La Bible Africaine

La Bible Africaine

Pour ce début de l’année 2016, année de la Miséricorde, les filles de Saint Paul (Sœurs Paulines) sont heureuses de présenter « La Bible Africaine », fruit de leur détermination et d’un immense travail de coordination conduit par Sœur Gemma à Abidjan.

La Bible, éditée à 45. 000 exemplaires, doit arriver à Abidjan vers la mi-janvier. Elle pourrait être présentée et introduite sur le marché à l’occasion de la fête de la Conversion de Saint Paul, le 25 janvier 2016. Saint Paul est le patron et le modèle de la grande famille paulinienne, dont les filles de Saint Paul font partie. La Bible Africaine sera vendue localement à un prix très abordable avoisinant 8000 CFA, soit environ 12 €.

Cette bible fait suite à l’édition de la Bible Africaine en langue anglaise, « The African Bible », éditée déjà par les Sœurs Paulines à Nairobi en 1999 et dont le texte était celui de « The New American Bible ». Une édition en langue portugaise a aussi été produite. Depuis l’édition de la bible en anglais, les Sœurs Paulines non seulement ont rêvé de produire l’équivalent en français, mais ont travaillé dur pour réaliser leur rêve, car l’édition d’une bible complète, avec introductions, notes, références, tableaux divers, aux normes d’aujourd’hui « n’est pas petite ».

Le texte de « La Bible Africaine » est celui de la TOB, dernière édition, celle de 2010. Elle inclut les livres deutérocanoniques, admis par les catholiques, c’est-à-dire la Bible des Septante, mais face aux restrictions de l’épiscopat ivoirien, elle n’inclut pas les « autres livres deutérocanonique admis par les orthodoxes » (3ème et 4ème livre d’Esdras, 3ème et 4ème livre des Maccabées, Prière de Manassé, Psaume 151), que la TOB a ajoutés dans son édition 2010 dans un esprit œcuménique plus large.

Il s’agit d’une « bible inculturée », selon l’expression de sœur Gemma. Les introductions, commentaires, notes, ont été entièrement rédigés par les meilleurs biblistes africains, qui enseignent et poursuivent leurs recherches dans les différents instituts et universités en Afrique. Ils font référence aux traditions et cultures africaines, utilisant même le vocabulaire local.

Notre confrère Rémi Factchéon, SMA, directeur des études et enseignant bibliste au CFMA [1] jusqu’en juillet 2015, a été mis à contribution ; et Pierre Trichet, SMA, travaillant actuellement aux archives à Rome, habitué à relire et parfois à réécrire des textes venant de Côte d’Ivoire, a été appelé à en corriger les épreuves.

« La Bible Africaine, avec son ambition et son désir d’atteindre plus en profondeur l’homme africain et d’être facilement entendue et comprise par tous, s’est engagée à offrir des notes et des commentaires qui reflètent non seulement le patrimoine culturel propre aux peuples et aux pays africains francophones, mais aussi les richesses éclairantes de leur sagesse, proverbes et aspirations spirituelles. Elle fait donc désormais partie de ces nombreuses publications de textes sacrés transmis de génération en génération [2]. »

[1] Centre de Formation Missionnaire d’Abidjan, devenu depuis ICMA, Institut Catholique Missionnaire d’Abidjan.

[2] Robert Cardinal SARAH dans la présentation de la Bible Africaine.

Publié le 8 mars 2016 par Jean-Marie Guillaume