Jean Perrin, de Sotouboua (Togo)

Comme je n’avais rien eu dans ma jeunesse, surtout avec mes études bâclées , j’ai voulu que les enfants d’ici aient autre chose. D’où mon orientation vers les mouvements de jeunes (scouts, majorettes...) et vers la création d’écoles. Après les écoles primaires et les collèges, je me suis attaqué à un gros morceau : une université. Ce n’est pas simple. J’en suis au début. Il y a quand même trois classes avec salles des profs, secrétariat et direction. Le Gouvernement togolais a tenu parole et est en train d’installer le courant sur 1km 500 pour un montant de 90 000€. C’est beau. Nous avons pu creuser un puits et construire un château d’eau. Dans sa dernière lettre, l’évêque me demande si, avec les dons de Noël, j’arriverai à construire l’amphi et le resto pour qu’il puisse demander l’agrément.

JPEG - 96.4 ko
Le bâtiment de l’université de Sotouboua.
Photo Jean Perrin

Chers amis, ce qui reste à faire est encore grand. Le Président de la République Française s’est laissé émouvoir et oriente le resto et l’amphi vers des ONG. Mais il reste l’hébergement des professeurs et des élèves et d’autres classes. Le monde ne s’est pas construit en un an. Il me faudra encore au moins trois ans. Peut-être qu’à l’occasion de mon 90ème anniversaire vous pourriez faire un plus, et qu’ainsi l’université puisse ouvrir l’an prochain...

JPEG - 137.9 ko
Le sanctuaire marial.
Photo Jean-Pierre Frey

Le sanctuaire marial a connu une grande affluence avec le pèlerinage diocésain des légionnaires. Plus de mille personnes ! L’évêque était là, les majorettes ont animé la procession du Livre à la messe et joué « Ave Maria Stella ». Nous avons une fanfare de filles.

Publié le 8 avril 2015 par Jean Perrin