Le Village « Renaissance »

Le 6 décembre 1990, il y aura bientôt 25 ans, le village « Renaissance » voyait le jour. Pendant plusieurs années, alors qu’il était encore responsable de la paroisse Notre-Dame de la Visitation à Kulundé, le Père Charles Cuenin visita les prisons du Togo. Naturellement, c’est à la prison de Sokodé, la plus proche, qu’il se rendait le plus souvent.

Un jour, alors qu’il était entouré d’une quarantaine de détenus dans un temps de prière et de partage, un condamné à mort l’a interpelé : « Mon Père, faites quelque chose pour nous, les récidivistes ! Ils sortent de prison et ils y retournent. » L’appel était lancé. Et cet appel au secours allait germer progressivement… Mais que faire ? Comment s’y prendre ? Par quoi commencer ?

JPEG - 79.2 ko
Village « Renaissance ». La concession des « Renaissants ».
Photo Bernard Bardouillet
JPEG - 111.7 ko
Village « Renaissance ». Arrosage des cultures maraîchères.
Photo Bernard Bardouillet

Peut-être par trouver un terrain, des finances, construire, recruter des animateurs… Une première tentative pour l’acquisition d’un terrain fut faite, et l’accueil fut d’abord favorable. L’installation du site commençait, quand une voix se fit entendre, venant d’un personnage influent : « Je ne veux pas de pestiférés sur mon territoire ! » Du même coup, tout était anéanti dans l’œuf.
Mais notre Père Charles garde sa détermination pour venir en aide à ses frères « blessés par la vie ». Il se dirige alors vers Yao-Kopé, un village à 15 km au sud de Sokodé. Et là, on le reçut à bras ouverts. On lui proposa un terrain pour y établir ce centre d’accueil qui, lentement, au milieu d’encouragements et d’oppositions, allait trouver son visage : habitations pour les ex-détenus, que l’on appellerait désormais « Renaissants », c’est-à-dire appelés à « renaître » à une vie nouvelle, habitations pour les animateurs, avec progressivement l’arrivée de l’eau et de l’électricité dont bénéficierait plus tard la population villageoise. Grâce au dynamisme du Père Charles et aux nombreux bienfaiteurs dont il savait s’entourer, le projet du Village « Renaissance » commença à prendre forme au cours des mois…

JPEG - 105.9 ko
Village « Renaissance ». Le centre de santé.
Photo Bernard Bardouillet
JPEG - 99.1 ko
Village « Renaissance ». Le logement des infirmiers.
Photo Bernard Bardouillet

Il y a quelque temps, une personne visitant le « Village » faisait cette réflexion : « Pour avoir mis sur pied une telle structure pour les blessés de la vie, il faut un idéal chevronné ! » Qui pourrait le contester ? La devise qui anime tous ceux qui se dévouent ici est brève et pleine d’ambition : « Il y a une vie après la prison ! » Saint Irénée disait, il y a bien longtemps : « La gloire de Dieu, c’est l’Homme vivant ! »

Le Village continue sa route. Les « Renaissants » sont accueillis pour une période de 6 mois, un temps de transit, si l’on peut dire, entre la prison et la vie active. Le temps de se refaire une santé, parfois après des années passées en prison, et de retrouver son équilibre afin de pouvoir avancer la tête haute dans le développement du pays. Et c’est ici l’occasion de féliciter les animateurs qui les entourent, les conseillent et accomplissent des merveilles d’écoute et de patience pour aider leurs frères à « se remettre debout ». « Le bien ne fait pas de bruit » disait François de Sales.

JPEG - 96.3 ko
Village « Renaissance ». Le centre religieux.
Photo Bernard Bardouillet
JPEG - 107.5 ko
Village « Renaissance ». La salle oecuménique.
Photo Bernard Bardouillet

La réussite ? Des statistiques ? Dieu seul sait ce qui se passe dans les cœurs. Même une seule réussite, c’est déjà la récompense de ceux qui en sont les témoins. Un grand ami de l’Afrique, Albert Schweitzer, a ce mot : « Toutes les graines de bonté germeront un jour dans les cœurs ».

Quelques jours seulement avant son départ de ce monde, le 14 mai 2008, le Père Charles me confiait : « Ne perdez jamais de vue le but premier du Village « Renaissance » : l’accueil de nos frères « Renaissants ». Et jusqu’à ce jour, en entrant dans le Village, un panneau frappe le regard : « Ta gloire, Seigneur ! ». La prison, les prisons, qui de nous n’a pas à sortir de « sa prison » ?

JPEG - 108.6 ko
Village « Renaissance ». Après le temps de partage autour du P. Bardouillet.
Photo Bernard Bardouillet
Publié le 26 août 2014 par Bernard Bardouillet