L’avenir du District de Strasbourg en questionS

Comment envisager l’avenir du District SMA de Strasbourg ? Cette question est revenue comme un leitmotiv tout au long des échanges de vues et des débats de l’assemblée générale de l’association du Foyer des Missions Africaines de Strasbourg, le 21 septembre 2011 à la Maison du Zinswald.

Comme cette rencontre tenait lieu d’assemblée générale constitutive après la décision de principe de la dernière assemblée générale du District SMA de Strasbourg de distinguer dorénavant l’entité canonique, l’instance religieuse du District, de l’organe civil de l’Association du Foyer des Missions Africaines, le Père Nestor Nongo Aziagbia, supérieur du District, y avait invité non seulement les confrères prêtres et frères, mais également tous les membres laïques (actifs ou non).

Il a ainsi rappelé que le District comprend à présent deux organes de direction distincts mais complémentaires : d’un côté le conseil de District composé de trois membres religieux (le supérieur Nestor Nongo, son adjoint Jean-Pierre Frey et le conseiller Jean-Paul Eschlimann) et de l’autre le comité de l’Association du Foyer des Missions Africaines constitué de membres religieux (le président Jean-Paul Eschlimann et le secrétaire Jacques Noirot) et laïques actifs (Adèle Furst, Lilli et Robert Bucher).

Après une courte célébration de la Parole, le Père Nestor Nongo a salué fraternellement l’assemblée forte de plus d’une quarantaine de membres. Tous - religieux et laïcs - se sentent embarqués dans le même bateau, solidaires et conscients de la situation actuelle de la Société des Missions Africaines dans son ensemble et du District de Strasbourg en particulier. Toutefois ils ne désespèrent pas en face d’un avenir délicat. Ils restent confiants. Quoi de plus normal quand on a l’esprit SMA chevillé au corps et au cœur ?

Implication des laïcs et partenariat

Puis le supérieur du District a esquissé les grandes lignes d’orientation et d’action pour le futur immédiat, desquelles se dégagent trois axes prioritaires :

1 Intensification de la collaboration avec les laïcs, dont les membres actifs participent à l’administration et à la gestion du District. C’est ainsi que Lilli Bucher, de Haguenau, assistée par le Père Antoine Lutz, a été « plébiscitée » comme coordinatrice des finances et de la comptabilité du District et qu’Adèle Furst, d’Obernai, s’est vu confier la gestion de la nouvelle résidence Saint-Pierre Claver pour seniors autonomes pour le compte de l’Association du Foyer des Missions Africaines. Deux autres membres laïques actifs, Colette et Etienne Weibel (Marienthal) ont reçu leur « lettre de mission », l’une comme responsable de l’organisation des diverses manifestations du District, et l’autre comme rédacteur dans le domaine information-communication-publication. Dans la logique de la responsabilisation des laïcs, Robert Bucher de Haguenau s’occupe de l’entretien des différentes maisons SMA alors que Jean-Paul Fischer de Réding s’est vu attribuer la charge d’organiser des pèlerinages pour les membres du District. Le Père Nestor a par ailleurs rappelé, à toutes fins utiles, la mise en place d’un comité d’animation pour les membres laïques, dont les réactions et réflexions se font toutefois attendre...

2 Partenariat avec les autres entités SMA. Il est effectif dans certains domaines avec la Province de Lyon (réunions conjointes des deux conseils, décision d’une publication simultanée une fois par an d’une même thématique dans le « Messager - Terre d’Afrique » et dans l’« Appel de l’Afrique »). Quant aux Districts en formation, ils ont adhéré à la proposition de contrat que le District de Strasbourg leur a soumise ; ainsi les confrères poursuivant actuellement leurs études sont mis à la disposition du District pour un mandat de cinq ans minimum. Les entités SMA se rendent, en effet, de plus en plus compte de la nécessité de « mutualiser leurs forces » ; c’est pourquoi celles qui ont besoin de personnel peuvent désormais présenter leur demande et leur projet au Conseil général en janvier de chaque année.

3 Partenariat avec les diocèses. Il est en cours avec les diocèses de Strasbourg et de Metz, et il pourrait s’étendre à celui de Besançon, qui est résolument partant, mais il reste un grand obstacle à franchir, à savoir la constitution d’une équipe.

La « promotion de l’image SMA » auprès des jeunes

Le domaine dans lequel le District piétine, regrette le Père Nestor Nongo, est celui de la promotion de l’image SMA auprès des jeunes du collège des Missions Africaines ainsi que des visiteurs de l’Espace africain dans l’aile de la chapelle des Missions de Haguenau et des Maisons SMA de Strasbourg, de Saint-Pierre, de Haguenau et du Zinswald. Néanmoins, la tutelle du collège haguenovien travaille d’arrache-pied, assure le Père Nongo, pour développer et améliorer la communication visuelle (notamment à travers des plaquettes et des affiches) sur l’importance de la présence et des missions SMA dans le monde, afin de susciter, sinon des vocations, du moins une adhésion plus forte et plus large, une fidélisation des adultes de demain à « l’esprit SMA ». Le collège des Missions Africaines de Haguenau est, en effet, un témoin phare de la présence SMA en Alsace, à laquelle la mémoire et l’imaginaire collectifs l’identifient depuis de longues décennies.

Le « collège des Missions Africaines » de Haguenau

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’assemblée a décidé d’une même voix que cet établissement restera le « collège des Missions Africaines » et de rejeter la proposition de le rebaptiser au nom de « Melchior de Marion Brésillac », fondateur de la Société des Missions Africaines il y a maintenant 155 ans. En Alsace et en Moselle, le « collège des Mission Africaines » s’identifie à l’institution SMA au point que le changement de nom pourrait susciter beaucoup de confusion et nuire à notre cause. L’importance du collège est vitale pour le District de Strasbourg, car il demeure - à côté des familles amies, fidèles des Missions Africaines au sein desquelles « l’esprit SMA » se transmet encore de génération en génération - le seul vivier apte à même de garantir sa pérennité.

« Quel avenir ? » : La parole à tous les participants

Comment envisager, justement, l’avenir du District de Strasbourg ? Un avenir qui, selon le vice-supérieur Jean-Pierre Frey, concerne chacun, est commun à tous, religieux et laïcs. C’était l’une des questions centrales inscrites à l’ordre du jour et qui avait fait l’objet d’un questionnaire (d’où le titre de ce compte rendu avec le mot « questions » au pluriel) dont le contenu et la formulation le destinaient essentiellement aux... membres religieux, selon le sentiment de la plupart des laïcs présents. Répartis en cinq groupes de réflexion comprenant aussi des Pères SMA, les membres laïques ont toutefois tenté d’y répondre de leur mieux, avec objectivité, sincérité et sérénité, en exprimant leurs convictions, leurs espoirs et leur confiance en l’avenir.

Vers l’Assemblée Générale 2013

Le supérieur du District a, par ailleurs, évoqué la marche vers l’Assemblée générale de 2013 à Rome, avec comme thème soumis à la réflexion de tous : La mission SMA aujourd’hui - ses défis et sa vision pour l’avenir. Lors de la phase préparatoire, des comités seront établis par le Conseil Général pour aider à la réflexion. Il s’agit d’un comité sur la mission et d’un autre pour la formation.

Un tandem « à la hauteur de la tâche »

Lors de la partie statutaire de l’assemblée, le bilan financier du District présenté par Lilli Bucher et le Père Antoine Lutz pour l’exercice 2010 a été approuvé à l’unanimité. Le supérieur Nestor Nongo a souligné à cette occasion que le tandem s’active à la mise à niveau du système comptable, un travail ardu et de longue haleine. Nous pouvons leur faire confiance, ils sont à la hauteur de la tâche, a-t-il assuré. Lilli Bucher a d’ailleurs été confirmée dans ses fonctions de coordinatrice des finances et de la comptabilité du District.

Le patrimoine immobilier et foncier du District

Parmi d’autres points importants à l’ordre du jour figurait le patrimoine immobilier et foncier du District. Une des grandes préoccupations exprimées lors de la précédente assemblée de 2010 concernait déjà la sauvegarde des maisons SMA. En particulier celle du Zinswald, dont le responsable et économe, le Père Lucien Derr, a pu apporter des informations plutôt encourageantes. En effet, des contacts pris avec l’Office de tourisme de Moselle à Metz avaient débouché, la veille même de l’assemblée générale, sur la visite de deux représentants messins et du conseiller général du canton de Sarrebourg qui ont découvert les lieux - un havre de paix serti dans un magnifique écrin de verdure - et en ont recensé les indéniables atouts (en raison notamment de la proximité d’importants parcs de loisirs). Ils ont été fascinés par la bonne tenue et la propreté des locaux. En tenant compte des desiderata exprimés par le Père Lucien, ils promettent de voir dans quelles conditions les locaux peuvent être exploités comme chambres d’hôtes sans engager de lourds frais de mise en conformité. Affaire à suivre...

Le Père Jean-Paul Eschlimann, président de l’association du Foyer des Missions Africaines, a annoncé ou rappelé que des affaires de legs et de vente de terrains étaient en cours à Saint-Pierre. Nous sommes dans une impasse avec la vente de deux parcelles sur la route de Weitbruch à Haguenau. Cette situation est due à une erreur professionnelle commise par le cabinet de Me Traband à l’époque des transactions avec la mairie de Haguenau. A Colmar, le logement rue de Logelbach n’avait toujours pas trouvé d’acquéreur, fin septembre.

De nouveaux membres laïcs…

Enfin, pour tenter de recruter de nouveaux membres laïcs, il est important que tous, religieux comme laïcs, fassent passer le message missionnaire, a insisté le supérieur Nestor Nongo.

Publié le 3 février 2012 par Etienne Weibel