Le Seigneur nous appelle, pour nous guérir de notre aveuglement.

30e Dimanche Ordinaire

Première lecture
Lecture du livre du prophète Jérémie
« L’aveugle et le boiteux, je les fais revenir. » (Jr 31, 7-9)

Ainsi parle le Seigneur : Poussez des cris de joie pour Jacob, acclamez la première des nations ! Faites résonner vos louanges et criez tous : « Seigneur, sauve ton peuple, le reste d’Israël ! » Voici que je les fais revenir du pays du nord, que je les rassemble des confins de la terre ; parmi eux, tous ensemble, l’aveugle et le boiteux, la femme enceinte et la jeune accouchée : c’est une grande assemblée qui revient. Ils avancent dans les pleurs et les supplications, je les mène, je les conduis vers les cours d’eau par un droit chemin où ils ne trébucheront pas. Car je suis un père pour Israël,

Psaume
( Ps 125 (126), 1-2 ab, 2 cd-3, 4-5, 6)

R/ Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous : nous étions en grande fête !

Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion,
nous étions comme en rêve !
Alors notre bouche était pleine de rires,
nous poussions des cris de joie.

Alors on disait parmi les nations :
« Quelles merveilles fait pour eux le Seigneur ! »
Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous :
nous étions en grande fête !

Ramène, Seigneur, nos captifs,
comme les torrents au désert.
Qui sème dans les larmes
moissonne dans la joie.

Il s’en va, il s’en va en pleurant,
il jette la semence ;
Il s’en vient, il s’en vient dans la joie,
il rapporte les gerbes.

Deuxième lecture
Lecture de la lettre aux Hébreux
« Tu es prêtre de l’ordre de Melkisédeq pour l’éternité. » (He 5, 1-6)

Tout grand prêtre est pris parmi les hommes ; il est établi pour intervenir en faveur des hommes dans leurs relations avec Dieu ; il doit offrir des dons et des sacrifices pour les péchés. Il est capable de compréhension envers ceux qui commettent des fautes par ignorance ou par égarement, car il est, lui aussi, rempli de faiblesse ; et, à cause de cette faiblesse, il doit offrir des sacrifices pour ses propres péchés comme pour ceux du peuple. On ne s’attribue pas cet honneur à soi-même, on est appelé par Dieu, comme Aaron.

Il en est bien ainsi pour le Christ : il ne s’est pas donné à lui-même la gloire de devenir grand prêtre ; il l’a reçue de Dieu, qui lui a dit : Tu es mon Fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré, car il lui dit aussi dans un autre psaume : Tu es prêtre de l’ordre de Melkisédeq pour l’éternité.

Évangile
« Rabbouni, que je retrouve la vue. » (Mc 10, 46b-52)

Acclamation :
Alléluia. Alléluia. Notre Sauveur, le Christ Jésus, a détruit la mort, il a fait resplendir la vie par l’Évangile. Alléluia [1].

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, tandis que Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une foule nombreuse, le fils de Timée, Bartimée, un aveugle qui mendiait, était assis au bord du chemin. Quand il entendit que c’était Jésus de Nazareth, il se mit à crier : « Fils de David, Jésus, prends pitié de moi ! » Beaucoup de gens le rabrouaient pour le faire taire, mais il criait de plus belle : « Fils de David, prends pitié de moi ! » Jésus s’arrête et dit : « Appelez-le. » On appelle donc l’aveugle, et on lui dit : « Confiance, lève-toi ; il t’appelle. » L’aveugle jeta son manteau, bondit et courut vers Jésus. Prenant la parole, Jésus lui dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » L’aveugle lui dit : « Rabbouni, que je retrouve la vue ! » Et Jésus lui dit : « Va, ta foi t’a sauvé. » Aussitôt l’homme retrouva la vue, et il suivait Jésus sur le chemin.

Textes liturgiques © AELF
AELF

Homélie
Le Seigneur nous appelle, pour nous guérir de notre aveuglement.

Le Synode sur la Famille est en train de s’achever. Le Pape François avait donné à cette assemblée une double consigne : fidélité à la foi chrétienne - mais aussi : attention aux signes des temps.

L’évangile de ce jour nous offre un bel exemple de cette attention aux signes des temps dans l’attitude de Bartimée, l’aveugle-né. Celui-ci a réfléchi sur les foules qui accouraient pour voir et écouter Jésus, même dans le désert. Il a réfléchi sur le message de ce nouveau prophète qui ne contredisait aucune des Écritures anciennes mais les complétaient toutes. Les miracles opérés par Jésus confirmaient que cet homme était bel et bien le Messie tant attendu.
C’est à cause de cette conviction que Bartimée s’est adressé à Jésus, en criant, malgré l’opposition de la foule. Lorsqu’on lui a dit « lève-toi, il t’appelle », il a bondi, au milieu des gens, ce qui était extraordinaire de la part d’un aveugle. Il avait reconnu le Messie parce qu’il avait bien reconnu les signes des temps.

Comme Bartimée, sachons bien déchiffrer les signes des temps, à notre époque. Premier signe : le réchauffement climatique. Il signifie le grand danger que fait courir à notre planète le consumérisme, c’est-à-dire la soif des pays riches d’une consommation de plus en plus grande, pour le malheur des pays non-industrialisés.
Deuxième grand signe de notre époque : l’afflux des réfugiés en Europe, fuyant la guerre ou la famine. Le message est clair : il faut se serrer un peu, pour faire place à nos frères dans le malheur. On peut trouver beaucoup d’excuses pour ne pas faire cet accueil, mais nous, chrétiens, ne pouvons oublier la parole du Christ : « J’étais étranger, et vous m’avez accueilli chez vous ». C’est pourquoi le Pape François a suggéré que chaque paroisse ou communauté religieuse accueille une famille.

Laissons-nous guérir de notre aveuglement par les signes que Dieu nous donne, à notre époque. Cette guérison nous préparera à la grande lumière de la Vie éternelle. Amen.

[1] Cf. 2 Tm 1, 10.

Publié le 19 octobre 2015 par René Soussia