Membres laïcs actifs : un statut clarifié

A l’invitation du Père Jean-Marie Guillaume, Supérieur du district sma de Strasbourg, une rencontre des « membres honoraires actifs » du district s’est déroulée jeudi, 17 octobre 2013, à la Maison sma de Strasbourg dans le but de clarifier leur statut et de le rapprocher de celui de « membres associés » tel que prévu par la Société des Missions Africaines à l’échelle internationale.

Présentation des membres honoraires actifs
Le Père Guillaume a pu saluer à cette occasion six des sept membres honoraires actifs actuels, Adèle Furst n’ayant pu être présente ce jour-là en raison d’autres occupations. Lors de l’assemblée du District de juin dernier, la question du statut des membres honoraires actifs avait été évoquée sans que les divers points de vue émis quant aux implications découlant de l’engagement comme « membre honoraire actif » ne se traduisent concrètement par l’adoption d’un statut moins ambigu.

L’animateur de la rencontre a d’abord invité les membres présents à repréciser leur position et leur engagement au service de la SMA se référant à la « convention de bénévolat » qu’ils ont signée en septembre 2011 pour une période de trois ans. Ont ensuite rappelé leur investissement plus ou moins important au service du District de Strasbourg :
Manfred Reppert , qui a représenté l’ensemble des membres honoraires du district de Strasbourg [1] lors des assemblées provinciales ou interprovinciales, a insisté – avec la belle métaphore de « la ruche dont toutes les abeilles travaillent dans le même sens » – sur « la nécessité de tous les membres d’une communauté telle que celle des Missions Africaines de ne pas se replier chacun sur soi dès qu’un problème se pose, mais au contraire de se serrer les coudes et de tendre tous dans la même direction ». Lily Bucher comme comptable de l’ensemble du District qui se réjouit d’obtenir déjà, à force de temps et de travail, des résultats positifs encourageants ;
Etienne Weibel dans la communication et la publicité de la réalité des Missions Africaines passée, présente et future, dans des supports à large diffusion tels que les Dernières Nouvelles d’Alsace et L’Ami du Peuple, mais aussi dans les publications sma Terre d’Afrique et le périodique interne Ralliement ;
Roby Bucher dans les travaux de rénovation et d’entretien des différentes maisons sma de Strasbourg, de Haguenau et du Zinswald, sans oublier le tri de l’abondant courrier de fin d’année au siège de Strasbourg ;
Colette Weibel dans l’organisation de manifestations, en particulier le repas de la fête patronale des Missions Africaines à Haguenau.
Enfin, le diacre Jean-Paul Fischer a dit partager régulièrement les nouvelles des Missions par sa présence aux diverses manifestations du Zinswald. Mais il a surtout insisté sur sa mission principale, à savoir l’organisation de voyages-pèlerinages, en dévoilant le prochain projet pour septembre 2014 sur les traces du fondateur de la SMA Melchior de Marion Brésillac à Castelnaudary, sa ville natale et capitale mondiale du cassoulet [2].
Il faut ajouter Adèle Furst comme gestionnaire des studios de la Résidence saint Pierre-Claver à Saint-Pierre, et fondée de pouvoir pour toute action nécessitant le recours à un notaire.

Entretenir la flamme missionnaire
Résumant la position des membres actifs présents, Lily Bucher a répété que « nous, les laïcs, sommes là pour un service à la SMA, pour donner un coup de main, soutenir la SMA, mais non pour définir les grandes orientations du District pour le futur ». « L’important, l’essentiel, c’est d’entretenir la flamme de l’aventure missionnaire », a renchéri Etienne Weibel, telle que l’ont vécue des centaines de religieux depuis maintenant un siècle et demi en terre africaine lointaine et hostile, souvent au sacrifice de leur santé et au péril de leur vie.
Si, depuis les débuts de cette extraordinaire aventure missionnaire, des milliers de familles, de proches et d’amis se sont identifiés (et ont très généreusement soutenu) à ceux qui, issus de leur sein, ont reçu de la grâce de Dieu la vocation d’annoncer la Bonne Nouvelle dans des contrées reculées et inhospitalières, les familles chrétiennes, dans la société actuelle de plus en plus matérialiste et déchristianisée, se sentent de moins en moins concernées. Car avec le tarissement des vocations elles n’ont plus de référence, de point d’ancrage.
Pour avoir une chance de sauvegarder « l’esprit sma », il est essentiel d’arriver à intéresser les générations montantes et futures qui semblent de plus en plus tentées par l’aventure humanitaire et s’y engager au détriment de l’aventure missionnaire qui les attire de moins en moins alors qu’elle est pourtant une forme d’action humanitaire. Il est primordial de faire comprendre aux jeunes cet apparentement entre aventures humanitaire et missionnaire pour avoir un espoir de faire perdurer l’image d’une institution telle que la SMA. Et en cela, le collège des Missions Africaines de Haguenau constitue, avec son projet éducatif spécifique, un vivier garant d’avenir. De plus en plus nombreux sont aujourd’hui les jeunes – même s’ils sont de moins en moins à être éduqués et à persévérer dans la foi – à faire acte de foi dans l’enseignement du Christ et les valeurs chrétiennes d’humilité, de partage, de solidarité, de générosité, d’ouverture à l’Autre, à l’étranger, en s’engageant individuellement et en groupes, dans le cadre scolaire ou dans celui de la vie associative, dans des actions humanitaires pour contribuer (même si ce n’est que très modestement) à satisfaire les énormes besoins économiques, éducatifs, sanitaires… de leurs frères africains, asiatiques, sud- ou centraméricains. Chez les jeunes, les initiatives d’actions humanitaires se multiplient, contrairement à la « frilosité » des générations précédentes ; ils se montrent bien plus généreux que leurs parents et aïeuls, et c’est un grand signe d’espoir pour l’avènement d’un monde futur plus juste, plus équitable et plus pacifique.

Membres actifs de l’Association du Foyer des Missions Africaines L’appellation « membres honoraires actifs » n’apparaissant pas dans la « convention de bénévolat », au terme des échanges, le Père Guillaume a proposé de retenir l’appellation de « membres actifs de l’association du Foyer des Missions Africaines », ce qui leur donne le droit de vote en tout ce qui concerne les statuts de l’association reconnus par le tribunal d’instance de Sélestat. Il leur reviendra de renouveler leur offre de service au terme des trois années de la convention de bénévolat qu’ils ont signée. Ces membres actifs continuent à faire partie du groupe des membres honoraires qui pourra évoluer à son gré. La proposition a été acceptée par tous les membres présents.
Pour terminer, Jean-Marie Guillaume a annoncé pour le lundi 2 décembre 2013 à Saint-Pierre la célébration du 200e anniversaire de la naissance du fondateur de la SMA, Melchior de Marion Brésillac, jumelée avec la fête patronale, ainsi que les suggestions de diverses manifestations dans le cadre de cet anniversaire courant 2014 à Haguenau et Scherwiller, sans doute aussi au Zinswald et à Rittershoffen, et peut-être aussi à Weitbruch ou Niderschaeffolsheim qui font partie de la communauté de paroisses « Terre de missions ».

[1] Ils sont nominalement au nombre de 28.

[2] Avec entre autres étapes le canal du Midi, le pays cathare et la capitale aéronautique Toulouse.

Publié le 17 mars 2014 par Etienne Weibel