Fraternité en Christ

Monsieur le Président,
Messieurs les membres du Jury,

L’honneur m’échoit en ce jour de vous exprimer toute ma gratitude pour la disponibilité dont vous avez fait montre en siégeant dans le Jury de ma thèse.
Je souhaiterais remercier à titre exceptionnel la Société des Missions Africaines, l’Institut de vie apostolique auquel j’appartiens. Elle m’a permis de vivre cette enrichissante expérience. Je pense au Conseil du District en formation d’Afrique, à celui de la Baie du Benin et à tous les membres de la Province de Strasbourg.
Qu’il me soit permis de citer nommément Valérie BISSON, Jean-Paul ESCHLIMANN, Jérôme FLECK, Josée KAEFFER, Claude REMOND, Georges SELZER, Joseph TANGA-KOTI et Jacques VAROQUI pour l’attention qu’ils ont portée à différents degrés à l’élaboration de ce travail à travers des critiques constructives et la relecture du manuscrit. Par ailleurs, je n’oublie pas les différents conseils pastoraux de la Communauté de paroisses Terre de Missions dont j’avais la charge curiale. Ils ont été compréhensifs et tolérants à mon égard.
Au niveau académique je tiens à remercier le Groupe de Recherche et d’Etudes Œcuméniques (GREDO) et le Séminaire en Théologie des Religions qui ont constitué pour moi un laboratoire de recherche dont les membres, enseignants-chercheurs, doctorants et étudiants, m’ont aidé par la pertinence des échanges et de leurs observations à améliorer la qualité de mon travail. La joie et la passion que j’ai éprouvées dans ces recherches ont été à la hauteur des défis pédagogiques et méthodologiques que j’ai pu relever. Je citerai en premier les défis liés à la langue. La non-maîtrise de la langue de Goethe a constitué quelques difficultés dans l’exploitation libre et facile des sources en ce qui concerne la documentation. D’autre part il y avait un choix méthodologique à opérer. Je suis conscient que le mien n’est certes pas conforme à l’orthodoxie traditionnelle. Néanmoins je l’assume.

[1] 1 Co 12, 27.

[2] Ac 2, 44-45 ; 4, 32.

[3] Jn 10, 1-10.

[4] Jn 10, 11-15.

[5] 1 Co 3, 9.

[6] Mt 21, 33-43.

[7] 1 Co 3, 9.

[8] 1 Tm 3, 15.

[9] Ap 21, 3.

[10] Ga 4, 26 ; Ap 12, 17.

[11] Ap 19, 7 ; 21, 2.9 ; 22, 17.

[12] 1 Co 12, 13.

[13] Jean-Paul II, Ecclesia in Africa, N° 63, dans Maurice Cheza, Le Synode africain, p. 311-312.

[14] Ignace Ndongala Maduku, Pour les Eglises régionales en Afrique, Paris, Karthala, 1999, p. 47-136.

[15] Mc 14, 36 ; cf. Lc 23, 46.

[16] Jean-Claude Sagne, L’Evangile de Jean : le Père, le Fils, l’Esprit-Saint, Versailles, Ed. Saint-Paul, 2000, p. 287.

Publié le 24 octobre 2012 par Nestor Nongo Aziagbia