De Mwanza, en Tanzanie

Le 25 octobre, les Tanzaniens ont voté pour leur nouveau président, leurs députés et leurs conseillers régionaux. Le président sortant avait terminé ses deux mandats de 5 ans. C’est assez exceptionnel en Afrique que de ne pas chercher à modifier la constitution et de ne pas s’attacher au pouvoir !

JPEG - 90 ko
Mwanza, au bord du Lac Victoria (Tanzanie)
Photo Jean-Marie Guillaume

En Tanzanie, une coutume veut qu’après un président musulman ce soit un chrétien. Cette année, parmi les 8 candidats à l’élection présidentielle, sept étaient chrétiens. Maintenant, les Tanzaniens attendent la réalisation des promesses électorales : l’éducation gratuite, des médicaments dans les hôpitaux – et pas seulement dans les privés - deux nouveaux ferries pour le lac Victoria, la construction d’usines…

JPEG - 128.7 ko
Au puits, en Tanzanie
Photo SMA

Obligée de rationner la consommation d’électricité à cause des pluies insuffisantes ces dernières années et des barrages aux ¾ vides, la Tanzanie a eu la chance de trouver du gaz off shore. Seulement, pour faire les modifications nécessaires sur le réseau, cela a pris plusieurs mois, avec des coupures de plusieurs heures, de jour comme de nuit. Depuis une semaine avant les élections, l’électricité fonctionne, sauf quand il y a de grosses pluies et que les poteaux tombent… ou que leur bois est grignoté par les termites.

Depuis quelques années, en Tanzanie, on dresse des rats à détecter les mines anti-personnelles en reniflant. Même s’ils marchent dessus, vu leur faible poids, il n’y pas d’explosion ; mais ils reçoivent une récompense en retour. Sont intéressés plusieurs pays où ces mines ont été enterrées par milliers.

Le 6 janvier 2016, j’ai célébré 50 ans de prêtrise. Ma première « expérience pastorale » était dans la sidérurgie, à Mondelange. Paroisse qui m’a soutenu depuis que je me suis embarqué en 1967, à Bordeaux, pour la Côte d’Ivoire, chez les Sénoufos du nord. Après une année sabbatique à Montréal, je suis parti pour la Tanzanie, où je suis depuis 1991.

Au long des années, cela a été une joie de voir des personnes comme ligotées par les interdits, harassées par des sacrifices à offrir, de n’avoir plus peur des fétiches et autres esprits parce qu’ils ont mis leur confiance en Jésus Christ libérateur.

(décembre 2015)

Publié le 1er juin 2016 par Robert Wolff