rendre un vibrant hommage au Père Arthur Becker. Cette messe était rehaussée par la présence de l’abbé Joseph Oury, ancien vicaire épiscopal, de l’abbé Aloyse Braun, ancien curé de Dabo, du diacre Jean-Paul Fischer, de Réding, et des Pères Albert Kouamé et Justin Inandjo qui prennent le relais au sein des quatre paroisses. Sous la direction de Sébastien Folz, toutes les chorales réunies ont magnifié par leurs chants cet office exceptionnel. A l’orgue, Vianney Werner et André Klein se sont succédés, André jouant même des morceaux de sa composition. Le président du conseil de fabrique de Dannelbourg a retracé la vie du Père Arthur. Au nom des anciens et nouveaux maires de la communauté, Joseph Moutier a pris la parole.

« Au nom de tous les habitants de Dannelbourg, Garrebourg, Hultehouse et Lutzelbourg, je vous remercie, Père Arthur, pour tout ce que votre présence et votre sacerdoce nous ont apporté, non seulement à nous, vos paroissiens catholiques, mais aussi aux autres... Dans vos homélies où vous faisiez éclater votre profonde foi en Dieu et en Jésus, vous trouviez les mots justes pour transformer nos catastrophes humaines en espérance et sérénité. Je me souviens : lors d’un décès particulièrement douloureux, vous étiez venu me voir et vous m’avez dit : « Joseph ! Qu’est-ce que je vais bien pouvoir dire à cette famille ? C’est vraiment trop triste ! » Évidemment, je ne vous étais d’aucun secours ! Mais l’après-midi, pendant la messe, par la pertinence de votre sermon, par vos paroles inattendues, vous êtes arrivé là encore à atténuer la détresse des familles, en leur communiquant votre grande foi, vous arriviez presque à changer leur souffrance en grâce de Dieu. Non seulement dans la douleur, mais aussi dans nos évènements heureux, baptême, communion, mariage, vous nous surpreniez par votre façon si particulière d’être à la fois divinement sérieux et en même temps humainement si proche de nous. Pour tout cela, merci, Père Arthur. Vous pouvez partir tranquille à la retraite, car vous avez pleinement accompli votre mission. Nous tous qui sommes ici, les autres aussi, nous vous souhaitons une excellente retraite. Que Dieu, que vous avez si bien servi, vous bénisse et vous accompagne pour que la retraite vous soit longue et agréable ! »

A la fin de la messe, le pasteur Daniel Rusch a été convié à se joindre à l’assemblée des prêtres. Pour le Père Becker, il est un grand ami. « Catholiques et protestants, nous avons toujours travaillé ensemble. »

Une vie vouée au Seigneur
Le Père Arthur Becker est né le 24 octobre 1942 à Saint-Louis, un village d’où sont issus 24 prêtres. Il est le petit dernier d’Antoine Becker et de Lucie Walck Becker. La famille compte quatre enfants, trois garçons et une fille. Très tôt, Arthur fut certain de sa vocation. Aussi fit-il ses études secondaires à Haguenau et au Zinswald, aux Missions Africaines, puis son noviciat à Chanly, en Belgique, durant un an. Ensuite, ce fut une année de philosophie scolastique à Saint-Pierre et le service militaire, seize mois qu’il a pu passer au Togo comme enseignant au titre de la coopération. Enfin, le Grand Séminaire à Saint-Pierre, en Alsace, et à la faculté de théologie de Strasbourg pendant quatre ans. Il fut ordonné prêtre le 4 mai 1969 à Saint-Louis par Monseigneur Strebler, ancien archevêque de Lomé (Togo). Durant les quinze premières années de sa prêtrise, Arthur Becker a été missionnaire au diocèse de Katiola, en Côte d’Ivoire, à Niakara, à Timbe et à Katiola.

Le Père Arthur se souvient : « C’était quelques jours avant mon premier départ pour l’Afrique, en octobre 1969. Un paroissien de Garrebourg m’avait dit : « Père pourquoi partez-vous en Afrique ? Restez donc ici où nous manquons tellement de prêtres. » Je lui ai répondu : « Ce sera pour plus tard ! » Cela s’est réalisé le 15 juillet 1984. Dieu a de l’humour et nous réserve des surprises, en nous prenant au mot ! »

C’est effectivement le 15 juillet 1984, que le Père Arthur a été nommé curé de Lutzelbourg, Garrebourg et Hultehouse par l’archiprêtre Arsène Trapp. Le 10 octobre 1999 s’est ajouté la paroisse de Dannelbourg. En 2001, le 21 juin, ces quatre paroisses ont été rassemblées sous le nom de communauté de paroisses de St-Fridolin de la vallée de la Zorn. Le Père Arthur a consacré 31 années à cette communauté.

Lors de la messe d’adieu, il a eu ces mots simples à l’adresse de ses paroissiens : « La plus belle reconnaissance, le plus beau cadeau que vous pouvez m’offrir aujourd’hui, c’est de demeurer fidèle à votre foi en Christ et de coopérer activement et généreusement avec vos nouveaux pasteurs qui viennent de loin, de ces pays que j’ai connus et aimés en tant que jeune prêtre et missionnaire. Deux confrères prêtres de la société des Missions Africaines, les Pères Albert Kouamé, de Côte d’lvoire, et Justin Inandjo, du Togo, prennent le relais de cette belle aventure, de cette mission de prêtre au service de la communauté. Accueillez-les bien ! Aidez-les, aimez-les, afin qu’ils puissent annoncer la Bonne Nouvelle à tous ceux qui l’attendent. »

d’après le Républicain Lorrain

Publié le 26 février 2016