L’Ascension : Jésus monte au ciel.

Ascension

Première lecture
Lecture du livre des Actes des Apôtres
« Tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva. » (Ac 1, 1-11)

Cher Théophile,
dans mon premier livre j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné depuis le moment où il commença, jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel, après avoir, par l’Esprit Saint, donné ses instructions aux Apôtres qu’il avait choisis. C’est à eux qu’il s’est présenté vivant après sa Passion ; il leur en a donné bien des preuves, puisque, pendant quarante jours, il leur est apparu et leur a parlé du royaume de Dieu.

Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux, il leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre que s’accomplisse la promesse du Père. Il déclara : « Cette promesse, vous l’avez entendue de ma bouche : alors que Jean a baptisé avec l’eau, vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés d’ici peu de jours. » Ainsi réunis, les Apôtres l’interrogeaient : « Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas rétablir le royaume pour Israël ? » Jésus leur répondit : « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Mais vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »

Après ces paroles, tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva, et une nuée vint le soustraire à leurs yeux. Et comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait, voici que, devant eux, se tenaient deux hommes en vêtements blancs, qui leur dirent : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »

Psaume
(Ps 46 (47), 2-3, 6-7, 8-9)

R/ Dieu s’élève parmi les ovations, le Seigneur, aux éclats du cor.

Tous les peuples, battez des mains,
acclamez Dieu par vos cris de joie !
Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable,
le grand roi sur toute la terre.

Dieu s’élève parmi les ovations,
le Seigneur, aux éclats du cor.
Sonnez pour notre Dieu, sonnez,
sonnez pour notre roi, sonnez !

Car Dieu est le roi de la terre,
que vos musiques l’annoncent !
Il règne, Dieu, sur les païens,
Dieu est assis sur son trône sacré.

Deuxième lecture
Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens
« Parvenir à la stature du Christ dans sa plénitude. » (Ep 4, 1-13)

Frères,
moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous exhorte donc à vous conduire d’une manière digne de votre vocation : ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ; ayez soin de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il y a un seul Corps et un seul Esprit. Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, au-dessus de tous, par tous, et en tous. À chacun d’entre nous, la grâce a été donnée selon la mesure du don fait par le Christ. C’est pourquoi l’Écriture dit : Il est monté sur la hauteur, il a capturé des captifs, il a fait des dons aux hommes. Que veut dire : Il est monté ? Cela veut dire qu’il était d’abord descendu dans les régions inférieures de la terre. Et celui qui était descendu est le même qui est monté au-dessus de tous les cieux pour remplir l’univers. Et les dons qu’il a faits, ce sont les Apôtres, et aussi les prophètes, les évangélisateurs, les pasteurs et ceux qui enseignent. De cette manière, les fidèles sont organisés pour que les tâches du ministère soient accomplies et que se construise le corps du Christ, jusqu’à ce que nous parvenions tous ensemble à l’unité dans la foi et la pleine connaissance du Fils de Dieu, à l’état de l’Homme parfait, à la stature du Christ dans sa plénitude.

Évangile
« Jésus fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. » (Mc 16, 15-20)

Acclamation :
Alléluia. Alléluia. Allez ! De toutes les nations faites des disciples, dit le Seigneur. Moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. Alléluia [1].

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus ressuscité se manifesta aux onze Apôtres et leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ; ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »

Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.

Textes liturgiques © AELF
AELF

Homélie
L’Ascension : Jésus monte au ciel.

Cette fête est loin d’être un grand fleuve tranquille ! Non ! Pas tranquille du tout… Mille questions surgissent pour nous empêtrer, et même nous entraver suivre….

Selon l’Écriture, Jésus, le Christ-Messie, Fils de Dieu nous dit Marc, est envoyé dans ce monde par le Père. Il marche avec le Père pour suivre sa volonté ; il marche vers le Père par la croix et le matin de Pâques… Il va ainsi marcher jusqu’au jour où sa mission sera terminée, mais pas « finie ».

En fait, sa mission s’est terminée au lieu et à l’endroit de la première rencontre. Ce lieu de la rencontre, c’est la Galilée des nations, avec son Capharnaüm et son Lac. C’est là qu’ils - certains du moins - se sont rencontrés : Pierre, Jacques, Jean et André… et Matthieu, le douanier de Capharnaüm, collecteur au péage de la porte de la ville qui n’était pas encore automatisée !

La mission, encore appelée « alliance », est en effet une longue marche à travers les siècles. Elle commence par la sortie d’Adam et d’Eve du jardin d’Eden et fonctionne par accomplissements successifs : Abraham, Moïse, David, les prophètes, le peuple en alliance… Tous ces événements « promettent » le Messie, ou un Messie, qui passe par la croix et la résurrection pour monter vers son Père. Comme il le dit : Je monterai vers mon Père et votre Père. Toutefois, il ne laisse pas ses disciples « seuls » et abandonnés : il leur promet un consolateur.

Ainsi, Jésus a semé… Et l’Esprit va récolter, cet Esprit encore appelé « Paraclet » ou défenseur, restera avec nous jusqu’au dernier jour, le nôtre et celui du monde.

L’ascension trouve son modèle dans la transfiguration : Jésus est élevé, non pas pour être transformé mais pour être transfiguré, comme nous le serons un jour. S’il y a un ciel, il faut qu’il soit éternel, sinon nous aurons perdu notre temps. Quant à moi, je trouve que je n’ai pas perdu mon temps, même si, un jour, je ne dois être réduit en simple poussière avant d’être transfiguré. Jésus parti m’aura au moins permis d’ouvrir quelques pistes.

Les disciples, par contre, sont choqués, ils tendent leur cou jusqu’à se le tordre vers ce point oméga dans le ciel où il a disparu. Quelques anges, qui étaient venus pour accueillir et accompagner le Fils et voltigeaient encore par là, eurent pitié de ces pauvres bougres figés comme la femme de Loth et leur dirent : « Vous ne regardez pas dans la bonne direction. C’est ailleurs que votre mission va désormais se passer. »

Et la nôtre aussi, d’ailleurs !

Etrange coïncidence… Dans le temps, à l’ascension, cette fête qui concerne le ciel, les cultivateurs faisaient la procession des rogations sur trois jours… Ils priaient tout en regardant bien la terre car c’est par là que l’année doit être féconde et la moisson abondante. Tout à fait à l’opposé des hommes de Galilée, qui gardaient les yeux rivés au ciel ! Mais eux, ils étaient des « gens de « l’eau » ; c’est leur pêche qui était miraculeuse ! A chacun sa parcelle… Mais le tout est à Dieu.

[1] Cf. Mt 28, 19a. 20b.

Publié le 11 mai 2015 par Jean-Pierre Frey