La Cause de canonisation du Fondateur

Le Père Bruno Semplicio, sma, postulateur, a présenté à l’Assemblée Générale, la situation concernant l’évolution de la cause de canonisation de notre Fondateur, Monseigneur Melchior de Marion Brésillac.

JPEG - 130.7 ko
Mgr Melchior de Marion Brésillac, fondateur des Missions Africaines.
document sma

Le contexte de la Cause
La procédure exigée, plutôt complexe, demande l’étude qui permet de comprendre les raisons de certaines normes, et le nombre des Causes est très élevé, leur examen demande du temps. Une Cause a un chemin plus facile et rapide quand le Serviteur de Dieu a une grande renommée de sainteté chez les fidèles, une grande dévotion, accompagnée par des grâces nombreuses obtenues par son intercession. Si, parmi elles, il y a une grâce extraordinaire à présenter pour être reconnue comme miracle, cela rend plus rapide le chemin de la Cause. Pour tout cela, il faut de la foi, la foi simple et humble des gens, des pauvres qui savent bien prier le Seigneur. Et il faut la collaboration des confrères.

JPEG - 153.3 ko
Mgr Melchior de Marion Brésillac, fondateur des Missions Africaines.
document sma

La situation actuelle de la Cause
Dans notre cas, ce temps qui passe n’est pas inutile si nous tenons compte de la situation de départ de notre Cause et de notre situation actuelle parce que :
1) à cause de plusieurs circonstances, nous avons attendu plus d’un siècle avant d’introduire la Cause. Normalement, il ne faudrait pas attendre plus de trente ans.
2) Mgr de Brésillac était très peu connu dans la SMA et à l’extérieur, parfois même un peu méconnu. Aujourd’hui notre Fondateur est beaucoup plus connu, non seulement par nous mais aussi par les laïcs qui nous sont proches, par nos bienfaiteurs et amis. Différentes publications l’ont fait connaître, des célébrations que nous avons eues et aussi l’ouverture, la sensibilité et l’engagement de plusieurs confrères, surtout des jeunes.

Sur l’utilité ou la nécessité de la Cause je voudrais dire que je la considère spécialement comme un moyen pour nous engager dans la recherche de la qualité de notre réponse à l’appel à la sainteté que Dieu nous adresse en vue de rendre fructueuse notre vie missionnaire. L’enseignement, le témoignage de vie offert de Mgr de Brésillac et son intercession auprès de Dieu peuvent nous aider.
Dans ce cadre trouve place l’initiative de la lettre aux confrères Notre Fondateur aujourd’hui envoyée trois fois par an. Il s’agit d’un texte écrit par un confrère en toute simplicité et fraternité. Il y a aussi le livre récemment publié en français Spiritualité pour la mission qu’un certain nombre de confrères ont déjà reçu. J’ai rédigé ce livre avec la collaboration de treize confrères. Il veut être un instrument plutôt pratique pour notre formation spirituelle missionnaire et en même temps la réponse à une des questions qui justifient une Cause devant l’autorité de l’Église lors du procès ordinaire mais aussi chez nous, SMA aujourd’hui.

La question qu’on posait aux témoins était : « Croyez-vous que le Serviteur de Dieu ait encore aujourd’hui un message à communiquer au monde qui est le nôtre ? » À partir de la documentation acquise, la réponse est « oui », notamment au niveau de la spiritualité personnelle du missionnaire et de sa communauté, engagés dans une mission au nom de Jésus Christ, de son Église incarnée dans le présent et projetée vers l’avenir. Pour cela, le sujet concernant la Cause de Mgr de Brésillac trouve sa meilleure place dans nos textes, là où l’on parle de la spiritualité et du charisme SMA : le charisme de la SMA jaillit du charisme de sa fondation et de son fondateur et de sa sainteté.

JPEG - 103 ko
Mgr Melchior de Marion Brésillac, fondateur des Missions Africaines.
document sma

Le progrès d’une Cause comme la nôtre dépend en grande partie de la sensibilité, de l’intérêt constant, de l’engagement concret de tous les confrères de la SMA, et avant tout de ceux qui sont engagés dans la formation, l’animation et l’action pastorale. Les contacts avec eux me sont très utiles.

Von Balthasar a écrit : « Les saints dans l’Église sont le commentaire le plus important de l’évangile, parce qu’ils sont l’interprétation incarnée de la Parole incarnée et ils sont donc réellement une voie pour arriver au Christ ».

JPEG - 113.4 ko
Mgr Melchior de Marion Brésillac, fondateur des Missions Africaines.
Dessin Jacques Varoqui
Publié le 28 mai 2013 par Bruno Semplicio