Le Dieu miséricordieux…

Les chrétiens d’Orient et d’ailleurs sont parfois soumis à des situations peu ordinaires. Il y a une douzaine d’années, accompagné de plusieurs confrères, je m’étais rendu en Égypte pour découvrir ce pays fascinant à plus d’un titre. Nous logions dans la banlieue du Caire dans une paroisse des Missions Africaines et nous y fûmes très bien accueillis par le Père Basile. Le matin, bien sûr, nous allions à la messe dans une église imposante du quartier de Choubra. Et voilà que pendant la messe, quelle ne fut pas ma surprise… les « Dieu notre Père » et les « Seigneur tout-puissant » de nos oraisons étaient couverts par la voix du muezzin de la mosquée voisine « Allahou akbar ». C’était comme deux chœurs qui se répondaient et mêlaient leurs appels à la prière. Je subodorais que le muezzin avait sciemment braqué ses haut-parleurs vers notre église… mais je crois qu’en fin de compte Dieu était le seul à ne pas être surpris par ces diverses louanges qui montaient vers lui.

JPEG - 100.1 ko
Mosquées au Caire
Photo Louis Kuntz

Une autre surprise du même ordre, c’était au Nord du Nigéria, à Jos, où je m’étais rendu pour une réunion des Régionaux. Je ne savais plus trop si j’étais à côté d’une église ou d’une mosquée, des deux s’échappaient le nom d’Allah. Il faut dire que la liturgie était en langue haoussa et que le nom de Dieu dans cette langue était : Allah ! Ce Nord Nigéria a été de tout temps un terrain d’affrontements entre musulmans et chrétiens. Chaque année la presse relate des exactions et des morts de part et d’autre, antagonismes encore exacerbés par les actions de Boko Aram. Là, par contre, je pense que Dieu a été peut-être plutôt surpris de se voir appelé « le Dieu miséricordieux », alors que des deux côtés on faisait preuve de si peu de miséricorde les uns envers les autres.

Publié le 27 janvier 2016 par Claude Rémond