Le merci du diocèse de Strasbourg

Au nom du diocèse de Strasbourg et de Mgr Jean Pierre Grallet, je voudrais saluer les amis du Père Lirot, les confrères des Missions Africaines et les paroissiens présents aujourd’hui, pour son « à Dieu » et pour lui témoigner leur reconnaissance.

Merci au Père Albert Lirot pour toutes les années au service de la Mission. D’abord en Afrique, au Togo, en Côte d’Ivoire et, à partir de 1982, en Alsace, où je l’ai connu spécialement comme curé de Neubois, dans le Val de Villé, étant alors son Vicaire épiscopal. Pendant les 15 ans où il était à Mertzen-Sundgau au service du secteur paroissial, les fidèles ont apprécié son dévouement et sa simplicité qui le rendaient proche d’eux.

« Tout homme est une histoire sacrée. » Chacun, avec ses qualités et ses faiblesses, avec sa générosité et l’aide de l’Esprit Saint, construit sa vie. Albert Lirot n’a pas eu un parcours facile. Orphelin très jeune, il faisait partie de ceux que le pape François appelle « les blessés de la vie », qui ont soif d’être reconnus et aimés, et pour lesquels nous devrions avoir une attention spéciale.

Comme prêtre et comme baptisé, Albert Lirot a répondu à sa manière à l’appel du Seigneur. Que le Maître de la Moisson l’accueille maintenant dans Sa joie et Sa lumière, dans Son Royaume. Qu’Il lui donne cette plénitude de Vie, de dignité et d’Amour pour lesquels tous nous sommes créés et que Jésus Christ nous a promise.

Publié le 3 avril 2017 par Joseph Sifferlen