L’histoire de l’amour sans mesure de Dieu

Premier Dimanche de l’Avent

Première lecture
Lecture du livre du prophète Jérémie
« Je ferai germer pour David un Germe de justice. » (Jr 33, 14-16)

Voici venir des jours – oracle du Seigneur – où j’accomplirai la parole de bonheur que j’ai adressée à la maison d’Israël et à la maison de Juda : En ces jours-là, en ce temps-là, je ferai germer pour David un Germe de justice, et il exercera dans le pays le droit et la justice. En ces jours-là, Juda sera sauvé, Jérusalem habitera en sécurité, et voici comment on la nommera : « Le-Seigneur-est-notre-justice. »

Psaume
(Ps 24 (25), 4-5ab, 8-9, 10.14)

R/ Vers toi, Seigneur, j’élève mon âme, vers toi, mon Dieu.

Seigneur, enseigne-moi tes voies,
fais-moi connaître ta route.
Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
car tu es le Dieu qui me sauve.

Il est droit, il est bon, le Seigneur,
lui qui montre aux pécheurs le chemin.
Sa justice dirige les humbles,
il enseigne aux humbles son chemin.

Les voies du Seigneur sont amour et vérité
pour qui veille à son alliance et à ses lois.
Le secret du Seigneur est pour ceux qui le craignent ;
à ceux-là, il fait connaître son alliance.

Deuxième lecture
Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens
« Que le Seigneur affermisse vos cœurs lors de la venue de notre Seigneur Jésus. » (1 Th 3, 12 – 4, 2)

Frères,
que le Seigneur vous donne, entre vous et à l’égard de tous les hommes, un amour de plus en plus intense et débordant, comme celui que nous avons pour vous. Et qu’ainsi il affermisse vos cœurs, les rendant irréprochables en sainteté devant Dieu notre Père, lors de la venue de notre Seigneur Jésus avec tous les saints. Amen.

Pour le reste, frères, vous avez appris de nous comment il faut vous conduire pour plaire à Dieu ; et c’est ainsi que vous vous conduisez déjà. Faites donc de nouveaux progrès, nous vous le demandons, oui, nous vous en prions dans le Seigneur Jésus. Vous savez bien quelles instructions nous vous avons données de la part du Seigneur Jésus.

Évangile
« Votre rédemption approche. » (Lc 21, 25-28. 34-36)

Acclamation :
Alléluia. Alléluia. Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut. Alléluia [1].

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
En ce temps-là, Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots. Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire. Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche.

Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste comme un filet ; il s’abattra, en effet, sur tous les habitants de la terre entière. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. »

Textes liturgiques © AELF
AELF

Homélie
L’histoire de l’amour sans mesure de Dieu

Avec ce premier dimanche de l’Avent de l’année C, nous recommençons notre pèlerinage à travers l’histoire déconcertante de la révélation et de la manifestation de l’amour de Dieu pour l’homme. A partir de ce dimanche jusqu’à la prochaine fête du Christ Roi de l’Univers, nous allons parcourir l’histoire de la relation mouvementée qu’un Dieu bon et miséricordieux entretient avec une humanité capricieuse. A travers les cycles liturgiques de Noël, de Pâques et du temps ordinaire, nous allons nous familiariser davantage au déploiement de cette histoire d’amour dont Dieu est l’initiateur.

Nous entamons ce dimanche la lecture, ou la relecture, de l’histoire de l’amour fou, immense, sans mesure de Dieu qui le pousse à voler au secours de sa créature en difficulté en se faisant homme et en prenant la condition de serviteur. C’est l’histoire du mystère de l’Incarnation. Après la création, la chute, Dieu se fait tendresse et pitié. Il vient au secours de sa créature inconséquente que l’orgueil et le péché menacent de perdre et de plonger dans le chaos.

Les lectures de ce premier dimanche de l’Avent nous racontent l’histoire de cette venue. Elles relatent ce que sera ce grand jour de délivrance. Le prophète Jérémie nous décrit ce jour comme l’accomplissement d’une promesse faite par Dieu à Israël. Il donne des indications sur la famille d’où sortira le sauveur. Il résume ce que sera la mission de ce dernier : l’exercice du droit et de la justice. D’où son nom, qui reflète cette mission : Le-Seigneur-est-notre-justice. L’Évangile nous parle, quant à lui, de l’histoire de la seconde venue de Jésus, après sa passion, sa mort et sa résurrection. Luc présente les conditions chaotiques dans lesquelles ce retour aura lieu. Il attire l’attention de ses interlocuteurs sur le fait que la puissance et la gloire re-créatrices de Dieu émergeront au milieu du chaos comme à la création.

Pour saisir cette puissance et cette gloire rédemptrices, Luc recommande des attitudes concrètes à tenir devant le chaos qui menace d’ébranler toute la création : se redresser, relever la tête, veiller dans la prière. Il les contraste avec les attitudes d’insouciance et d’indifférence qui détournent de cette puissance et de cette gloire divines, les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie en dehors de toute référence à Dieu. Le refrain du psaume et la formule de l’acclamation donnent la tonalité de l’acte de foi à poser et de la prière à murmurer en notre cœur en ce temps de l’Avant : Vers toi, Seigneur, j’élève mon âme, vers toi, mon Dieu, Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous le salut. Cet acte de foi, cette prière et la pratique d’un amour intense et débordant à l’égard du prochain, constituent les réponses à développer jusqu’à ce que la puissance et la gloire de Dieu se manifestent dans nos vies individuelles et communautaires.

Avec ces actes primordiaux, entamons notre nouveau pèlerinage à travers l’histoire où Dieu dit son amour qui se fait tendresse et pitié, secours toujours offert à l’homme malgré ses caprices. Demandons à Dieu de nous donner l’intelligence et la sagesse nécessaires pour découvrir, accueillir, savourer, célébrer et faire connaître cet amour divin débordant et sans limite.

[1] Cf. Ps 84, 8.

Publié le 25 novembre 2015 par Albert Kouamé