La maison de Saint-Pierre : rencontre-découverte à cœur ouvert

Lors de leur rencontre du 21 octobre 2013 à la maison du Zinswald, des membres honoraires sma de l’Association St-Arbogast des Missions Africaines de Haguenau avaient fait part au Père Jean-Marie Guillaume, supérieur du District de Strasbourg, de leur désir de découvrir les autres implantations de l’ancienne Province de l’Est de la Société des Missions Africaines. Leur vœu a été exaucé le 19 mars dernier à l’occasion de la rencontre annuelle des membres honoraires sma du district à Saint-Pierre. Ce fut, de leur propre aveu, une journée aussi enrichissante qu’instructive.

Les participants à la réunion du Zinswald ayant décidé de se rencontrer à l’avenir une fois par an pour un temps de partage et de convivialité, et le Père Guillaume ayant proposé la date du mercredi 19 mars 2014, fête de Saint Joseph, pour le prochain rendez-vous fixé à la maison sma de Saint-Pierre, l’occasion a été saisie pour y inviter les membres du comité de l’Association St-Arbogast et leurs conjoint(e)s. Près d’une trentaine de membres et amis laïques des Missions Africaines s’y sont ainsi retrouvés en cette belle journée ensoleillée du 19 mars 2014. Cette maison est aujourd’hui transformée en EHPAD [1]. Ils ont été accueillis dans la salle de réunion par le Père Guillaume, qui a souhaité bonne fête aux Joseph présents [2] avant la lecture d’une prière pour obtenir grâce et assistance du saint patron secondaire et protecteur de la SMA.

La vision missionnaire actuelle

André N’Koy, étudiant sma, a présenté ensuite un court montage audiovisuel intitulé « La SMA en Côte d’Ivoire : quand le tam-tam change de rythme », qu’il a réalisé avec le matériel filmographique de la Province d’Italie et l’appui documentaire et technique du Media Center SMA de Lyon. Ce document a appris à l’assemblée que la SMA est présente depuis 1895 en Côte d’Ivoire, où deux tiers des chrétiens sont catholiques, et que 34 de ses membres sont aujourd’hui encore engagés dans sept des quinze diocèses du pays, sur un total de 1400 prêtres.

Des témoignages recueillis de divers religieux se dégage un ordre de priorités qui convergent à la vision missionnaire actuelle, à savoir se tourner vers les petits, les pauvres. Ces priorités sont : l’annonce de l’Évangile à travers « un engagement de proximité auprès de ceux qui ignorent l’enseignement du Christ » [3] ; le dialogue interreligieux avec, en particulier, la volonté et le souci « d’entretenir de très bons rapports avec les musulmans » [4] ; la réconciliation et la quête de paix entre ethnies et religions à travers une formation en profondeur, la mise en place de CEP [5], la collaboration entre Pères, religieuses et laïcs dans la catéchèse ; enfin, la formation d’un clergé local et de jeunes missionnaires qui doivent être soutenus dans une dimension internationale.

De fidèles amis de la chapelle

Ce montage, unanimement apprécié, a été suivi par la présentation de l’Association St-Arbogast par son président Étienne Weibel sur la base de brèves données historiques fournies par la secrétaire et trésorière Lilli Bucher, une des pionnières de cette association. Celle-ci a un triple objectif : entretien et rénovation de la chapelle des Missions Africaines de Haguenau ; soutien des œuvres missionnaires en Afrique et en Inde ; contribution au renforcement du lien social dans le quartier haguenovien auquel la chapelle sert d’église. Regroupant à ses origines quelques habitants du quartier sous le nom des « Amis de la chapelle », l’association a été officiellement portée sur les fonts baptismaux le 9 mai 1996 à l’initiative de feu le Père Jacques Varoqui et sous le patronage de Saint-Arbogast. Le Pr Jean-Paul Grasser, historien local reconnu, en a assuré la présidence jusqu’à ses graves ennuis de santé, il y a une demi-douzaine d’années.
Depuis un quart de siècle, le deuxième dimanche de l’Avent à l’occasion de la fête patronale de l’Immaculée Conception à laquelle est consacré le sanctuaire, les Amis de la chapelle organisent un repas dont le bénéfice est principalement destiné à financer des travaux d’entretien, de restauration et de rénovation de l’édifice. L’Association St-Arbogast, qui compte une cinquantaine de membres cotisants, a depuis 25 ans mené à bien ou fait exécuter un grand nombre de chantiers, dont plusieurs d’envergure, qu’il serait fastidieux d’énumérer ici. Sans oublier les dons importants pour les œuvres missionnaires en Afrique et en Inde.

La Maison de Saint-Pierre hier et aujourd’hui

Après la présentation par Manfred Reppert, avec sa verve habituelle, de la réalité « membre sma honoraire » toujours prêt à donner un coup de main, à soutenir les activités missionnaires et contribuer ainsi à pérenniser l’esprit et le rayonnement de la SMA, le Père Jean-Marie Guillaume a évoqué l’histoire de la maison sma de Saint-Pierre et présenté sa situation actuelle. Rappelons brièvement que la SMA a acquis le domaine du château de Saint-Pierre, de style Premier Empire, en 1920 pour en faire d’abord le petit séminaire, puis le grand séminaire des Missions Africaines. Sur ses bancs, pendant près d’un demi-siècle et jusqu’en 1969, plusieurs générations de futurs missionnaires (ou non) ont usé leur fond de culotte avant d’achever leurs études théologiques et d’être envoyés en terre de mission en Afrique.
L’institut de formation missionnaire de Saint-Pierre a été transformé à partir des années 1970 en maison de retraite pour les Pères sma. C’est le Père Roger Moritz, supérieur provincial durant quinze ans [6], qui a mené à bien ensuite, avec le soutien de la municipalité de Saint-Pierre et du Département du Bas-Rhin, le grand chantier de transformation en maison de retraite médicalisée pour religieux et laïcs, aujourd’hui EHPAD gérée par le Conseil général du Bas-Rhin.
La visite de certaines parties de l’établissement médicalisé sous la conduite de la directrice Yolande Fahrer a été suivie de celle de la grande chapelle, où le Père Guillaume s’est attaché à présenter les nombreuses scènes bibliques et la symbolique des vitraux et de la toile peinte du chœur. Ces œuvres sont du Père Jean-Paul Schur sma, qui fut un disciple du maître verrier Tristan Ruhlmann, un des promoteurs de la technique des vitraux en dalles de verre serties dans du béton.

Extension de la résidence St-Pierre-Claver

Après une célébration eucharistique en l’honneur de saint Joseph dans la petite chapelle de la maison de retraite, membres honoraires et amis des Missions ont été invités à partager le repas de midi avec les résidents religieux et laïques de l’EHPAD et de la jeune résidence Saint-Pierre-Claver pour personnes âgées autonomes aménagée dans une dépendance du château et inaugurée il y a trois ans. L’association du Foyer des Missions Africaines de Strasbourg est le maître d’ouvrage et gestionnaire de cette nouvelle structure d’accueil des seniors [7], fonctionnelle et bien agencée, que les participants ont également pu découvrir. Elles fait actuellement l’objet d’une extension, avec vaste espace de vie et de loisirs, petite cuisine, laverie, toilettes et quatre studios supplémentaires s’ajoutant aux quinze initiaux. Un petit temps de recueillement au cimetière des Pères sma, et les visiteurs d’un jour ont pris le chemin du retour.

[1] Établissement d’Hébergement de Personnes Âgées Dépendantes.

[2] Il y en avait un !

[3] Père Dario Dozio, supérieur régional.

[4] Mgr Antoine Koné, évêque d’Odienné, et le Père alsacien Pierre Kunegel, qui œuvre sur la mission de Kombolokoura.

[5] Communautés Ecclésiales de Paroisses.

[6] De 1968 à 1983.

[7] Elle accueille des religieux et des laïcs.

Publié le 13 juin 2014 par Etienne Weibel