La foi du Bon Larron

Fête du Christ Roi

Première lecture
Lecture du second livre de Samuel
David reçoit l’onction royale. (2 S 5, 1-3)

Toutes les tribus d’Israël vinrent trouver David à Hébron et lui dirent : « Nous sommes du même sang que toi ! Dans le passé déjà, quand Saül était notre roi, tu dirigeais les mouvements de l’armée d’Israël, et le Seigneur t’a dit : Tu seras le pasteur d’Israël mon peuple, tu seras le chef d’Israël. »
C’est ainsi que tous les anciens d’Israël vinrent trouver le roi à Hébron. Le roi David fit alliance avec eux, à Hébron, devant le Seigneur. Ils donnèrent l’onction à David pour le faire roi sur Israël.

Psaume
(Ps 121, 1-2, 3-4, 5-6a. 7a)

R/ Ton règne, Seigneur, est un règne de paix.

Quelle joie quand on m’a dit :
« Nous irons à la maison du Seigneur ! »
Maintenant notre marche prend fin
devant tes portes, Jérusalem !

Jérusalem, te voici dans tes murs :
ville où tout ensemble ne fait qu’un !
C’est là que montent les tribus, les tribus du Seigneur,
là qu’Israël doit rendre grâce au nom du Seigneur.

C’est là le siège du droit,
le siège de la maison de David.
Appelez le bonheur sur Jérusalem :
« Que la paix règne dans tes murs ! »

Deuxième lecture
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens
Dieu nous a fait entrer dans le royaume de son Fils. (Col 1, 12-20)

Frères,
rendrez grâce à Dieu le Père, qui vous a rendus capables d’avoir part, dans la lumière, à l’héritage du peuple saint.
Il nous a arrachés au pouvoir des ténèbres, il nous a fait entrer dans le royaume de son Fils bien-aimé, par qui nous sommes rachetés et par qui nos péchés sont pardonnés.
Lui, le Fils, Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né par rapport à toute créature, car c’est en lui que tout a été créé dans les cieux et sur la terre, les êtres visibles et les puissances invisibles : tout est créé par lui et pour lui.
Il est avant tous les êtres, et tout subsiste en lui.

Il est aussi la tête du corps, c’est-à-dire de l’Église. Il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, puisqu’il devait avoir en tout la primauté.
Car Dieu a voulu que dans le Christ toute chose ait son accomplissement total.
Il a voulu tout réconcilier par lui et pour lui, sur la terre et dans les cieux, en faisant la paix par le sang de sa croix.

Evangile
Évangile selon Saint Luc
Le Roi crucifié. (Lc 23, 35-43)

On venait de crucifier Jésus, et le peuple restait là à regarder. Les chefs ricanaient en disant : « Il en a sauvé d’autres : qu’il se sauve lui-même, s’il est le Messie de Dieu, l’Élu ! »
Les soldats aussi se moquaient de lui. S’approchant pour lui donner de la boisson vinaigrée, ils lui disaient : « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! »
Une inscription était placée au-dessus de sa tête : « Celui-ci est le roi des Juifs. »
L’un des malfaiteurs suspendus à la croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Messie ? Sauve-toi toi-même, et nous avec ! »
Mais l’autre lui fit de vifs reproches : « Tu n’as donc aucune crainte de Dieu ! Tu es pourtant un condamné, toi aussi ! Et puis, pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal. »
Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne. »
Jésus lui répondit : « Amen, je te le déclare : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »

Textes liturgiques © AELF
AELF

Homélie
La foi du Bon Larron.

A propos de la vie politique, nous rêvons parfois d’un gouvernement idéal… pour l’O.N.U. Nous rêvons d’un président qui aurait toutes les qualités et aussi toute la science et le pouvoir nécessaires. Il serait nommé à vie : ce serait donc un roi - un roi universel. Mais nous savons que, dans le monde d’ici-bas, tout cela n’est qu’un rêve. Ce qui fait la loi dans ce monde, malgré les qualités de certains hommes politiques, c’est la force, la puissance des armes et la puissance de l’argent. Notre foi chrétienne nous rappelle aujourd’hui que, au-delà du monde humain actuel, un tel Président, meilleur que dans tous nos rêves, est déjà nommé, qu’il est et sera toujours en exercice pour l’Univers entier.

L’évangile d’aujourd’hui nous l’a présenté en la personne de Jésus de Nazareth, mis en croix à la fin de son passage dans notre Histoire. Imaginons donc ce spectacle du Golgotha. Car c’était un vrai spectacle, que « le peuple restait là, à regarder ». Le titre du spectacle est affiché, au dessus du crucifié central : J.N.R.I. - c’est-à-dire : Jésus de Nazareth, Roi des Juifs. Le roi idéal, annoncé à David, dont il serait un descendant, était le Messie promis. Il serait le roi des Juifs, mais aussi le roi de toutes les nations.

Ce titre de « Roi des Juifs » avait été inscrit par Pilate, sans doute pour faire enrager les Grands-Prêtres auxquels le gouverneur romain s’était soumis pour ne pas être dénoncé à l’Empereur. Ce titre de « Messie, roi des Juifs » était repris en dérision, pour se moquer de Jésus crucifié, par les chefs juifs, par les soldats romains et même par un des malfaiteurs, crucifié à côté de Jésus. Mais ce titre, condensé de toute la foi et de toute l’espérance d’Israël, a été pris au sérieux par l’autre malfaiteur mis en croix. Il a reconnu ses fautes. Il a témoigné de l’innocence de Jésus et il a professé sa foi en Jésus, le Messie, crucifié à côté de lui.

Chers amis, cette foi du Bon Larron, c’est notre foi chrétienne. Alors imitons le Bon Larron complètement. Comme lui, nous sommes chacun sur notre croix personnelle, celle que Dieu a placée dans notre vie terrestre. Comme le Bon Larron, disons : « C’est juste, après ce que nous avons fait ». Soyons aussi les témoins de l’Innocent Crucifié et ouvrons-nous à une immense confiance en lui…

Croyons que nous recevons la même réponse de Jésus : « Aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis ». Aujourd’hui, pour le Bon Larron, c’était le jour de sa mort. Il est vrai qu’il faut être pur pour voir Dieu. C’est pourquoi nous parlons du « Purgatoire ». Mais le Bon Larron avait déjà subi son purgatoire, pour le finir au Golgotha. Alors, nous aussi, profitons de notre purgatoire en cette vie et croyons que le Roi de l’Univers nous accueillera dans Son Royaume, dès la fin de notre vie terrestre.

C’est la grâce que je vous souhaite à tous. Amen.

Publié le 20 novembre 2013 par René Soussia