Nouvelles de famille

A Kombolokoura (Côte d’Ivoire)

En Janvier nous avions une rencontre entre confrères à Abidjan et dès le premier soir, au Centre d’accueil, dans un endroit mal éclairé, j’ai buté sur quelque chose et je suis tombé sur les marches de la véranda. Résultat : je me suis fracturé l’épaule et j’ai été emmené en clinique. Le personnel médical a été aimable et charmant pendant les trois jours où j’y ai séjourné. Par la suite, à chacun de mes passages, j’ai été pris en charge pour les démarches, soit par un gars de l’accueil soit par une infirmière.
J’ai donc dû rester dans notre Maison Régionale, à Abidjan, puisque mon bras était immobilisé et que je devais revoir le traumatologue à plusieurs reprises. Quelques jours après avoir enlevé l’attelle qui attachait mon bras gauche, le bras et la main avaient enflé.
A la Maison Régionale, les Confrères se sont bien occupé de moi. Il était difficile de n’avoir qu’une seule main vaillante pour les repas et les gestes ordinaires. On ne se rend compte de l’utilité des deux mains que lorsque l’une d’elles fait défaut !

Pendant tout ce temps, et jusque vers la fin du Carême, j’ai séjourné loin des deux paroisses, tout en restant en relation téléphonique régulière avec les responsables et les catéchistes. … J’ai réussi à faire revenir un ancien catéchiste à Kombolokoura dès début décembre. Il s’est mis à l’œuvre et, pendant mon absence, il a fait du très bon travail. Il a commencé, dès le début, l’alphabétisation et il a maintenant 165 élèves inscrits. Deux autres jeunes l’aident pour les séances d’enseignement.
Il a regroupé des jeunes pour en faire un mouvement chrétien et je viens de lui procurer une moto pour qu’il puisse faire le catéchisme dans trois villages qui l’ont contacté et qui n’ont pas encore été catéchisés. Comme quoi, Dieu est à l’œuvre au moment où il le décide sans qu’on soit nécessairement présent. Les graines sont semées et c’est Dieu qui choisit le moment propice pour faire germer ! Nous ne sommes que des « instruments » inutiles. Quant au catéchiste, étant donné qu’il a tant de bonne volonté, je lui réaménage correctement une vieille masure construite en brique de terre et qui menace ruine. Elle se trouve assez proche de la Mission. Je vais faire renforcer les murs avec des agglos en ciment, revoir la toiture, y mettre de vraies fenêtres et aménager la cuisine pour qu’il y soit à l’aise avec sa femme et ses trois enfants en bas âge.
Par ailleurs, un infirmier, ayant terminé sa formation et en attente d’une affectation, a réuni les enfants pour en faire un groupe de Cœurs Vaillants-Ames vaillantes ! Il a beaucoup de succès, lui aussi. Il va avec les enfants dans d’autres villages pour animer la jeunesse.

Le sol en ciment de l’allée centrale de l’église s’est aussi détérioré. C’est pourquoi j’ai décidé d’y mettre du carrelage. Ce qui va être fait à partir de demain. Il y a encore d’autres travaux à réaliser à la Mission qui peuvent se faire en mon absence.

J’ai programmé une réunion de formation pour les Catéchistes de mes deux Missions. Cela se fera prochainement. Pour les jours de formation, j’ai sollicité l’aide d’un Frère Catéchiste qui fait partie de la congrégation diocésaine de St Paul.

Quant à moi, je me prépare tout doucement à revenir en France [1] pour le contrôle annuel de santé. Cette année, les médecins ont de quoi faire !

30 avril 2014

[1] Mon adresse de France : Résidence St Pierre Claver, 32 a rue Principale, 67140 SAINT-PIERRE.

Publié le 13 juin 2014 par Pierre Kunegel