Le véritable sens du baptême

Baptême du Seigneur

Première lecture
Lecture du livre du prophète Isaïe
« La gloire du Seigneur se révélera, et tout être de chair verra. » (Is 40, 1-5.9-11)

Consolez, consolez mon peuple, – dit votre Dieu – parlez au cœur de Jérusalem. Proclamez que son service est accompli, que son crime est expié, qu’elle a reçu de la main du Seigneur le double pour toutes ses fautes.

Une voix proclame : « Dans le désert, préparez le chemin du Seigneur ; tracez droit, dans les terres arides, une route pour notre Dieu. Que tout ravin soit comblé, toute montagne et toute colline abaissées ! Que les escarpements se changent en plaine, et les sommets, en large vallée ! Alors se révélera la gloire du Seigneur, et tout être de chair verra que la bouche du Seigneur a parlé. »

Monte sur une haute montagne, toi qui portes la bonne nouvelle à Sion. Élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem. Élève la voix, ne crains pas. Dis aux villes de Juda : « Voici votre Dieu ! » Voici le Seigneur Dieu ! Il vient avec puissance ; son bras lui soumet tout. Voici le fruit de son travail avec lui, et devant lui, son ouvrage. Comme un berger, il fait paître son troupeau : son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son cœur, il mène les brebis qui allaitent.

Psaume
(Ps 103 (104), 1c-3a, 3bc-4, 24-25, 27-28, 29-30)

R/ Bénis le Seigneur, ô mon âme ; Seigneur mon Dieu, tu es si grand !

Revêtu de magnificence,
tu as pour manteau la lumière !
Comme une tenture, tu déploies les cieux,
tu élèves dans leurs eaux tes demeures.

Des nuées, tu te fais un char,
tu t’avances sur les ailes du vent ;
tu prends les vents pour messagers,
pour serviteurs, les flammes des éclairs.

Quelle profusion dans tes œuvres, Seigneur !
Tout cela, ta sagesse l’a fait ;
la terre s’emplit de tes biens.
Voici l’immensité de la mer,
son grouillement innombrable d’animaux grands et petits.

Tous, ils comptent sur toi
pour recevoir leur nourriture au temps voulu.
Tu donnes : eux, ils ramassent ;
tu ouvres la main : ils sont comblés.

Tu caches ton visage : ils s’épouvantent ;
tu reprends leur souffle, ils expirent
et retournent à leur poussière.
Tu envoies ton souffle : ils sont créés ;
tu renouvelles la face de la terre.

Deuxième lecture
Lecture de la lettre de saint Paul apôtre à Tite
« Par le bain du baptême, Dieu nous a fait renaître et nous a renouvelés dans l’Esprit Saint. » (Tt 2, 11-14 ; 3, 4-7)

Bien-aimé,
la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. Elle nous apprend à renoncer à l’impiété et aux convoitises de ce monde, et à vivre dans le temps présent de manière raisonnable, avec justice et piété, attendant que se réalise la bienheureuse espérance : la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, Jésus Christ. Car il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien.

Lorsque Dieu, notre Sauveur, a manifesté sa bonté et son amour pour les hommes, il nous a sauvés, non pas à cause de la justice de nos propres actes, mais par sa miséricorde. Par le bain du baptême, il nous a fait renaître et nous a renouvelés dans l’Esprit Saint. Cet Esprit, Dieu l’a répandu sur nous en abondance, par Jésus Christ notre Sauveur, afin que, rendus justes par sa grâce, nous devenions en espérance héritiers de la vie éternelle.

Évangile
« Comme Jésus priait, après avoir été baptisé, le ciel s’ouvrit. » (Lc 3, 15-16.21-22)

Acclamation :
Alléluia. Alléluia. Voici venir un plus fort que moi, proclame Jean Baptiste ; c’est lui qui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. Alléluia [1].

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
En ce temps-là, le peuple venu auprès de Jean le Baptiste était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Christ. Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus fort que moi. Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. »

Comme tout le peuple se faisait baptiser et qu’après avoir été baptisé lui aussi, Jésus priait, le ciel s’ouvrit. L’Esprit Saint, sous une apparence corporelle, comme une colombe, descendit sur Jésus, et il y eut une voix venant du ciel : « Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. »

Textes liturgiques © AELF
AELF

Homélie
Le véritable sens du baptême

Ce dimanche du Baptême du Christ est un dimanche charnière, en effet on voit passer le Christ de sa vie cachée à la vie publique. Ce passage est important car dans les eaux du Jourdain le Christ est manifesté comme Fils du Père envoyé pour la libération des hommes ; et nous mêmes nous apprenons que nous sommes fils et filles de Dieu.

Jean-Baptiste se tenait sur le Jourdain au gué de Bétharaba, passage obligé des caravanes et des troupeaux. Et là, il prêchait et baptisait : baptême de pénitence pour la rémission des péchés. Dans un langage parfois rude, Jean engageait ses concitoyens à se convertir, à changer de vie. Celui qui se reconnaissait pécheur, qui regrettait ses fautes et qui promettait de changer de vie pouvait se faire baptiser. C’était tout ce que signifiait ce baptême.

Et voilà qu’un jour, au milieu de cette file de pénitents s’avance Jésus ! Lui, le Fils de Dieu, le Très Saint, le Très Haut, il se met au rang des pécheurs, il prend la file comme tous les autres. A nous qui faisons tellement d’histoires pour reconnaître nos torts et nos fautes, quelle leçon d’humilité nous donne Jésus ! En faisant ce geste, qui pour lui ne peut pas être un geste de purification, Jésus veut montrer sa solidarité avec l’homme pécheur. Jésus se fait baptiser pour signifier de quel côté il est. Il est du côté des petits, des faibles, des pécheurs, de ceux qui ont besoin de salut.

Et ce qui est étrange et merveilleux, c’est que c’est justement au moment où Jésus se manifeste comme homme en se rangeant dans la file des pécheurs que l’Esprit Saint descend sur lui et que Dieu proclame : « C’est toi mon fils ; moi, aujourd’hui, je t’ai engendré ». Par là, Dieu manifeste ouvertement que tout ce que fera et dira Jésus sera action et parole de Dieu. L’Esprit Saint sera avec lui pour le soutenir de sa force pour être la lumière des nations, ouvrir les yeux des aveugles et délivrer les captifs, comme disait Isaïe pour être le messager de Dieu.

Frères et sœurs, chaque année le Baptême du Christ est là pour nous rappeler le nôtre. Il y a peut-être bien longtemps que nous avons été baptisés. Notre parrain et notre marraine prenaient à notre place les engagements de renoncer au démon et de servir Dieu. Il serait bon aujourd’hui de réfléchir à ces engagements, et peut-être même de les réactualiser. Baptisés comme Jésus, comme lui nous avons été envahis par l’Esprit. Dieu est avec nous comme il est avec lui. En sommes-nous profondément conscients ? A cause de notre baptême, nous sommes conviés à mettre la main à la pâte, à apporter notre collaboration dans la réalisation de la mission de Jésus Acceptons-nous de prendre au sérieux cette responsabilité ? A nous aussi a été confiée la lumière. Avons-nous depuis vraiment vécus en enfants de lumière ? Notre lumière a-t-elle brillée devant les hommes ou, par peur et respect humain, l’avons-nous cachée et empêchée de rayonner ?

Cette fête est pour nous une occasion de prier pour tous ces enfants qui aujourd’hui vont devenir enfants de Dieu et sur lesquels Dieu va se pencher en disant : « Voici mon enfant bien-aimé ». Nous prierons aussi les uns pour les autres pour que nous ne rougissions jamais de notre baptême et pour que nous ayons toujours assez d’honnêteté pour tenir nos engagements. Avoir été baptisé est une chose ; assumer son baptême de façon adulte dans le quotidien de sa vie en est une autre...
Amen

[1] Cf. Lc 3, 16.

Publié le 5 janvier 2016 par Claude Rémond