In memoriam : Jean-Paul GRASSER

Avec la disparition de Jean-Paul Grasser le 7 novembre 2014 à l’âge de 76 ans, la Société des Missions Africaines a perdu un fidèle ami membre honoraire et Haguenau, la cité de Barberousse, une de ses mémoires les plus reconnues.

Jean-Paul Grasser est né le 3 octobre 1938 à Haguenau. Après ses études secondaires, il a entrepris des études d’histoire-géo à l’université de Strasbourg [1]. Titulaire d’un CAPES, il a enseigné une année au lycée de Bouxwiller, puis au lycée Robert-Schuman de Haguenau jusqu’à sa retraite en 1998. Il s’est marié en 1964 avec Josiane Wendling [2]. Trois filles sont nées de leur union ; il était très fier de ses onze petits-enfants, dont sept font déjà des études supérieures.

JPEG - 123.3 ko
Jean-Paul Grasser

Passionné d’histoire locale et régionale
Jean-Paul Grasser était évidemment, de par sa formation, passionné d’histoire, de l’Alsace et de Haguenau en particulier. Ses élèves appréciaient d’ailleurs ses références à l’histoire locale dans ses cours. Président de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Haguenau, il a publié de nombreux ouvrages ainsi que des thèses sur Haguenau soutenues par des étudiants. Parmi ses publications, citons : La Décapole, Haguenau sous la Révolution, Haguenau dans la tourmente, La Fonction pénitentiaire de Haguenau, une Histoire d’Alsace et, en 1999, L’Histoire de Haguenau des origines à nos jours [3], ouvrage épuré et enrichi de nombreuses illustrations en 2014 par son ami Gérard Traband, ancien adjoint au maire de Haguenau et conseiller régional d’Alsace chargé de la culture. Son vif intérêt pour la vie locale a, par ailleurs, amené Jean-Paul Grasser à organiser diverses expositions sur la Seconde Guerre mondiale et la libération de Haguenau, ses bistrots, sa prison, la vie militaire dans la ville etc [4].
Il aimait aussi voyager et, avec sa famille, parcourait la France et l’Europe. Il a participé également à de nombreux voyages avec la paroisse protestante de Haguenau sous la conduite du pasteur Robert Mall et, surtout, il ne manquait jamais d’aller se ressourcer au Tyrol où il appréciait l’accueil et la convivialité des habitants.

Ami de la chapelle et membre honoraire de la SMA
Le défunt fréquentait régulièrement la chapelle des Missions Africaines de Haguenau. Tout naturellement, il a accepté la présidence du comité des « Amis de la chapelle » dès la fondation, dans les années 1980, de cette association rebaptisée en 1996 « Association St-Arbogast des Missions Africaines » avec un triple objectif : entretien de la chapelle, soutien des œuvres missionnaires sma, contribution au renforcement du lien social dans le quartier autour des Missions Africaines de Haguenau. En collaboration avec les membres du comité, il a été à l’origine de divers travaux urgents d’entretien et de rénovation de la chapelle ainsi que de l’organisation du repas annuel de la fête patronale de l’Immaculée Conception qui, début décembre, réunit de nombreux amis de la chapelle et des Missions.
Jean-Paul Grasser était, en outre, depuis le 10 décembre 2006, membre honoraire de la SMA. Dans sa lettre de motivation datant du 6 mai 2006, il exprimait son « profond attachement aux Missions Africaines ». Il écrivait encore : « J’ai passé ma prime jeunesse à l’ombre de la « Colonie », c’est le terme qu’utilisaient alors les gens du quartier pour désigner les Missions Africaines et leur chapelle, qui a été véritablement le théâtre de mes premières démarches de jeune chrétien. J’y ai d’ailleurs été longtemps servant de messe. »

Le 12 novembre 2006, il a été victime d’un AVC. Mais malgré ses handicaps, il s’en est relevé avec le soutien de son entourage et grâce à son admirable pugnacité. Il a dû, malheureusement, mettre un terme à ses recherches ainsi qu’à ses fonctions de président de la Société d’Histoire de Haguenau et de l’Association St-Arbogast des Missions Africaines.
Son état de santé s’est détérioré à partir du printemps 2014. Profondément affecté par la perte prématurée de son ami Gérard Traband le 11 juillet 2014, il est allé le rejoindre le 7 novembre. L’église St-Georges de Haguenau, dont aucune pierre sculptée n’avait de secret pour lui, était comble lors de ses obsèques qui ont réuni le tout Haguenau, tant le défunt était apprécié, estimé et respecté de ses concitoyens. Plusieurs pères des Missions Africaines ont concélébré l’eucharistie des funérailles présidée par le curé Stanislas Kupczak.

[1] En même temps que les futurs Pères sma Jean-Pierre Frey et Roger Moritz, qui sera le parrain d’une de ses filles.

[2] Josiane Grasser fut durant deux mandats (de 1989 à 2001) adjointe au maire de Haguenau chargée de la vie scolaire.

[3] Cette précieuse somme historique vient d’être rééditée pour le 9e centenaire de la cité de Barberousse célébré durant toute cette année 2015.

[4] Il a aussi rendu d’éminents services à la ville comme guide touristique durant de longues années.

Publié le 8 avril 2015 par Etienne Weibel