Noël, ou l’Emmanuel à portée de main

Dieu enfin est descendu de son ciel
Mais il s’est d’abord arrêté au Sinaï
Il y a un certain temps déjà.
Dieu, lui-même, bien plus tard,
Est devenu l’un de nous.
Cela est tellement rare
Dans les religions du monde.
Et cela s’est passé
A Bethléem, la cité de David,
Où il n’y a guère de palais
Ni de place à la maison communale.
Alors il est né au milieu des moutons,
Lui le berger du monde.
C’est normal.

JPEG - 224.2 ko
La Nativité. Vitrail de l’abbaye d’Autrey (Vosges).
Photo Marc Heilig

Voilà que nous l’avons sur les bras,
Cet enfant-Dieu descendu au plus bas,
Ce Verbe fait chair de notre chair
En cette étrange nuit,
Dans cette étrange grotte,
Au milieu de ces visage hirsutes.
Il aurait pu naître comme tout le monde
Dans une maison ou un palais.
Il aurait pu naître ailleurs…
Mais où, puisque les portes étaient verrouillées,
Les fenêtres fermées
Et la salle commune trop pleine
Pour un accouchement ?

Cet ailleurs, il est là,
Dans cet abri à bêtes,
En cette nuit,
Au milieu de ces pauvres gens
Sans prétention.
Dieu a fait donner l’orchestre.
Oui, en pleine nuit !
Et ce sont les anges qui ont dansé
Devant les bergers ébahis,
Dans un Hollywood céleste
Au ciel bien mieux illuminé
Que sur le Sinaï.

JPEG - 202.6 ko
La Fuite en Égypte. Vitrail de l’abbaye d’Autrey (Vosges).
Photo Marc Heilig

Voici qu’à présent ce petit
Est à nous.
Il faudrait l’élever, ce petit de Dieu.
Joseph va s’en charger.
Il faudrait l’éduquer, ce petit d’Israël.
La vie va s’en charger.
Son éducation a déjà commencé
A quelques jours de sa naissance,
Par cette nuit de la fuite vers l’Égypte.
Et cela va durer encore et encore,
Toute sa vie,
Pour se terminer sur une croix.

La réponse viendra au matin de Pâques,
A la sortie d’une longue nuit
Où les forces du mal semblaient triompher
Et qui a commencé
Dans la nuit de Gethsémani.
Il ne faut jamais désespérer
Même si les forces du mal sont à l’affût
Dans la nuit du monde
Encore aujourd’hui.

Dieu reste à notre portée.
Lui aussi est né l’un de nous
Dans une nuit
Éclairée.

Publié le 16 mars 2015 par Jean-Pierre Frey