Nouvelles du District

Batzendorf : à la mémoire de Mgr Durrheimer

La paroisse Saint-Arbogast de Batzendorf a honoré, dimanche 23 septembre, la mémoire d’un de ses enfants les plus célèbres, l’évêque missionnaire Emile Durrheimer, avec le dévoilement d’une plaque commémorative à son nom.

A l’initiative des proches de l’ancien évêque de Katiola, en Côte d’Ivoire, et avec le soutien du conseil de fabrique et de la municipalité, une plaque de marbre perpétuant la mémoire de Mgr Emile Durrheimer (1909-1994) a en effet été gravée et apposée à l’intérieur de l’église paroissiale. Elle a été officiellement dévoilée, dimanche matin 23 septembre, à l’issue d’une messe solennelle concélébrée par le vicaire général Mgr Martin Bogner, ancien curé du regroupement interparoissial de Batzendorf, Mgr Nestor Nongo Aziagbia, récemment ordonné évêque de Bossangoa en République Centrafricaine et, comme le prélat à l’honneur, membre de la SMA, le curé Pierre Alimasi de la communauté de paroisses des Trois-Croix, le Père provincial des Salésiens Joseph Enger, également natif de Batzendorf, ainsi que le Père Jérôme Fleck, originaire de la paroisse voisine de Wahlenheim. Outre les proches de Mgr Durrheimer et les autorités religieuses, la cérémonie s’est déroulée en présence d’élus de Batzendorf, dont la maire Isabelle Dollinger, et des communes environnantes, ainsi que de représentants de la paroisse St-Arbogast, dont le président du conseil de fabrique Jean-Luc Kapfer. A l’issue de l’eucharistie rehaussée par des chants de circonstance de la chorale paroissiale, toute l’assemblée a été conviée au vin d’honneur dans la salle polyvalente, avant que les membres de la famille Durrheimer et les autorités civiles et religieuses ne se retrouvent pour un déjeuner festif.

JPEG - 126.5 ko
M. et Mme. J.-Paul et Laurence Durrheimer, neveux de Mgr Emile Durrheimer, devant la plaque commémorative.
Photo Roby Bucher

Le Père Jérôme Fleck, qui fut un temps en Afrique le secrétaire particulier du prélat honoré, a retracé brièvement sa vie et son œuvre. Né en 1909 à Batzendorf dans une famille de huit enfants, Emile Durrheimer fit ses études secondaires dans les écoles des Missions Africaines à Bischwiller puis à Saint-Pierre, et ses études de philosophie et de théologie à Chanly (Belgique) et à Lyon. Il fut ordonné prêtre en 1933 au titre de la Société des Missions Africaines. Après avoir enseigné les maths à l’école St-Arbogast de Haguenau, il partit en 1937 pour la mission en Côte d’Ivoire, où il devint vicaire apostolique dans la province de Korhogo, dans le nord du pays, curé de la paroisse éponyme, et professeur puis directeur du Petit Séminaire de Katiola, dans le centre du pays. De retour en Alsace en 1946 comme vice-provincial de la Province de l’Est de la SMA, il fut nommé l’année suivante préfet apostolique de Korhogo et regagna donc la Côte d’Ivoire. Consacré évêque par Mgr Jean-Jacques Weber en 1952 en l’église St-Georges de Haguenau, il retourna en Afrique comme vicaire apostolique de Katiola et évêque titulaire du diocèse disparu d’Achelous. Lorsqu’en 1955 le vicariat de Katiola fut érigé en évêché, il en devint l’évêque. Après avoir œuvré près de 40 années sur le continent noir, où il consacra une part prioritaire de sa mission apostolique à l’éducation, à la formation d’enseignants et des futurs prêtres, il se retira en 1977 à Batzendorf, puis à la maison des Missions Africaines de Saint-Pierre, jusqu’à sa mort en 1994, à l’âge de 85 ans.

La rencontre d’Eysson : le souvenir d’André Bouhelier

La rencontre annuelle de missionnaires et amis laïques de la SMA, organisée par le Groupe Amitié SMA Franche-Comté, a revêtu cette année un caractère particulier à travers l’hommage rendu au Père André Bouhelier pour le 10e anniversaire de son décès. Elle s’est déroulée lundi 20 août 2012, dans le village d’Eysson (Doubs), berceau de la grande famille des Bouhelier.

La petite église paroissiale a fait à cette occasion le plein de missionnaires et d’amis laïques sma pour une belle célébration eucharistique. Le Père Supérieur Général Jean-Marie Guillaume, alors en congé dans son pays natal, a présidé l’eucharistie concélébrée par une quinzaine de confrères francs-comtois et alsaciens. Dans son homélie, il a rendu hommage au Père Bouhelier et à son œuvre missionnaire. « Nous rendons grâce pour le témoignage qu’André nous a laissé, ses 61 ans de vie, ses 39 ans de sacerdoce dont 33 au service de la mission au Togo, pour son courage, sa discrétion, son engagement dans l’édification de l’Eglise togolaise. »

JPEG - 173.7 ko
M. et Mme. Bucher devant la tombe du P. Bouhelier, au Togo.
Photo Roby Bucher

Le Père Guillaume a tenu à relever « quelques points de l’apostolat » de son confrère André, ainsi que des lectures du jour, qui peuvent aider à « réfléchir quelque peu sur la mission », au moment-même où la Société des Missions Africaines vient de commencer « une période de réflexion plus approfondie sur la mission, en préparation à l’Assemblée générale en avril 2013 ».

A l’issue de l’eucharistie, les participants se sont retrouvés dans la salle des fêtes du bourg voisin de Vercel autour de membres de la famille Bouhelier, dont Jean et son épouse Bernadette, cheville ouvrière de cette rencontre.

Publié le 5 février 2013 par Etienne Weibel