La Mission de Kombolokoura

Lors de mes congés, on m’a souvent posé la question : où et comment logez-vous ? Comment la Mission est-elle implantée ? Comment vous ravitaillez-vous ? L’eau ? L’électricité ?… Les Missions ont des infrastructures différentes selon le moment de leur implantation et selon leur histoire. Je prends comme référence la Mission de Kombolokoura où je réside depuis janvier 2001 et qui a été fondée par le Père Jean Founchot en 1976.

JPEG - 62.6 ko
La Mission de Kombolokoura (Côte d’Ivoire).
Photo Pierre Kunegel

La Mission a tout d’abord un lieu de culte, située sur une petite colline, pour rassembler la communauté. Un apatam, au pied de la colline, sert de lieu de réunion pour de petits groupes, après la messe du dimanche. Ensuite, il y a la maison d’habitation. Un deuxième bâtiment de logements avait été construit par les Salésiens, nos prédécesseurs qui formaient une communauté de trois religieux. Ces deux constructions, nous les avons transformées, le Père Gino Sanavio et moi, pour qu’elles soient plus fonctionnelles : chacune comprend un bureau et une chambre à coucher avec deux et trois chambres de passage. L’immeuble principal, résidence du curé, sert à la vie en communauté : accueil, repas, bréviaire, télévision… En même temps que nous aménagions les deux bâtiments d’habitations, nous en avons construit un autre pour y faire la cuisine, et un garage avec un magasin pour ranger le matériel.

JPEG - 67.6 ko
Le P. Kunegel au jardin de la Mission de Kombolokoura (Côte d’Ivoire).
Photo Pierre Kunegel

Nous avons entouré une grande partie du terrain alloué à la Mission par les autorités du village d’une clôture d’environ 620 m. Nous pouvons ainsi embellir et aménager cet espace protégé contre la divagation des animaux. A l’intérieur, nous avons maintenu le pigeonnier de nos prédécesseurs, ainsi que la petite bâtisse qui abrite le groupe électrogène et que nous avons dû agrandir pour accueillir un groupe-moteur plus grand, l’ancien ayant rendu l’âme. Il reste d’autres constructions bâties par les Salésiens : une salle de jeunes que j’ai transformée en maison d’habitation pour le cuisinier, une bergerie qui n’a pas repris de service pour le moment et une petite maison d’accueil pour les catéchistes et les catéchumènes venant de villages éloignés.

JPEG - 203 ko
La Mission de Kombolokoura (Côte d’Ivoire).
Photo Pierre Kunegel

Une bonne partie du terrain est occupée par un verger et un jardin où poussent carottes, salades, poireaux, épinards, choux, choux-fleurs, haricots, tomates… et même des fraises ! Le verger, composé de plus de 150 arbres, donne toutes sortes de fruits : mangues, oranges, pamplemousses, mandarines, ananas, graines de palmes… et bien d’autres variétés encore. Avec les fruits, je fais faire de la confiture que je vends à des clients. Grâce à l’aide d’un organisme, j’ai construit un rucher, un poulailler et un bâtiment où l’on entrepose le matériel nécessaire à l’extraction du miel (il sert aussi pour le repassage du linge). Ces activités encouragent les gens à produire des fruits et du vivrier, pour leur propre alimentation d’abord, mais aussi pour la vente. Quant au miel, aux fruits et aux légumes en surplus, les amateurs ne manquent pas lorsque je me rends à Korhogo, une fois par semaine, pour faire des courses. Nous devons en effet acheter beurre, fromage, huile, gaz, carburant…

JPEG - 94.6 ko
La Mission de Kombolokoura (Côte d’Ivoire).
Photo Pierre Kunegel

Sur une petite colline, derrière l’église, s’élève le château d’eau de la Mission ; il se remplit grâce au groupe électrogène qui puise l’eau à 76 mètres de profondeur, à l’entrée de la propriété. Pour les besoins en électricité, le pompage de l’eau surtout, nous mettons le groupe électrogène en marche. Sinon, quelques panneaux solaires suffisent à nous nous éclairer et à faire marcher du petit matériel. Le frigidaire, quant à lui, fonctionne au gaz.

A côté du puits se trouve l’ancien dispensaire du Père Founchot, qui sert pour la protection infantile, l’alimentation des nourrissons et différents soins… Les mamans peuvent s’abriter du soleil ou de la pluie sous un apatam tout proche. Face à l’entrée de l’église, et en contrebas, nous avons encore un bâtiment de trois salles de classe pour l’alphabétisation. Elles servent parfois de dortoirs lors des grandes fêtes de la paroisse. On y fait aussi les réunions des catéchistes, du Conseil paroissial…

JPEG - 59.7 ko
La Mission de Kombolokoura (Côte d’Ivoire).
Photo Pierre Kunegel

Depuis 2006, les religieuses ont quitté la Mission de Kombolokoura. Elles logeaient dans une maison construite par le Père Founchot sur le domaine. Elles avaient, dans un bâtiment annexe, un magasin et des chambres de passage. Une petite chapelle vous accueillait à l’entrée de leur cour.

JPEG - 66 ko
La chapelle de la Mission de Kombolokoura (Côte d’Ivoire).
Photo Pierre Kunegel

Vous venez de faire le tour de la Mission. Mais rien ne vaut un petit séjour sur place pour comprendre les différentes réalités dans lesquelles nous évoluons. Les villages et leur sympathique population vous enchanteront. Car le plus enrichissant, c’est le contact humain, qui nous fait découvrir une autre façon de vivre.

JPEG - 137.2 ko
Le P. Kunegel à la Mission de Kombolokoura (Côte d’Ivoire).
Photo Pierre Kunegel
JPEG - 124.8 ko
Le rucher de la Mission de Kombolokoura (Côte d’Ivoire).
Photo Pierre Kunegel
JPEG - 80.4 ko
Au jardin de la Mission de Kombolokoura (Côte d’Ivoire).
Photo Pierre Kunegel
Publié le 10 octobre 2011 par Pierre Kunegel