La maison Saint Pierre Claver

Les résidences pour séniors, aménagées dans un ancien bâtiment de ferme sur le terrain des Missions Africaines à Saint-Pierre, sont en voie d’achèvement. Leur occupation se fait depuis le 15 octobre 2010. Subventionnés par l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (ANAH), le propriétaire (la SMA) est obligé de louer les studios aux conditions fixées par les pouvoirs publics.

JPEG - 141.8 ko
Photo Jean-Paul Eschlimann

Le loyer se répartit en deux catégories :
le « très social », pour des personnes dont le revenu fiscal de référence n’excède pas les 10487 €/an. Le loyer mensuel avoisine les 160 € ;
le « social », pour celles dont le revenu fiscal de référence ne dépasse pas les 190116 €/an. Ce loyer ne dépasse pas les 205,00 € ;
il faut bien sûr y ajouter la pension alimentaire, payée à la société de restauration intervenant à la Maison de retraite et les charges afférentes à l’entretien de l’immeuble.

JPEG - 143.5 ko
Photo Jean-Paul Eschlimann

Dans chaque appartement, vous trouvez un lit, un coin cuisine avec réfrigérateur, un bureau, une chaise, un fauteuil, un meuble bibliothèque et classement faisant séparation entre l’espace nuit et l’espace séjour. La literie et les serviettes sont également fournies. Chaque appartement bénéficie d’une arrivée de téléphone et de télévision. Chacun apporte son poste et fait ouvrir sa ligne de téléphone personnelle. Il n’y aura pas de standard.

La Société des Missions Africaines se réserve cinq studios, qu’elle gère indépendamment des tarifs conventionnés, selon ses besoins spécifiques.

Les premiers locataires ont tous emménagé ou sont en passe de le faire. Des pensionnaires ont demandé à s’y installer.

JPEG - 111.2 ko
Photo Jean-Paul Eschlimann

La gestion de la collocation est assurée par :
Mme Adèle FURST
27 bd d’Europe
67210 OBERNAI
tél. : 03 88 95 44 68

Une fête d’inauguration de la nouvelle structure est envisagée pour le mois de janvier 2011. En attendant, nous souhaitons un bon séjour à tous ceux et celles qui ont choisi d’y habiter.

Publié le 18 février 2011 par Jean-Paul Eschlimann