La joie de nous ressourcer

Premier Dimanche de Carême

1ère lecture : Alliance de Dieu avec Noé qui a échappé au déluge (Gn 9, 8-15) Lecture du livre de la Genèse Dieu dit à Noé et à ses fils : « Voici que moi, j’établis mon alliance avec vous, avec votre descendance après vous, et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous : les oiseaux, le bétail, toutes les bêtes de la terre, tout ce qui est sorti de l’arche. Oui, j’établis mon alliance avec vous : aucun être de chair ne sera plus détruit par les eaux du déluge, il n’y aura plus de déluge pour ravager la terre. » Dieu dit encore : « Voici le signe de l’alliance que j’établis entre moi et vous, et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour les générations à jamais : je mets mon arc au milieu des nuages, pour qu’il soit le signe de l’alliance entre moi et la terre. Lorsque je rassemblerai les nuages au-dessus de la terre, et que l’arc apparaîtra au milieu des nuages, je me souviendrai de mon alliance qui est entre moi et vous, et tous les êtres vivants : les eaux ne se changeront plus en déluge pour détruire tout être de chair. » Psaume : 24 (25), 4-5ab, 6-7bc, 8-9

Tes chemins, Seigneur, sont amour et vérité pour qui garde ton alliance. (cf. 24, 10) Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route. Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi, car tu es le Dieu qui me sauve. Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse, ton amour qui est de toujours. Dans ton amour, ne m’oublie pas, en raison de ta bonté, Seigneur. Il est droit, il est bon, le Seigneur, lui qui montre aux pécheurs le chemin. Sa justice dirige les humbles, il enseigne aux humbles son chemin. Dans notre vie, il y a des périodes de calme et de réflexion. Par exemple : avant de fonder une famille par le mariage. Ou avant de changer de métier. On a besoin de réfléchir, de chercher le sens de notre vie. Cette pause est un temps de bonheur. Ainsi, le stage de Jésus dans le désert, avant de commencer sa vie publique.

Homélie

Revenons sur l’évangile. Jésus venait d’être baptisé. C’était le signal du départ pour sa vie publique. Il avait besoin de solitude à ce moment-là. Il resta au désert 40 jours. Il se rappela les quarante années passées par son peuple, au désert, avant d’entrer dans la Terre Promise. Il combattit le démon avec les armes traditionnelles : la Sainte Ecriture, le jeûne et la prière. Selon Marc, il n’était pas malheureux. Il vivait avec les bêtes sauvages, comme Adam et Eve au paradis terrestre ou comme Noé, dans son fameux bateau. Les anges étaient à son service. Jésus était heureux de converser avec son Père, dans le calme. Il se ressourçait ainsi, avant de partir pour proclamer la Bonne Nouvelle.

Pour nous aussi, frères et sœurs, un temps de ressourcement commence. Mercredi dernier, l’Eglise nous a dit que le carême a commencé. Nous devons nous préparer à la grande fête de Pâques. Nous avons été baptisés, comme Jésus. Et l’Eglise nous pousse dans ce Carême, comme l’Esprit a poussé Jésus au désert. Pour y rester 40 jours, comme lui, tentés par Satan. N’ayons pas peur de ce combat, mais ayons conscience des attaques de l’Ennemi. Sa grande stratégie est de se rendre invisible, de se faire oublier. Pourtant, c’est le démon qui nous souffle à l’oreille : « ce bon morceau de viande, cette bonne bouteille de vin, cette délicieuse pâtisserie, pourquoi laisser cela de côté, même si tu as bien mangé par ailleurs ?… Il faut apprécier les bonnes choses pour en rendre gloire à Dieu !… Et les prières ? Tu en as fait déjà beaucoup. Pourquoi en ajouter encore ? C’est la qualité de la prière qui compte, et non la quantité… Le Diable poursuit, sans se faire reconnaître : « On nous parle aussi de partage… Le partage ?… oui, c’est bien beau. Mais nous sommes dans un pays qui donne beaucoup d’aides sociales aux démunis. Ceci, avec l’argent de nos impôts… Et puis, il y aura bientôt la quête de C.C.F.D. Tu enverras un petit chèque pour qu’on te laisse tranquille… L’argent est d’abord pour ceux qui ont travaillé pour le gagner !

Alors, chers frères et sœurs, combattons le bon combat. Déjouons la tactique de l’Adversaire, qui fait déjà tellement souffrir le Monde. Le Carême sera alors pour nous un temps heureux. Les Anges de Dieu nous serviront et nous pourrons chanter : le règne de Dieu est tout proche. Amen.

Publié le 10 mars 2015 par René Soussia