Les membres honoraires du district à la maison SMA de Strasbourg

Les membres honoraires du district SMA de Strasbourg, auxquels s’étaient joints plusieurs membres du comité de l’Association St-Arbogast des Missions Africaines de Haguenau, ont célébré saint Joseph cette année au siège de la SMA à Strasbourg qui vient de fêter le cinquantenaire de son ouverture, à l’automne 1965. L’occasion d’une belle journée de recueillement, puis d’échange autour d’un bon repas indien.

Après deux premières rencontres annuelles communes, il y a deux ans à la Maison SMA de Saint-Pierre et l’année dernière à celle du Zinswald, une bonne vingtaine de membres honoraires laïques du district de Strasbourg et de membres du comité de l’Association St-Arbogast de Haguenau [1] se sont donc retrouvés, le samedi 19 mars 2016, au siège du district, 4 rue Le Nôtre à Strasbourg. La maison fut acquise en 1965 par la Société des Missions Africaines pour y installer le Provincial, la gestion administrative et financière de la province ainsi que son service de publication, d’archives et de communication. La maison-siège du district s’est à cette occasion livrée à cœur ouvert à ses hôtes d’un jour.

Les vertus de saint Joseph
La journée de retrouvailles a été introduite le matin par une célébration eucharistique en l’honneur de saint Joseph à la chapelle de la maison. Entouré des pères Francis Kalan, supérieur de la maison, et Antoine Lutz, de l’économat du district, le Père supérieur Jean-Marie Guillaume a présidé l’eucharistie et centré son homélie sur les vertus du saint du jour.

Joseph, « homme juste selon l’évangile du jour, qui par sa foi et sa confiance en Dieu est devenu celui à qui Jésus a été confié non seulement pour devenir le père pour Jésus, mais le père pour la communauté des croyants ». Le 8 décembre 1870, le pape Pie IX a officiellement déclaré saint Joseph « patron et protecteur de l’Église universelle ». « Ce n’est pas par hasard que le pape François a inauguré son pontificat le jour de la Saint-Joseph, le 19 mars 2013… Par trois fois dans l’évangile de Matthieu, le seul évangéliste qui parle de saint Joseph, il est fait mention d’un songe dans lequel Joseph perçoit le chemin à suivre. Dormir, c’est aussi se livrer, en toute docilité, à Dieu qui vous parle. Joseph, gardien de la maison de Dieu, celle de Jésus et de Marie, patron de l’Église universelle, est aussi le patron des familles, des pères de famille, et des communautés religieuses comme celle des Missions Africaines.

Saint Jean-Paul II a vu en saint Joseph celui qui a été le témoin privilégié du Royaume de Dieu et le serviteur du salut apporté par Jésus. Pour cette raison, il l’a proclamé aussi patron du troisième millénaire et de la nouvelle évangélisation… Modèle de discrétion, d’efficacité et de protection, Joseph est devenu le patron des travailleurs, artisans, menuisiers, ébénistes, charpentiers (qu’il était lui-même), charrons, bûcherons, voyageurs et exilés, fossoyeurs et mourants… Dans leur foi et leurs prières, beaucoup de chrétiens et catholiques en particulier confient à son intercession auprès du Seigneur leurs affaires matérielles sérieuses : recherche d’emploi, de logement…

En raison de sa qualité d’homme juste, nombreux sont aussi ceux qui demandent son intercession pour discerner leur vocation, pour rencontrer le bon époux ou la bonne épouse… Il est, par ailleurs, le protecteur et le saint patron de nombreuses cités, régions et pays, notamment de la Belgique, de l’Autriche, de la Croatie, de la Russie, de la Chine, de la Corée du Sud, du Vietnam, du Pérou, du Mexique, des Etats-Unis et du Canada », où l’Oratoire Saint-Joseph du Mont Royal fondé au début du XXe siècle par saint Frère André Bessette sur les hauteurs de Montréal au Québec est le plus important lieu de pèlerinage dédié au père nourricier de Jésus dans le monde. Et le Père Guillaume de conclure : « Saint Joseph est aussi un modèle pour les prêtres, à qui Dieu a confié la fragile présence de sa parole et de l’eucharistie, présence de Jésus en son peuple, et présence de l’Esprit Saint dans les cœurs des fidèles. N’hésitons pas à le prier. Saint Joseph, priez pour nous ! »

La petite assemblée, qui comptait dans ses rangs un Joseph (le « Sepp » de Niederschaeffolsheim !) à l’honneur en ce jour, a contribué à rehausser la célébration en interprétant en chœur et avec ferveur un florilège de chants de circonstance.

La chapelle et l’art africain
A l’issue de ce temps de recueillement et d’action de grâces, le Père Guillaume a tenu à présenter aux visiteurs la chapelle fraîchement repeinte, qui a été officiellement inaugurée en janvier 1966, il y a donc cinquante ans, en présence notamment du ministre de l’Intérieur et des Cultes Roger Frey. En parfait connaisseur des lieux, il s’est étendu sur certains éléments singuliers de l’agencement et de la décoration du petit sanctuaire dus au Père Lucien Derr, actuel responsable et économe de la maison sma du Zinswald, et qui mettent particulièrement à l’honneur et en relief l’art et l’artisanat africains : l’autel « tombeau », bardé à l’avant d’originaux écussons en cuivre illustrant des coutumes africaines ; habillant le mur derrière l’autel, l’imposant batik réalisé par un artiste sénoufo du Togo et représentant la Sainte Cène, qui est également le motif d’une toile sénoufo à l’entrée de l’avancée abritant le tabernacle ; les quatorze stations du chemin de croix en bois exotique dans lequel sont également taillées et ciselées des statues et statuettes représentant la Vierge à l’enfant et d’autres personnages bibliques…

Cette présentation de la chapelle cinquantenaire a été suivie d’un bref temps d’échange d’informations sur les activités de l’Association St-Arbogast des Missions Africaines de Haguenau, dont la tenue de l’assemblée générale annuelle le 7 avril 2016 [2], et sur l’état d’engagement des membres laïques honoraires au service du district de Strasbourg en particulier et de la SMA en général. « Nous aussi, nous avançons en âge » : leur porte-parole, Manfred Reppert, a rappelé une fois de plus cette évidence et réaffirmé que les membres honoraires ne peuvent apporter qu’un soutien matériel, moral et spirituel aux membres religieux de la SMA toujours engagés dans la formation et l’action missionnaires en Afrique, en Inde et ailleurs. Ce n’est pas rien ! Mais à quand la relève ?

Membres religieux et laïques du district SMA et amis de la chapelle des Missions de Haguenau se sont finalement retrouvés pour le repas de midi autour d’une bonne table, se régalant d’un copieux, savoureux et roboratif menu indien dans une franche ambiance de partage et de fraternité.

[1] Cette association, rappelons-le, s’occupe de l’entretien de la chapelle des Missions Africaines dans la cité de Barberousse.

[2] Voir ci-après.

Publié le 23 août 2016 par Etienne Weibel