Découvrir ses talents - Vivre sa passion - En vivre.

Au cours des siècles, d’immenses progrès ont été accomplis en faveur de la paix, de la prospérité et de la dignité de chacun. Mais aujourd’hui, si nous voulons avancer sur le chemin de la guérison de l’humanité, nous devons reconsidérer nos rapports avec l’argent. Il doit seulement faciliter nos relations d’échange. Il doit circuler. Il doit servir à répartir équitablement les ressources et les richesses de notre terre entre tous ses habitants.

Pour cela, après avoir procédé à la nationalisation des banques, quelques premières mesures urgentes devront être prises : Le prêt sans intérêt doit être généralisé, le droit au logement doit être respecté, le salaire de vie doit être instauré. Enfin, il faudra effacer les dettes, toutes les dettes. Vous l’avez lu dans les journaux, les dettes de la France, de la plupart des pays européens et des Etats-Unis sont irremboursables. Le seul moyen d’éviter une nouvelle guerre mondiale est de les effacer.

Les grandes traditions ont interdit le prêt à intérêt parce qu’il entraîne les peuples dans la spirale de la ruine. Il faut généraliser cette règle. Quant au salaire de vie, il sera la meilleure façon de motiver les générations futures. Dès que les prêts à intérêts auront été supprimés, il y aura largement de quoi attribuer un salaire de vie à tous les citoyens. Chacun aura ainsi l’entière liberté de développer ses talents pour en vivre et les mettre au service de tous.

La liberté se construit sur une bonne éducation, mission de la famille, une solide instruction prérogative de l’école et une large culture, privilège de la cité. Ce long apprentissage a besoin d’un « minimum vital », d’un « salaire de subsistance ». C’est le meilleur investissement. Découvrir son talent, le perfectionner, en faire sa passion pour en vivre. Devenir soi-même. Etre utile. Tisser des liens plutôt que d’amasser des biens. Nos choix nous appartiennent. Chacun est libre.

Vous avez dit utopie ou urgence ?

Votre santé N°146 - Décembre 2011 www.votresante.org

Publié le 22 mars 2012 par Pierre Andrillon