Les liens de communion fraternelle

Il est de coutume que les évêques d’un pays, d’une région ou d’une province ecclésiastique effectuent une visite aux pieds des apôtres Pierre et Paul, véritables piliers de l’Église. Cette tradition vise à renforcer les liens de communion entre les Églises locales et celle de Rome représentée par le Saint Père. Réconfortés par ce pèlerinage aux sources de la foi, les pèlerins sont encouragés à poursuivre avec zèle et détermination leur ministère pastoral. C’est dans cette perspective que les évêques de Centrafrique ont effectué du 13 au 22 mai 2015 à Rome leur visite ad limina apostolorum.

JPEG - 140.5 ko
Le Pape François et les évêques de Centrafrique

Au-delà de l’intensité du programme et des charmes de la ville éternelle, certaines observations méritent d’être relevées. Nous avons bénéficié d’une grande sollicitude fraternelle et pastorale de la part du Saint Père ainsi que des dicastères et des autres services de l’Église. En effet, le Pape et ses proches collaborateurs nous ont assuré de leur proximité dans les souffrances inouïes qu’ont vécues les populations centrafricaines depuis le déclenchement de la crise militaro-politique qui secoue le pays. Le Saint Père a par ailleurs rendu hommage aux chrétiens de Centrafrique pour le témoignage de leur foi et de leur fidélité au Christ ressuscité. Face au déchainement de la haine et de la violence, il a exhorté les communautés chrétiennes à s’inscrire dans la dynamique de l’espérance en s’enracinant dans le mystère de la mort et de la résurrection de Jésus-Christ. Dans cette perspective, les fidèles sont exhortés à assumer leur foi dans la gestion de la chose publique avec le soutien de leurs évêques. Nous avons trouvé dans l’écho du message papal plusieurs aspects des préoccupations pastorales que porte notre Conférence épiscopale : préoccupations relatives à la formation chrétienne, à l’approfondissement de la foi et à la formation du clergé. Il a aussi beaucoup insisté sur l’importance de la proximité de l’Évêque avec ses prêtres, qui permet « de dialoguer dans la vérité avec eux, de pourvoir à ce qui convient le mieux pour chacun, de prévenir et de porter remède aux défaillances ». Quant à la pastorale de la famille, Pape François a encouragé les évêques à ne pas céder aux résistances provoquées par les traditions culturelles, à la faiblesse humaine, encore moins aux colonisations idéologiques nouvelles.

JPEG - 90.7 ko
La cathédrale de Bossangoa, en Centrafrique.
Photo wikipedia

Nous ne pouvons que nous réjouir avec tout le peuple centrafricain de l’initiative de Pape François d’effectuer une visite pastorale en Centrafrique. La date n’en est pas encore définie ; toutefois, elle est envisagée pour l’automne prochain. Les fidèles catholiques, mais aussi tout le peuple centrafricain, fondent beaucoup d’espoir dans cette visite. L’épiscopat centrafricain est convaincu qu’elle confortera les initiatives qui sont prises en ce moment en faveur de la paix, de la réconciliation, du pardon, de la justice, de la vérité, en un mot de la cohésion sociale au sein des populations centrafricaines.

Au terme de cette visite de communion, nous exprimons notre profonde gratitude à Opera della Chiesa qui a veillé à ce que tous nos rendez-vous soient honorés.

Mgr Nestor Désiré NONGO AZIAGBIA sma est Évêque de Bossangoa

Publié le 21 août 2015 par Nestor Nongo Aziagbia