La solidarité missionnaire

Que s’est-il vraiment passé lors de l’Assemblée Générale de 2007 ? Quoi qu’il en soit, une chose est certaine. Une impasse a été faite sur les travaux préparatoires en ce qui concerne la restructuration de l’Institut. Très peu de crédit a été accordé à ces réflexions.

A l’évidence, on pourrait dire que les discussions concernaient uniquement le District-en-Formation d’Afrique, qui a été divisé en trois entités : à savoir les Districts-en-Formation du Golfe de Guinée, de la Baie de Bénin et des Grands Lacs. Au-delà des pourquoi, il semblerait que les anciennes provinces et districts d’Europe et d’Amérique avaient peur du changement.

Qu’en est-il cinq ans plus tard, alors que la Société des Missions Africaines est à l’orée d’une prochaine Assemblée Générale ? La question des structures reste d’actualité, et elle se présente même de manière accrue. C’est dans cette perspective que le Conseil provincial des Pays-Bas a accueilli du 14 au 17 février 2012 une réunion de tous les supérieurs des entités SMA d’Europe et d’Amérique. L’objectif principal de cette rencontre était de voir en quoi nos structures peuvent encore être au service de la mission. Il s’agit de l’avenir de la SMA dans ce qui la constitue en tant que réalité ecclésiale. La question se pose inéluctablement à toutes les entités, aussi bien celles du nord que celles du sud.

En dépit des grandes orientations qui sont définies par l’Assemblée Générale et le Conseil Plénier, les différentes entités restent autonomes dans la mise en application de leurs plans d’action. Cet esprit de liberté avait donné par le passé l’impression qu’elles s’intéressaient peu à ce que faisaient les unes et les autres. Toutefois, il est permis de rappeler qu’une véritable solidarité missionnaire est aujourd’hui effective au sein de la Société. Notons à cet effet la constitution de la Commission des Finances, qui porte le souci matériel de la mission et la mise en place des fonds de solidarité, de formation et de développement.

Dans les circonstances actuelles de crise, la Société a besoin de renforcer davantage les liens de solidarité en son sein. Les participants à la rencontre de Cadier-en-Keer ont fait une soumission audacieuse en ce sens à la Commission Préparatoire à l’AG 2013. Ils ont proposé qu’un département soit établi au niveau du Généralat pour :
- «  définir les projets missionnaires existants ou nouveaux au sein de la Société ; ces projets seront soit en Afrique, soit en Europe/Amérique ;
- organiser la collaboration entre les entités au niveau du personnel affecté à de tels projets ;
- coordonner la distribution du personnel pour les besoins de l’administration ;
- s’assurer , dans un esprit de collaboration, que les projets missionnaires soient adéquatement financés ».

La logique qui prévaut n’est pas celle de la survie individuelle. Il ne s’agit pas de tirer la couverture à soi. Les effets d’un arrangement qui privilégierait les intérêts propres sont à la longue désastreux, néfastes et contre-productifs. Au-delà de tout esprit de clocher, le grand défi qu’il convient désormais de relever ensemble est celui de la mission. Donnons-nous les moyens de la mission au service de l’Eglise en conformité avec notre charisme.

Publié le 25 juin 2012 par Nestor Nongo Aziagbia