Mettons la personne humaine au centre !

Mgr Vincent Dollmann, évêque auxiliaire en charge des établissements catholiques d’enseignement d’Alsace, s’est rendu à Haguenau le 7 mai dernier, pour faire connaissance avec la communauté éducative du Collège des Missions Africaines.

JPEG - 123.6 ko
Mgr Dollmann devant les élèves du Collège des Missions Africaines de Haguenau.
Photo Jean-Marie Mosser

Un collège bien particulier
L’évêque a d’abord rencontré le conseil de tutelle des Missions Africaines présidé par le Père Jean-Marie Guillaume, supérieur du District de Strasbourg, l’équipe de direction et le chef d’établissement Jean-Marie Mosser, ainsi que des enseignants engagés dans la pastorale avec le Père Justin Kette, aumônier de l’établissement. L’histoire de celui-ci fut évoquée, depuis le petit séminaire que les Pères y fondèrent à leur arrivée en 1927 jusqu’au collège qui accueille actuellement 600 élèves. L’esprit missionnaire que les Pères ont insufflé dans leur œuvre est toujours vivant dans la communauté éducative dont le projet est fondé sur la culture du cœur, du corps, de l’esprit et de l’âme. Les liens avec les missions en Afrique et en Inde, où les Pères ont bâti plusieurs milliers d’écoles, de collèges et de lycées, se poursuivent au travers d’actions de partage (cross de la solidarité, repas partage, kermesse...) qui sont proposées régulièrement aux élèves. Ils viennent ainsi soutenir les Pères dans leurs œuvres, au Togo, au Nigéria et particulièrement en Centrafrique où Mgr Nestor Nongo, ancien aumônier du collège, risque sa vie chaque jour pour relever l’immense défi de la paix entre les hommes.

La diversité des formations suivies dans l’établissement et la qualité recherchée dans l’accompagnement des jeunes témoignent d’une volonté d’ouverture et d’accueil de chacun dans sa différence, dans l’excellence qui est la sienne et dans son espoir de construire une vie empreinte de joies et de réussites. Chaque jeune est unique dans la classe qui l’accueille. Le chemin d’apprentissage qu’il parcourt lui permet de développer ses aptitudes et de nourrir sa curiosité ; les sections sportives, les classes bilingues, la section européenne anglais, les échanges linguistiques, chorals et culturels et les nombreux projets de découverte sont autant de fils conducteurs qui invitent chacun à révéler ses qualités en progressant avec les autres. La culture religieuse et la pastorale sont quant à elles des propositions concrètes de découverte et de prise de conscience que la dimension spirituelle est une partie essentielle, si ce n’est primordiale, de chaque être humain.

JPEG - 112.2 ko
La chorale du collège SMA de Haguenau.
Photo Jean-Marie Mosser

Le message de l’évêque aux jeunes et aux adultes du collège
Un deuxième temps vit converger toutes les classes vers le gymnase où, deux fois dans l’année, les 600 élèves ont l’habitude de s’asseoir ensemble, petits et grands, pour un temps de prière et de partage de la Parole. Pour donner à l’événement une tonalité spirituelle et inviter au recueillement, la chorale du collège interpréta le chant Nous avons vu les pas de notre Dieu croiser les pas des hommes. La lecture choisie par le Père Justin pour l’occasion était la parabole du Semeur, qui convient si bien pour illustrer l’attitude de l’élève en situation d’apprendre et pour aborder avec douceur le domaine de la spiritualité. Dans son commentaire, se fondant sur des échanges et un jeu de questions et réponses avec les jeunes, Père Justin leur livra quelques clefs d’entrée pour comprendre la lecture.

Mgr Dollmann s’avança ensuite pour s’adresser aux élèves. Son message de paix se voulut empreint de douceur et de simplicité :
« Ce qui me semble important, si nous voulons être des messagers de paix, des serviteurs de paix, c’est que dans toute situation, dans toute activité, nous mettions la personne humaine au centre. Imaginez le changement qu’il y aurait dans le monde si on avait toujours le souci que la personne soit au centre. Pour considérer une personne, trois éléments sont à prendre en compte. Il y a d’abord le cœur : c’est le cœur qui permet d’entrer en relation avec les autres. Un drame d’aujourd’hui est que notre société nous donne tout ce qu’il nous faut pour téléphoner et entrer en contact avec les autres, et malgré cela beaucoup de personnes se sentent seules ! Il y a ensuite le corps qui nous permet d’agir. Je me réjouis de l’importance qui est donnée aux sections sportives dans votre établissement ! Il y a enfin l’intelligence. Une personne, c’est donc quelqu’un qui a la possibilité de vivre ces trois éléments. Mon souhait est que chacun d’entre nous sache les développer. Si vous voulez être des artisans de paix autour de vous et en vous, rappelez-vous qu’être heureux c’est essayer d’unir le corps, le cœur et l’intelligence. Par ailleurs, il faut aussi être convaincu qu’une religion n’est pas un instrument qui divise. La religion n’est pas à l’origine des guerres ! Au contraire, la religion bien vécue doit nous aider à mieux respecter la vie et nous respecter les uns les autres. »

JPEG - 101.9 ko
Les élèves étaient venus en foule.
Photo Jean-Marie Mosser

Puis, après la bénédiction de l’évêque et un dernier chant, les jeunes quittèrent le collège. Les enseignants et le personnel du collège se réunirent alors pour entendre Mgr Dollman. Il aborda la mission du professeur dans un établissement catholique d’enseignement à une époque où il y a de réelles difficultés à évoquer la dimension spirituelle bien qu’il y ait de plus en plus d’occasions d’échanges et de colloques qui en proposent une approche. Il invita à adhérer à l’évangile comme repère et à s’y tenir. Il plaça le respect comme intention spirituelle et engagea les professeurs et les éducateurs à relever le défi de la cohérence entre paroles et actes pour former de futurs citoyens actifs, capable de s’engager dans les domaines social, caritatif et politique. Mgr Dollmann rappela aussi que notre vie personnelle et celle de l’autre sont des dons. Il remercia chacun pour son engagement dans l’enseignement catholique, c’est à dire universel et ouvert sur le monde, selon ce que Jésus a révélé.

JPEG - 126.1 ko
Mgr Dollmann devant les élèves du Collège des Missions Africaines de Haguenau.
Photo Jean-Marie Mosser

Pour refermer cette matinée riche d’une densité particulière et précieuse par la lumière qui fut jetée sur cette dimension spirituelle parfois difficile à percevoir au quotidien, un repas fut offert à ceux qui souhaitaient prolonger les échanges avec Mgr Vincent Dollmann.

Publié le 24 novembre 2014 par Jean-Marie Mosser