Nouvelles de famille

Père Pierre Kunegel, Kombolokoura (Côte d’Ivoire)
Le vendredi après Noël, j’ai organisé un repas, chez moi, pour les catéchistes et les responsables de la communauté des deux paroisses. J’en ai profité pour que tous fassent le bilan de l’année et je les ai félicités pour leurs efforts qui ont permis de faire progresser les communautés.
Le dimanche 30 décembre, c’était le pèlerinage à la Sainte Famille dans la chapelle de la nouvelle paroisse et j’ai béni, individuellement, les enfants et les mamans devant la statue de la Sainte Famille et en souvenir des Saints Innocents. Il y avait foule. Ils sont venus présenter les offrandes qu’ils font traditionnellement lors des naissances : savons, denrées alimentaires... J’en étais surpris et ému.
Le dimanche 6 janvier, nous avons célébré la fête patronale de N.-D. de l’Epiphanie à Nidyon, village d’où a démarré la Mission sur tout notre secteur et où j’ai commencé la construction d’une école. Ils se sont démenés pour bien accueillir les gens des autres villages. La chapelle était pleine de monde. C’est le chef du village lui-même qui en a assuré l’organisation ! Après l’homélie, il est intervenu pour encourager les fidèles à se conduire en chrétiens, en donnant le bon exemple. Une trentaine d’écoliers en uniforme scolaire occupaient les premières places. Après la messe, nous sommes tous allés visiter le chantier de l’école où la première salle était construite et déjà couverte. Depuis, elle est crépie. Cela permettra aux enfants de travailler plus sereinement, avant la fin du mois. Puis, avec la population, nous avons pris le repas ensemble, sous les arbres, autour de la chapelle.
Le dimanche 13 janvier, après la messe, j’ai été sollicité par Blandine Yéo, la femme de Soro Lougo, infirmier en retraite, qui vient de créer une structure médicale à Kafong’on, petit campement jouxtant le marigot de Kombolokoura. Elle m’a demandé pour que j’aille, avec elle, chez les protestants pour les remercier d’avoir participé au mariage de leur infirmier (protestant), mariage qui s’était déroulé à Korhogo. Je me suis présenté dans leur chapelle, je les ai salués leur disant que nous sommes des frères qui, ensemble voulons servir Dieu et suivre le même Jésus-Christ. Ils étaient un peu étonnés et « surpris » au départ. Puis ça s’est détendu. Je leur ai alors parlé de la Caritas et leur ai proposé de travailler ensemble là où c’est possible pour donner un témoignage chrétien. Ils ont acquiescé et applaudi. Il se trouve que celui qui fait office de pasteur, Gbombélé Timothée, travaille déjà avec nous à la Caritas pour la distribution des aliments offerts par le PAM pour les personnes nécessiteuses. Il leur a dit qu’il ne faut pas se méfier entre nous mais donner le témoignage de l’entente et montrer qu’on peut travailler ensemble pour la même cause. A un moment donné, je leur ai demandé s’ils acceptaient que je les bénisse. Ils ont tous été d’accord. Ce sont de petits pas qui, j’espère, feront leur chemin. En partant, beaucoup d’entre eux se sont levés pour me serrer la main.
Le samedi 19 janvier, nous avions une réunion entre les deux conseils paroissiaux. Ceux de la nouvelle paroisse se sont présentés à Kombolokoura pour organiser ensemble une fête à l’occasion de mes 50 ans d’ordination, le 24 février prochain. Ce sera une fête locale avec quelques invités de la région. Etant donné que nous n’avons pas encore l’électricité, nous ne pouvons pas prévoir trop grand, car il faut penser à la conservation des aliments !

Après avoir ramé pendant plus de 10 ans, ça commence à bien bouger dans le secteur ! On sent maintenant l’Esprit au travail, surtout parmi les animateurs de la nouvelle paroisse, grâce à un couple originaire, lui de Napié, et elle, de Niakara ! J’en suis ravi ! J’espère et je prie pour qu’ils gardent tous la persévérance et que l’Esprit Saint continue à animer leur flamme afin que leur exemple en suscite d’autres dans les petits villages des environs !
(20.02.2013)

Père Jean Perrin, Sotouboua (Togo)
Pour le grand chantier de « l’Université Catholique » à Sotouboua, j’ai lancé des appels aux Ambassades, au Ministre de l’Energie (pour le courant) et à l’OCDI de Sokodé : je vois qu’il me faudra aller pas à pas.
Le dimanche 20 janvier, nous avions une cérémonie œcuménique au sanctuaire Notre-Dame de la Merci. J’avais rendu visite au Pasteur et invité sa communauté. Tout s’est déroulé merveilleusement. Après la procession d’entrée, il a lu un texte de Saint Paul sur la foi qu’il a commenté ; j’ai lu ensuite l’Evangile des noces de Cana et ai insisté sur l’Alliance. Nous avons partagé les prières universelles. Pour l’échange de Paix, les majorettes avec leurs shakos ont traversé l’allée centrale pour saluer la chorale évangélique en tenue avec leurs toques carrées… Il y a eu une distribution du pain (biscuit) béni pour ceux qui ne communient pas, puis le pot de l’amitié pendant lequel les deux communautés ont chanté et dansé ensemble. Certains ont regretté de ne pas être venus !
(23.01.2013)

Publié le 11 juin 2013