Manfred à la réunion des laïques sma à Feriole

Du 27 décembre 2016 au 1er janvier 2017, nous avions une réunion pour les laïcs sma à Fériole, en Italie. Tous les continents étaient représentés : l’Italie d’abord, qui nous a accueillis, la Pologne, les Pays-Bas, l’Irlande, les U.S.A., l’Espagne, l’Argentine, les Philippines, le Bénin, et n’oublions pas la France : Lyon et « Strasburgo ». J’étais accompagné par Jean-Baptiste Zanchi, d’Exincourt, comme membre honoraire sma mais aussi pour me servir d’interprète.

« Labora in gruppo »
A notre groupe était confié le thème de la prière, vaste programme souvent laissé comme la part « incongrue ». « Si nous prenons conscience de la puissance de la prière », comme disait Jean Lafrance [1], on ferait certainement avancer nos affaires. La conversion de la Russie de Staline n’était-elle pas un résultat de la prière ?

Nous avons assisté discrètement à quelques offices du bréviaire et j’ai fait deux constatations : d’abord, le livre des heures devient superflu, beaucoup de Pères prient les offices sur leur tablette ; ensuite, j’étais un peu dépassé par la langue. On n’a pas fait usage des hymnes en latin ; or le latin n’est-il pas la langue qui aurait pu faire l’unité ? Mais qu’importe, l’intention était là.

Beaucoup de discussions, mais peu d’avancées. J’ai relevé une idée : nous pourrions faire trois entités de la situation actuelle : les « Pères » missionnaires, les sœurs NDA et les laïcs, le tout représenté par trois cercles se chevauchant, un peu comme sur le sigle AUDI. Jean-Baptiste Zanchi a quand même fait une remarque : « tout le monde discute, mais il faut agir ! En Afrique, ils n’ont rien et il faudrait un peu plus que bavarder. » A table, nous étions toujours assis au milieu des respectables Pères ; mais dans la vie courante on nous rappelle sans cesse le « niveau » de l’autre par cette expression « n’oublies pas que tu parles à un ingénieur ! » Voilà où le bât blesse : comment faire reconnaître ses qualités professionnelles et ses diplômes ? Sinon, qui nous écouterait ? Je pense pour ma part que la foi du charbonnier est encore d’actualité de nos jours.

Au moment où je vous écris, tous les autres sujets sont encore au moulin, pour être compilés, nettoyés etc. Vous les trouverez sur le blog smalmi.blogspot.fr, avec les premières photos et les textes de l’accueil en trois langues, français y compris.

Personnellement, je me dois de remercier les Pères, sœurs et laïcs sma d’Italie qui ont réalisé un travail sans faille. Et je suis même un peu jaloux, car un Père d’Italie a l’âge d’une de mes filles ! Quant à mon âge…

Je dois conclure avec cette phrase de notre fondateur : « tant qu’il y aura cette volonté, la SMA vivra », que j’ai trouvée dans le gros pavé des Lettres de Monseigneur Marion de Brésillac dont j’ai hérité, et je constate qu’il avait, déjà à son époque, les mêmes soucis que nous maintenant.

Je dois dire cependant que tous ces gens-là étaient présents avec beaucoup d’enthousiasme pour redynamiser la mission aujourd’hui.

[1] Jean Lafrance, La puissance de la prière.

Publié le 21 mars 2017 par Manfred Reppert