Nouvelles de famille

Pierre Kunegel, Kombolokoura (Côte d’Ivoire)

Ça fait un bail que je n’ai donné signe de vie ! J’étais occupé car il y a à faire après un an d’absence, sans prêtre à la mission. Ça se dégrade vite !

Le 8 mars, Mgr est venu bénir les deux chapelles que j’ai construites avant de tomber malade : celle de Nidyon et celle de Dassoumblé. La 2ème avait été terminée un mois après mon rapatriement. Il y avait foule dans les deux villages. Les autorités villageoises des villages environnants, concernés par les chapelles, se sont déplacées. Mgr était très satisfait et il a fait l’éloge du curé !

La population aussi a été en fête et eux aussi ont dit leur satisfaction d’avoir enfin un lieu de culte. Dans la foulée, Mgr a repris une promesse qu’il avait faite il y a plus de deux ans et demie : celle de transformer en paroisse, le secteur où j’ai travaillé depuis mon arrivée ici. Ce secteur est devenu paroisse le samedi 17 mars. C’est le village de Dassoumgboh où j’avais construit une grande chapelle dédiée à Saint Joseph.

Le Vicaire Général et le Chancelier sont venus célébrer la messe avec nous. Nous avons signé les documents officiels et deux jours après c’était la Saint Joseph (lundi 19). Ce fut une grande fête.

L’évêque avait dit à la population : Je ne vous enlèverai pas votre curé, car je sais que vous l’aimez beaucoup ! J’ai compris qu’il me laisse les deux missions sur le dos. Une consolation, le secteur de Dassoumgboh est beaucoup plus dynamique et coopératif que Kombolokoura !

La chapelle en construction à Komboléo est arrivée à la toiture. Elle a été posée cette semaine, à la grande joie de la communauté. Pour Pâques, nous aurons des baptêmes d’adultes, surtout du secteur de Dassoumgboh.

Autre nouvelle, le chef du village est venu, avec une délégation, pour me demander si j’acceptais de mettre provisoirement la maison des sœurs inhabitée à la disposition du sous-préfet qui devrait être affecté à Kombolokoura. Il n’y a pas d’autre maison convenable au village. Sinon, il faudra attendre cinq ans avant qu’un sous-préfet ne soit nommé. Évidemment, j’ai donné mon accord en leur demandant de s’adresser à l’Évêque. Car qui dit sous-préfet dit électricité, eau courante, ordre, discipline, développement... toutes choses qui n’existent pas encore ici.

Voilà les dernières nouvelles. Question santé, je suis satisfait. Ça ne se passe pas trop mal. En mai, je dois revoir les médecins. J’espère qu’ils ne vont pas faire durer le plaisir, car il y a du boulot ici. Le temps passe vraiment trop vite ! Amicales salutations à tous les confrères. (2 avril 2012)

Bernard Bardouillet, Village Renaissance, Yao-Kope (Togo)

Après le départ des coopérants et des sœurs, le « secrétariat » du Village Renaissance a connu un grand choc. Je suis revenu à Yao-Kope quelques jours avant Noël et n’ai donc pas écrit de circulaire cette année. Le « village » cependant continue sa route. Un élevage de plus de mille poules pondeuses, en ce moment, marche à merveille et nous aide à tenir bon. (19.02.2012)

Publié le 18 septembre 2012