Crèches d’Afrique – découvertes et émotions

Dans le sillage du Sentier des crèches, sous le patronage du diocèse de Strasbourg, une exposition de crèches d’Afrique a été proposée aux visiteurs à la maison sma de Strasbourg du 11 décembre jusqu’au 2 février. Plus de 150 personnes sont venues, émerveillées de ce qu’elles ont vu et compris. Je me suis rendu compte tout de suite qu’il fallait orienter les visiteurs dans leur découverte, ce qui m’a valu de découvrir moi-même davantage le sens et la valeur de toutes ces crèches, derrière lesquelles se cachent des âmes d’artistes exprimant leur foi et transmettant un message.

L’étendue de l’exposition
L’exposition comprend 15 crèches qui vont de 5 à 12 pièces, de statues d’une femme à l’enfant, toutes en bois local, iroko, ébène, fromager, rônier… Elle inclut aussi plusieurs batiks, dont deux représentent une femme africaine portant une charge et deux autres la Vierge présentant l’enfant qui tend les bras comme pour vous accueillir. D’autres crèches sont en ivoire, en laiton... Ce qui frappe de prime abord, tant dans les batiks que dans les sculptures, c’est l’attitude des personnages, recueillis, en admiration, en adoration, les yeux grands ouverts sur la merveille de l’enfant Dieu.

JPEG - 102 ko
Femme africaine portant un plateau. Coll. SMA Strasbourg
Photo Marc Heilig

La statue d’une femme africaine vous accueille à l’entrée, portant sur la tête un plateau chargé de petits objets cadeaux, son enfant accroché au dos. Au fond du couloir, une grande statue d’une Vierge à l’enfant et un batik. Dans les escaliers, un batik représentant l’Annonciation et, à la chapelle, tout un monde de crèches, de batiks, de statues.

[1] Les Peuls, traditionnellement, s’occupent du bétail, une tâche peu noble. Leurs animaux ne sont pas toujours maîtrisés et s’en vont parfois dévorer les cultures et les jardins des paysans, d’où des disputes qui peuvent aller jusqu’au meurtre.

[2] Lc 1, 35.

[3] Lc 1, 46.

[4] Les présentoirs de l’exposition sont garnis de pagnes, bleu, blanc et marron, imprimés en Côte d’Ivoire pour Noël 2015. Ils déploient trois motifs de Noël inspirés des images traditionnelles occidentales et appellent à la louange : « le Christ notre Sauveur est né, alleluia ! », « La naissance du Sauveur, sainte nuit ! », « Un sauveur nous est né, alleluia ! ».

[5] Il est aussi l’auteur de la Vierge de la Délivrance du sanctuaire d’Issia et de la grande Vierge en bois à l’intérieur du sanctuaire marial d’Abidjan.

[6] Mt 2, 13 et 20.

[7] Viviane, originaire de Madagascar, le 17 décembre 2015.

Publié le 1er juin 2016 par Jean-Marie Guillaume