Le mystère d’Amour de Dieu

Sainte Trinité

Première lecture
Lecture du livre de l’Exode
« Le Seigneur, le Seigneur, Dieu tendre et miséricordieux. » (Ex 34, 4b-6. 8-9)

En ces jours-là, Moïse se leva de bon matin, et il gravit la montagne du Sinaï comme le Seigneur le lui avait ordonné. Il emportait les deux tables de pierre. Le Seigneur descendit dans la nuée et vint se placer là, auprès de Moïse. Il proclama son nom qui est : Le Seigneur . Il passa devant Moïse et proclama : « Le Seigneur, Le Seigneur, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité. » Aussitôt Moïse s’inclina jusqu’à terre et se prosterna. Il dit : « S’il est vrai, mon Seigneur, que j’ai trouvé grâce à tes yeux, daigne marcher au milieu de nous. Oui, c’est un peuple à la nuque raide ; mais tu pardonneras nos fautes et nos péchés, et tu feras de nous ton héritage. »

Cantique
(Dn 3, 52, 53, 54, 55, 56)

R/ À toi, louange et gloire éternellement !

Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de nos pères.

Béni soit le nom très saint de ta gloire.

Béni sois-tu dans ton saint temple de gloire.

Béni sois-tu sur le trône de ton règne.

Béni sois-tu, toi qui sondes les abîmes.

Toi qui sièges au-dessus des Kéroubim,

Béni sois-tu au firmament, dans le ciel.

Deuxième lecture
Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens
« La grâce de Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit. » (2 Co 13, 11-13)

Frères,
soyez dans la joie, cherchez la perfection, encouragez-vous, soyez d’accord entre vous, vivez en paix, et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous. Saluez-vous les uns les autres par un baiser de paix. Tous les fidèles vous saluent.

Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous.

Évangile
« Dieu a envoyé son Fils, pour que, par lui, le monde soit sauvé. » (Jn 3, 16-18)

Acclamation :
Alléluia. Alléluia. Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit : au Dieu qui est, qui était et qui vient ! Alléluia [1].

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.

Textes liturgiques © AELF
AELF

Homélie
Le mystère d’Amour de Dieu

Nous confessons un seul Dieu en trois Personnes, Père, Fils et Esprit. C’est la fête de la Trinité, fête de ce Grosser Gott, qui est profonde communion dans l’unité et la diversité de ses Personnes. Le Père créateur envoie son Fils dans le monde pour révéler qu’Il est le Dieu d’amour et de paix, et l’Esprit Saint continue son œuvre dans le monde. En découvrant ce mystère de Dieu-Trinité, remplissant leur fonction pour le bien de leur unité dans la diversité, le croyant se laisse toujours interpeller par le lien d’amour et de communion entre le Père, le Fils et l’Esprit Saint.

Jean nous dit que « Dieu est Amour » [2]. Et, dans son Évangile, il explique en quoi consiste cet Amour : « Dieu, en effet, a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils, son unique, pour que tout homme qui croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle » [3]. Dans l’Évangile d’aujourd’hui, où nous célébrons la fête de la Trinité en proclamant notre foi au Dieu éternel et véritable, en adorant en même temps chacune des personnes, leur unique nature et leur égale majesté, nous rappelons avec force que Dieu a donné son Fils pour le salut de nous tous. « Dans sa mort sur la croix, dit Benoît XVI, s’accomplit le retournement de Dieu contre lui-même, dans lequel il se donne pour relever l’homme et le sauver – tel est l’amour dans sa forme la plus radicale. Le regard tourné vers le côté ouvert du Christ, dont parle Jean [4], comprend ce qui a été le point de cette encyclique : « Dieu est amour » [5]. C’est là que cette vérité peut être contemplée. Et, partant de là, on doit maintenant définir ce qu’est l’amour. À partir de ce regard, le chrétien trouve la route pour vivre et pour aimer » [6].

La fête de la Trinité nous fait découvrir l’amour dont Dieu nous comble et que nous devons communiquer aux autres. Nous entrons ainsi dans une profonde communion les uns avec les autres. Notre communion avec les Pères de la Trinité est en même temps communion avec les autres, nos frères et sœurs en humanité. « La communion me tire hors de moi-même vers lui et, en même temps, vers l’unité avec tous les chrétiens. Nous devenons un seul corps, fondus ensemble dans une unique existence. L’amour pour Dieu et l’amour pour le prochain sont maintenant vraiment unis : le Dieu incarné nous attire tous à lui » [7]. C’est une grâce que Dieu nous fait à tous de nous approcher de son mystère d’Amour.

[1] Cf. Ap 1, 8.

[2] 1 Jn 4, 8-16.

[3] Cf. TOB, Jn 3, 16.

[4] Cf. TOB, Jn 19, 37 : « Ils verront celui qu’ils ont transpercé ».

[5] Cf TOB, 1 Jn 4, 8 : « Qui n’aime pas n’a pas découvert Dieu, puisque Dieu est amour ».

[6] Benoît XVI, Lettre encyclique Deus Caritas est, n° 12.

[7] Benoît XVI, Deus Caritas est, n° 14.

Publié le 7 juin 2017 par Félix Zannou Houessou