La cigale et la fourmi aux Missions Africaines

Le Seigneur
dit à Abraham :
« Pars de ton pays,
laisse ta famille
et la maison de ton père
et va dans le pays
que je te montrerai [1]. »

Et à notre manière nous avons fait cela…
Il y a un certain temps, il est vrai,
nous sommes parti
vers un « ailleurs » de la mission « ad gentes »,
comme nous disions,
et nous en sommes revenus.
Et aujourd’hui on nous dit : il faut tout refaire
car la mission s’est mondialisée.

Il est vrai que ce temps d’antan fut un temps
où l’on chanta gaiement aux SMA,
sans se préoccuper de lendemains juridiques
et de statuts associatifs…
où l’on ne savait pas « se vendre »,
ni vendre ses champs et verts pâturages,
sur lesquels plus aucune vache ne broutera…
où les testaments furent écrits à la va vite
et nos bâtiments jetés en baux à la légère…
Alors, on nous dit que nous fûmes à notre manière
de mauvais riches et de piètres intendants…

Et voici que l’esprit de la pentecôte juridique
s’est abattu sur nous et nous crie :
« vérifiez, vérifiez, vérifiez…
modifiez, modifiez, modifiez…
rentabilisez et « tentabilisez [2] »…
Et la cigale que nous sommes restés
et qui n’a jamais su chanter,
se rendit compte qu’elle ne savait pas danser non plus.
Et voici qu’elle se met à déchanter et à déjanter :
Que va devenir le capital, notre capital,
que nous avons soi-disant négligé ?
Car la maison brûle et menace ruine !
Alors, sauvons le trésor !
Dans le temps on disait : « sauvons notre âme ! »
mais les temps ont changé !

Et voici que nous sommes redevenus des fourmis.
Car, affolés comme des fourmis,
nous courons en tous sens pour sauver
le peu qui nous reste de notre capital.
Et c’est très bien,
car ainsi nous apprenons peu à peu
à compter les uns sur les autres
comme de vraies fourmis
dans leur fourmilière
sur laquelle un mauvais passant
ou quelque pèlerin
a jeté une pierre.

Un pompier païen de service

[1] Gn. 12,1-4a. 2e dimanche de Carême.

[2] Oui je sais, c’est un affreux barbarisme ! Mais c’est la sonorité qui m’a enduit en tentation… Il faut être « rentable » et c’est très « tentable » d’être rentable à tout prix ! C’est tout et ce n’est pas vraiment logique.

Publié le 20 juin 2011 par Jean-Pierre Frey