En hommage à des missionnaires SMA de l’Inde

La Société des Missions Africaines, et le District en Formation de l’Inde en particulier, désirent faire ici mémoire de quatre de leurs membres défunts : le séminariste Sahayaraj et les Pères Ramesh, Gnanapragasam et Pandi. Ils nous ont quittés pour vivre dans l’éternité et ont rejoint le monde où la souffrance et les peines ont disparu. A nous qui les connaissions, qui avons vécu et travaillé avec eux, leur absence nous pèsera toujours. Notre foi nous rappelle cependant qu’ils reposent en paix auprès de Jésus qui, ayant vaincu le Mal, est la Résurrection et la Vie.

Le séminariste Sahayaraj (1974-1999) et le Père Peter Pandi Nayagam étaient originaires de l’archidiocèse de Madurai, le Père Joseph Ramesh (1973-2006) du diocèse de Tuticorin ; le Père Arokiasamy Gnanapragasam (1928-2012) fut d’abord prêtre diocésain dans l’évêché de Trichy, avant de choisir d’entrer aux Missions Africaines. Ces régions ont été évangélisées par les Jésuites, parmi lesquels Saint Jean de Britto et Saint François Xavier se sont illustrés par leur œuvre missionnaire, l’un à Madurai, l’autre à Tuticorin. Nos confrères avaient placé leur confiance en Jésus, Seigneur des Missions, qui est notre modèle à tous ; ils se considéraient comme les instruments de sa main. En tant que membres des Missions Africaines, ils participaient à la mission universelle du Christ.

JPEG - 44.7 ko
Le Père Peter Pandi

Le Père Peter Pandi Nagayam est né à Sindhalaichery (Madurai), le 14 juin 1965. Sa formation s’est faite en Inde et à Nairobi. Après son ordination, il fut nommé à Malya, dans l’archidiocèse de Mwanza (Tanzanie), où il avait fait son stage. Il a ensuite travaillé à la maison de formation SMA de Madurai. Puis il fut le pasteur de Kitalé (Kenya), avant d’être rappelé en Inde comme trésorier de la maison SMA de Jatcherla (Andra Pradesh). Partout on s’accorde à reconnaître qu’il a exercé son engagement avec amour et responsabilité. Il est décédé le 23 janvier 2017, à l’âge de 52 ans.

Publié le 29 mars 2017 par Francis Kalan Madhan