Le Prince de la Paix

Noël, c’est un enfant.
Que peut-on attendre d’un enfant ?
Il faut dire qu’il fut annoncé
sobrement en Matthieu
avec une certaine note de tristesse
chez Joseph qui découvre l’œuvre de l’Esprit
en sa fiancée mais
qui assume et donne un toit à Marie
et un nom à l’enfant.

JPEG - 91.1 ko
Vitrail de la basilique catholique latine Notre-Dame d’Héliopolis
Photo Louis Kuntz

Noël, c’est un enfant qui donne la joie
puisqu’il est l’enfant – sauveur,
l’enfant de la réconciliation,
de la première alliance avec le monde
qui deviendra malgré toutes les apparences
la deuxième alliance au matin de Pâques.

Noël, c’est un enfant du mystère
car rien n’est fait et tout va se faire.
Comme dit Syméon, le vieux serviteur,
mes yeux ont vu la lumière sur les nations
et mon cœur a compris :
à présent tu peux laisser ton serviteur s’en aller,
il est là celui que l’on attendait,
dans les ténèbres je l’ai vu
.

Noël, c’est un enfant
mais le Verbe de Dieu
fait chair en Marie,
la jeune fille de Nazareth
sans titre et sans dot mais
avec un cœur de service
jusque au bout, sous la croix.

JPEG - 196.2 ko
Vitrail de la basilique catholique latine Notre-Dame d’Héliopolis
Photo Louis Kuntz

Oui ! L’annonce de l’enfant
de la gloire de Dieu
résonne une fois encore en cette nuit.
Au ciel, des anges rameutent
les frustes bergers toujours éveillés
et prêts à se laisser surprendre
car la paix, une fois encore,
frappe au cœur des hommes de bonne volonté
plus que jamais nécessaires
à notre monde vigipiraté
où l’enfance semble morte.

Alors, au nom de Dieu,
je vous annonce quand même
une grande nouvelle.
L’enfant que nous attendons est né
comme le Prince de la Paix.
A nous de croire en lui
en allant à Bethléem.

Publié le 27 janvier 2016 par Jean-Pierre Frey