Jubilé de Diamant du diocèse de Sokodé

Ouverture du Jubilé par Mgr Ambroise K. DJOLIBA en la cathédrale de Sokodé le 19 septembre 2015

Église de Sokodé, Église du Nord Togo, connais tes ancêtres dans la foi chrétienne et sois fière. En d’autres termes, Église de Sokodé, Église du Nord Togo, connais ton histoire et rends grâce à Dieu en proclamant Jésus-Christ. Personne ne peut célébrer un anniversaire sans se souvenir de tous ceux qui en sont les artisans et les auteurs principaux. (…) Aujourd’hui, notre Église-Famille de Dieu qui est à Sokodé, est rassemblée pour ouvrir, dans la prière, les manifestations devant marquer les 60 ans de l’érection canonique de notre diocèse de Sokodé.
En effet, c’est le 14 septembre 1955 que la Préfecture Apostolique du Nord Togo, avec son siège à Sokodé, a été élevée au rang de diocèse de Sokodé. En jubilant aujourd’hui, quels noms allons-nous prononcer dans nos bouches ? Les noms de tous ceux qui ont préparé, par leur travail et le don d’eux-mêmes, l’avènement de notre diocèse. Qui sont-ils ?
Nous ne pouvons pas, et nous ne voulons pas faire table rase de notre histoire, de notre passé. Nous voulons, au contraire, retrouver nos racines, nos ancêtres, ceux-là mêmes qui ont fait notre Église du Nord Togo, notre histoire, pour avec eux tous louer le Seigneur notre Rédempteur et lui rendre grâce, lui qui conduit les pas de ses fidèles.

Monseigneur Joseph STREBLER (1937-1945)

Quand nous parlons de l’Église du Nord Togo, il nous faut remonter dans l’histoire jusqu’au 18 mai 1937, où le Nord Togo a été érigé en Préfecture Apostolique indépendante par le pape Pie XII. Ensuite, il nous faut nous arrêter à la date du 24 juillet 1937, où le Père Joseph Strebler fut nommé Préfet Apostolique du Nord Togo. C’est le tout premier Préfet Apostolique du Nord Togo. Il avait alors quarante-cinq ans et travaillait comme missionnaire en Côte d’Or depuis seize ans ; il était là-bas Vicaire Général de Monseigneur Portier.

Nommé premier Préfet Apostolique du Nord Togo, avec son siège à Sokodé, alors qu’il ne connaissait pas le Togo, il fait une première visite à sa préfecture le 26 novembre 1937. Il est accueilli chaleureusement et fraternellement par les missionnaires présents dans sa Préfecture Apostolique. Puis il retourne à Cape Coast. Il quittera définitivement le Vicariat Apostolique de Cape Coast le 4 février 1938 pour son nouveau poste au Togo. Il arrive dans sa Préfecture Apostolique et s’installe à Sokodé le 8 février 1938.

La première chose qu’il fait, c’est de prêcher une retraite au groupe des prêtres de sa Préfecture Apostolique et une deuxième retraite au groupe de catéchistes présents dans sa préfecture. Puis il discute avec eux tous d’un programme d’apostolat et les associe à ses décisions. Il prend connaissance des besoins de sa Préfecture Apostolique qui demande des dispensaires.

Les premières années de son ministère comme Préfet Apostolique du Nord Togo furent dures : les difficultés ne manquèrent pas : mobilisation et démobilisation des Pères missionnaires, incendie de la mission de Lama-Kara (mars 1938), destruction de l’église de Bassari par un ouragan, avril 1938, mort accidentelle du Père Georges Krauth à Mango (tombé du haut de la maison qu’il construisait).

Malgré toutes ces difficultés, la Préfecture Apostolique du Nord Togo a continué à progresser, et c’est ainsi que, en 1945, quand Monseigneur Joseph Strebler quitta Sokodé pour le Vicariat Apostolique de Lomé, il y avait cinq mille (5.000) catholiques au lieu de huit cents (800) en 1938.

Monseigneur Joseph Strebler, nommé Vicaire Apostolique de Lomé après la mort de Monseigneur Jean Marie Cessou, mort survenue à Lomé le 3 mars 1945, dut quitter Sokodé après dix ans de séjour « au milieu d’une population qu’il aimait ». Il écrit lui-même : « j’aimais mes braves gens du Nord, et je les quittai quand l’espoir d’un début de succès pointait à l’horizon… C’était dur ».

En 1941, une jeune fille de Yadè-Bohou, Mèèba Marguerite, désireuse de devenir religieuse partait pour Calavi au noviciat. En 1943, elle sera suivie de Mlle Elisabeth Bakpessi, sœur de l’Abbé Chrétien Bakpessi qui, le 21 décembre 1952, sera ordonné prêtre à Rome et deviendra ainsi le tout premier prêtre africain de tout le Nord Togo. En 1965, le 09 août, ce tout premier prêtre africain du Nord Togo sera nommé premier évêque togolais sur le trône épiscopal de Sokodé.

Disons que, à Sokodé, de 1938 à 1945, Monseigneur Joseph Strebler fut surtout un défricheur et un semeur.

Le 18 avril 1946, Monseigneur Joseph Strebler quitte Sokodé pour Lomé, d’où il s’embarquera le 24 avril pour la France. Il arrive à Marseille par bateau le 2 mai 1946. Il sera sacré évêque en Alsace à la basilique de Marienthal par son Excellence Jean Julien Weber, évêque de Strasbourg, assisté de Monseigneur Hubert Paulissen, Vicaire Apostolique de Kumassi (Ghana) et de Monseigneur Alphonse Kirmann, Vicaire Apostolique de Sassandra (Côte d’Ivoire), coconsécrateurs appartenant tous deux de la SMA comme Mgr Strebler lui-même).

Mgr Joseph Strebler est l’ancêtre fondateur de l’Église catholique du Nord Togo et nous nous devons de garder vivant son souvenir dans les cœurs reconnaissants et dans notre mémoire d’homme et de femme. Il s’est beaucoup dévoué, a beaucoup aimé les populations du Nord Togo, et a travaillé avec ses quelques missionnaires pour annoncer le Christ dans le Nord Togo.

Il est le seul évêque au Togo qui ait connu les réalités et du Nord et du Sud Togo pour les avoir vécues avec beaucoup d’amour. C’est Monseigneur Joseph Strebler, fondateur de l’Église catholique du Nord Togo, qui a fait venir les Sœurs Catéchistes du Sacré Cœur en 1939 à Yadè pour ouvrir un dispensaire, soigner les gens à domicile et ouvrir une école de filles. C’est encore lui qui a fait venir les Sœurs Notre-Dame des Apôtres à Sokodé pour ouvrir l’école des filles et les mêmes Sœurs Notre-Dame des Apôtres à Kolowaré pour la léproserie.

Il ouvrit, à Yadè, une école des petits clercs d’où trois élèves rentreront au petit et grand séminaire de Ouidah pour devenir prêtres : ce sont les Pères Clément Agaté, Maurice Pérèzi et Pierre Tchiwélé. C’est encore lui qui, en 1940, envoya le petit Chrétien Bakpessi au séminaire de Ouidah. Celui-ci sera ordonné prêtre à Rome, le 21 décembre 1952 et il sera le tout premier prêtre africain de tout le Nord Togo, puis en 1965, le 09 août sera nommé évêque de Sokodé. Enfin, disons que c’est Monseigneur Joseph Strebler qui avait construit le tout premier évêché de Sokodé que nous voulons restaurer.

(à suivre au prochain numéro)

Publié le 8 mars 2016 par Mgr Ambroise K. Djoliba